une-heure-de-tranquilite

Box office du 31 décembre 2014 au 06 janvier 2015 : A most violent year

Le 31 décembre, sept nouveaux films sortaient encore dans les salles dont trois d’entre eux apparaissent dans les quinze premières places. Et puis entre Cold in July et A most Violent year, il y avait encore la possibilité d’accrocher les tops 10 des rédactions cinoches de France. Bref, ce dernier mercredi de l’année en avait sous le capot et permettait à ce Box office de fin des vacances de rassembler encore près de 5 millions de spectateurs dans les salles (4 986 234 très exactement).

On commence par la belle entrée en matière du dernier film signé Patrice Leconte qui n’avait plus enregistré pareille départ depuis Mon meilleur ami en 2006 et ses 230 325 entrées (pour terminer à plus d’un million de tickets vendus).  La période festive et la présence de Clavier auréolé quoi qu’on en dise du succès de Qu’est-ce qu’on a fait au bon Dieu ? joue bien entendu à plein. Pour info le film a été très peu montré à la presse (quelques happy fews en fait). On ne sait si cette décision est propre au réalisateur dont on connaît la propension à ne pas porter dans son cœur la critique ou que le film est tout simplement mauvais. Pas certain toutefois que Une heure de tranquillité franchisse la barre du million d’entrées car les semaines qui arrivent vont, et c’est la coutume, accuser un reflux massif des entrées. La gueule de bois d’après fêtes en quelque sorte.

À cela il faut rajouter au traumatisme subi par la France et les français ces derniers jours qui s’est magnifiquement transformé par des rassemblements et des communions dans tous le pays. Il est évident qu’aller se faire une toile n’était pas forcément la priorité. Résultat, une perte sèche de spectateurs se chiffrant en moyenne à 70% comme le montre le tableau ci-dessous :

On y reviendra plus longuement dans notre prochain BO mais il est évident que le film de Leconte comme les autres nouveautés de cette semaine ont vu leur élan fauché en plein vol. Est-ce définitif ? La troisième semaine donnera ses réponses.

Même constat avec A most violent year dont la première semaine était loin de démériter. Studio Canal a su surfer sur une critique assez unanime pour positionner le troisième film de J.C. Chandor vers quelque chose de hype. Du genre, le film du moment à aller voir pour ne pas paraître con lors de dîners vaguement mondains. Ce qui devrait au demeurant lui valoir un oubli assez rapide dans la mémoire collective. C’est entre nous ce qui pourra lui arriver de mieux.

C’est finalement Cold In July qui aura le plus morflé. Il faut dire que sa première semaine n’aura pas été non plus tonitruante. En enregistrant une petite moyenne de 552 spectateurs par copie le premier long signé Jim Mickle à être distribué chez nous au cinéma n’en menait en effet pas large prolongeant au passage la naissance dans la douleur du distributeur The Jokers. Las, la deuxième semaine qui s’achève sonne déjà comme le coup de grâce d’un film pourtant moins toc qu’A most violent year.

Hors classement on trouve en 20ème position The Riot Club qui sur 74 copies enregistre 38 096 entrées. Une sortie quasi technique pour Paramount qui a pourtant défendu le film via un travail en profondeur avec la presse jusqu’aux blogueurs et campagne de pub assez visible sur le web. Reste que l’affiche sans aspérités et le positionnement assez flou (un nouveau Boys Band ?) aura eu raison d’un film de toute façon loin d’être inoubliable.

  Lâchez-vous !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *