Ex_Machina

Box Office France du 03 au 09 juin 2015 : À La poursuite d’hier

C’est bien simple, avec 1 367 957 entrées au compteur, le Box office France n’avait de mémoire de béotien, jamais affiché un cumul aussi famélique. Il faut en fait remonter à la semaine du 20 au 26 juin 2001 pour trouver pire avec 1 325 854 entrées. C’était le temps de Pearl Harbor qui perdait plus de 50% de ses spectateurs en 3ème semaine, du Fabuleux destin d’Amélie Poulain qui réalisait encore près de 200 000 entrées en 9ème semaine (pour un final à 8 636 795 entrées, rappelons-le) ou encore d’un certain Retour de la Momie qui trustait la troisième place du BO en 5ème semaine. Bref que du bon et du lourd qui tâche alors que la proposition de cinéma actuelle est d’un tout autre calibre.

Top 10 - Box office France du 03 au 09 juin 2015

Exception faite il est vrai de San Andreas qui comme ses illustres prédécesseurs de 2001, accuse donc un déficit spectateur de près de 50% mais dès la deuxième semaine. Qui pour s’en plaindre ?

Idem du côté de Mad Max : Fury Road mais lui en quatrième semaine et alors qu’il atteint la barre des 2M d’entrées. On entend d’ailleurs bruisser sur le web que le dernier film de Miller est loin d’être un succès au BO mondial considérant son budget global (film + marketing estimé entre 220 et 250M de dollars) au regard des 315M de dollars engrangés à date. On rappellera juste que le film n’est pas encore sorti au Japon, ni en Chine et que de part sa violence graphique, il se coupe du public jeune ado et familial que les Studios cherchent généralement à atteindre à ce niveau de budget. En France, il remplit certainement les objectifs affichés par Warner avec peut-être l’espoir déçu de n’avoir jamais pu rivaliser avec aucun des trois autres films qui avaient engrangés un minimum de 2,5M d’entrées chacun (3 625 481 entrées pour Mad Max 2).

La musique est par contre bien différente avec À La poursuite de demain pour lequel, selon Indiewire, Disney devrait perdre un peu plus de 140M de dollars. Certes, le film de Brad Bird ne nous a pas convaincu, mais on regrette tout de même qu’il se plante ainsi (il n’atteindra même pas le million d’entrées en France) car il risque de rendre Disney et les autres Studios encore plus frileux quant à la mise en chantier des « Tentpoles » (films à gros budget) à venir déjà bien envahis par les franchises Marvels et autres adaptations de Comics à l’ADN de plus en plus interchangeable.

Au-delà de ce constat sur la faiblesse de certains films en continuation à assurer le service après-vente, on a des nouveautés en mal de notoriété susceptible de drainer les foules au cinéma.

C’est le cas des deux comédies françaises de la semaine qui se gauffrent dans les grandes largeurs.

On voulait tout casser est le nouveau film de l’ancien rugbyman Philippe Guillard qui nous avait gratifié du drôle et sensible Le Fils à Jo avec à la clé 1 240 994 entrées dans les salles. Nous n’avons pas été convié aux projections de presse et Gaumont a semblé vouloir protéger son film au risque de le sortir dans l’anonymat le plus total. Il faut dire que l’affiche passe-partout et la bande-annonce déroulant les poncifs dans le genre faisaient un peu peur. Mais de là à générer un tel four, il y a un gap que l’on ne s’explique pas vraiment. Ou alors c’est que le public ne s’y est pas trompé en flairant le mauvais film.

Quant à Qui c’est les plus forts, là aussi on ne se souvient pas avoir reçu d’invitations à le découvrir en projos de presse avec cette même sensation que le nouveau film signé Charlotte de Turkheim sort un peu de nulle part. Bon, en même temps c’est pas comme si on avait signifié notre envie de le voir. Juste avant d’écrire ces lignes, on a voulu revoir la bande-annonce et finalement on comprend peut-être mieux le désintérêt du public. On n’y capte pas grand chose et certainement pas les enjeux ne serait-ce que basiques de l’histoire. Ce qui pour attirer le spectateur est problématique. A fortiori quand il s’agit d’une comédie. Quoi qu’il en soit, la réalisatrice-actrice sera bien loin des 1 450 163 de Mince alors !, son précédent long.

Enfin, la dernière nouveauté à intégrer le top 10 est une sortie quasi technique pour la Fox avec Loin de la foule déchaînée. Il s’agit là d’un remake d’un film britannique signé en 1968 par John Schlesinger. Nous plaidons ici coupable car nous avions bien été invités à le découvrir avant sa sortie. Mais il faut croire que le film originel assez sirupeux ne nous a pas convaincu de sauter le pas. Et puis les romances en costume, bof quoi. Ceci étant dit, il y a derrière la caméra, le réalisateur de La Chasse (151 582 entrées) et de Festen (632 208 entrées), ce qui est en soit le meilleur argument pour aller le découvrir.

Hors top 10 on voudra signaler la 12ème place de Ex_Machina  qu’Universal France n’a pu distribuer que sur 63 copies. Le fait qu’il soit déjà disponible en Blu-ray et en DVD outre-atlantique n’a certainement pas arrangé les choses. Bien dommage car il s’agit là d’un petit film malin qui pose les bonnes questions sur la thématique de l’Intelligence Artificielle.  Alex Garland, plus connu jusqu’ici pour son travail de scénariste sur des films comme La Plage, 28 Jours plus tard ou Dredd, réalise là son premier long à la beauté glacée et glaçante. Il n’engrange que 29 883 entrées. Il n’en demeure pas moins à suivre absolument.

  Lâchez-vous !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *