Maggie

Box Office France du 27 mai au 02 juin 2015 : reflux gastrique

Avec 2 096 522 entrées, le Box office de la semaine accuse sa plus mauvaise marque de l’année. C’est comme qui dirait la dépression post cannoise pour tout le monde avec en point de mire peu d’espoir jusqu’au mercredi 10 juin et l’arrivée dans les cinémas de Jurassic World. Après, il faut bien reconnaître que l’offre nouveauté n’était pas des plus alléchantes sans parler des films en continuation dont l’attrait ne fut visiblement pas suffisant pour continuer à drainer les foules dans les salles.

Box office France du 27 mai au 02 juin 2015

Exception faite du Brizé qui surfe allégrement sur le prix d’interprétation obtenu par Vincent Lindon à Cannes mais aussi sur 139 copies supplémentaires pour tutoyer la barre des 500 000 entrées et un gain de 3% de spectateurs en plus par rapport à la semaine dernière. À l’arrivée, La Loi du marché devrait franchir allègrement la barre des 750 000 entrées reléguant aux oubliettes les 504 385 entrées de Mademoiselle Chambon.

Pour le reste et comme déjà avancé, c’est un peu la bérézina. La plus grosse gamelle étant à mettre au « profit » de À La poursuite de demain dont à l’évidence Disney France (et sa Maison mère) n’a pas su trop quoi en faire. L’affiche par exemple laissait entendre quelque chose dans le genre de ce que produit le Studio à l’attention des enfants histoire de rassurer un peu les familles alors que la bande annonce ne pouvait masquer une proposition beaucoup plus hybride (entendre par là plus ado) qui aurait certainement gagné à sortir pendant des vacances scolaires et non juste avant les révisions du bac et du brevet. C’est un peu dommage car même si le film de  Brad Bird ne convainc pas (et divise à Digital Ciné), il reste une proposition de cinéma assez inédite et courageuse dans la bouillie actuelle du cinéma américain à gros budget où les franchises marvélisées occupent le haut du panier.

Du côté de Mad Max : Fury Road, on va dépasser les 2M d’entrées, ce qui en soit est une excellente nouvelle même si l’on reste assez loin des scores des trois premiers. Pas certain en effet que ce quatrième opus atteigne ne serait-ce que les 2,5M d’entrées réalisées par le premier et le troisième. Mais en tout cas c’est tout le mal qu’on lui souhaite.

Rayon nouveauté on a San Andreas, le gros film catastrophe avec du The Rock dedans. Warner n’a pas voulu le montrer à la presse peut-être pour préserver ce petit film ô combien fragile des fourches caudines de la critique. Résultat, des entrées probantes bien que non spectaculaires et une stratégie, si tant est que cela en est une, qui porte finalement ses fruits. La deuxième semaine d’exploitation livrera ses dernières vérités (effondrement ou maintien). Nous on a déjà notre idée. Le plus déplaisant dans l’histoire est le fait que dans ce paragraphe on ne parle finalement jamais du film. Si tant est qu’il y ait quelque chose à en dire (une telle remarque donnant ceci dit du grain à moudre aux marketeux de chez Warner).

En bout de chaîne, on trouve Maggie. Une étrangeté qui flirte avec beaucoup de sous-genres et en particulier le film de zombies. Là encore Metropolitan a eu bien du mal à faire émerger un film un peu OVNI avec un Arnold Schwarzenegger en papa qui tente de sauver sa fille atteinte d’un virus qui transforme les humains en zombie. La bande-annonce assez noire et l’affiche très réussie n’ont pas suffi à attirer les fans dans les salles ou alors c’est qu’ils l’avaient déjà vu « autrement ».

En 13ème position il y a L’Ombre des femmes d’un certain Philippe Garrel que le passage à la Quinzaine du dernier Festival de Cannes n’a semble-t-il pas plus influé que cela sur ses entrées (30 491 sur 62 copies). Ceci étant dit Garrel n’a jamais fait mieux que 65 622 entrées avec Le Vent de la nuit. Comme dirait l’autre, c’était très intéressant… !

  Lâchez-vous !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *