Night Call-Jake Gyllenhaal

Box office France du 26 novembre au 02 décembre : Search & Destroy

Un mastodonte en chasse un autre et du coup les semaines se suivent et se ressemblent… un peu. Et le curseur d’indiquer 3 249 864 contre 3 456 660 entrées au global la semaine dernière. Pas de quoi pavoiser mais plus que suffisant pour affirmer que dores et déjà 2014 fera plus de 200 millions d’entrées…

Box-office-France-du-26-nov-au-02-déc-2014

C’est donc le gros Obélix qui fait la nique à tout le monde s’emparant sans coup férir de la première place au box office de la semaine. Si l’on est très loin des démarrages tonitruant des Astérix et Obélix : Mission Cléopâtre (3 685 097 entrées 1ère semaine) et autre Astérix aux jeux Olympiques (3 007 811 entrées), gageons que ce Domaine des Dieux arrangé aux petits oignons par Alexandre Astier va tirer son épingle du jeu jusqu’aux fêtes de fin d’année et pourquoi pas in fine faire la nique à pas mal de ses prédécesseurs en live ou d’animation. Nous on table sur un plus de 5 millions. Paris ouverts…

Si les sommets seront moins (potion) magiques pour Night Call, voilà tout de même un joli démarrage. Porté par une critique assez unanime, le premier film de Dan Gilroy en tant que réal, se porte pas trop mal, merci pour lui mais aussi merci le marketing et cette affiche qui lorgne avec complaisance du côté de Drive et plus particulièrement sur sa BOF dont l’un des titres s’intitulait justement… Night Call. Les 500 000 entrées sont plus qu’à portée de paluche. Vous avez dit inespéré ?

Plus bas, on trouve Secret d’État distribué par un Metropolitan qui semble à nouveau communiquer sur le nombre de copies dont dispose ses films confirmant par là ce que l’on avait déjà pu constater la semaine dernière avec Hunger Games. Une révolte qui au passage se prend un sérieux gadin avec un 50% de spectateurs en moins. Identique ceci dit à la carrière du précédent opus qui avait terminé sa course à plus de 3 millions d’entrées. Ce sera certainement bis repetita ici. Quant à Secret d’État, on ne devrait pas dépasser les 150 000 entrées. Qui a dit que voilà un film sacrifié sur l’autel du Dieu des jeux ?

C’est pas beaucoup mieux du côté du Pacte qui distribuait À la vie sur 143 copies pour à l’arrivée un nombre rachitique d’entrées. Le film de Jean-jacques Zilbermann sur ces femmes qui réapprennent à vivre après avoir subi l’horreur des camps de concentration, méritait certainement beaucoup mieux. Le sujet, le marketing et la discrétion de la com ont donc déjà eu la peau d’un film qui sur le papier semblait déjà si fragile et délicat.

Et puis il y a le cas d’école The Search. On veut bien croire que sans le triomphe de The Artist, Michel Hazanavicius n’aurait jamais eu aussi rapidement le budget des 20 millions d’euros annoncé pour ce film. Remake du déjà pas très bon Les Anges marqués de Fred Zinnemann, The Search a vu son sort scellé dès sa projection cannoise en mai dernier. Et ce n’est pas 20 minutes en moins qui pouvait changer la donne. Difficile en effet de remonter un fleuve chaotique de critiques quelque fois à charge mais en fait le plus souvent indifférentes. À croire d’ailleurs qu’on voulait faire payer à  Hazanavicius le succès mondial de son précédent film. Reconnaissons que l’on est fort pour cela en France.  Et puis ce n’est pas cette affiche rouge immonde et anxiogène qui allait arranger les choses dans la tête du bon peuple. Certes, le film n’est pas bon. Il ne vise jamais juste alors même que les intentions sont bonnes. Sa volonté de dénoncer sonne creux et Bérénice Béjo aussi. Pour autant The Search aurait mérité meilleur sort. Ne serait-ce que pour sa propension à vouloir traiter un sujet peu abordé dans le cinéma français vérolé par ses bonnes comédies façon soupe aux choux. Le résultat est encore une fois peu probant mais il est certain qu’avec un accueil aussi « enthousiaste » on va attendre bien longtemps avant qu’un producteur se lance à nouveau à l’assaut d’un tel cinéma. Regrettable à tous les points de vues. Quant à Warner France, ils ont lâché le film après Cannes…

  Lâchez-vous !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *