La Résistance de l'air - Crédit photo : Raphaël Creton

Box Office France du 17 au 23 juin 2015 : La résistance de l’air

Un cumul à un peu moins de 3M d’entrées (2 890 027 très exactement), un Jurassic World qui perd plus de 50% de ses spectateurs en deuxième semaine (la trajectoire normale de tout bon gros blockbuster) avec cependant déjà plus d’1 Milliard de recettes dans le monde, un Vice Versa pas tout à fait à la hauteur des attentes et des films en continuation qui explosent pour la plupart en vol. Cette semaine encore, le Box office envoi du rêve.

Top 10 - Box-office du 17 au 23 juin 2015Pour revenir deux secondes sur Jurassic World, on confirme que ce quatrième opus ne fera pas d’ombre à Jurassic Park et ses 6 553 581 entrées engrangées à l’époque (y a 22 ans… Beaucoup de ceux qui ont découvert JW au cinéma n’étaient donc même pas né) sur moins de 600 copies (contre 859 ici). Il n’est même pas certain qu’il fasse mieux que les 4 825 210 entrées (sur 656 copies) du Monde perdu. Bon après on présume qu’Universal s’en fout un peu vu que  le seul marché à l’international qui a leur faveur est la Chine où le film a déjà sécurisé plus de 100 millions de dollars en 6 jours. Ce qui lui a d’ailleurs permis de franchir la barre symbolique du milliard de dollars de recette en seulement 13 jours, nouveau record à battre. Toutefois, si l’on devait faire un petit calcul oiseux, la France ramènerait pour l’instant de son côté un peu plus de 30 millions d’euros dans l’escarcelle de la mariée. Pas de quoi rougir tout de même (ou peut-être que oui en fait).

Vice versa est déjà aux États-Unis le deuxième meilleur démarrage derrière Toy Story 3 pour une production Pixar. En France ce n’est pas la même chanson puisqu’il n’apparaît qu’en 10ème position à l’issue de la première semaine d’exploitation. Loin derrière les 2 056 621 entrées (sur 893 copies) du Monde de Nemo mais aussi des 925 900 entrées (sur 736 copies) de Wall-E qui le précède en 9ème position. Pas certain non plus que Vice Versa fasse mieux que le cumul de 3 277 929 entrées générées par Wall-E justement. Il faudrait pour cela assurer des prochaines semaines sans trop perdre de spectateurs. Les vacances d’été pointant le bout de leur nez, la fête du cinéma débutant le 28 juin pour 4 jours, on restera donc prudent quant à nos constats un peu pessimistes d’autant que le nouveau Peter Docter bénéficie d’une excellente presse plus que justifiée. On ne va pas parler ici de renouveau mais il est indéniable que depuis Là-Haut (tiens encore Docter aux manettes !), on n’avait pas eu un Pixar aussi ambitieux, généreux et original.

Par contre, on ne va pas trop s’éterniser sur Spy, la comédie potache (pour rester poli) comme seuls les US ont en le secret avec dans le rôle titre une Melissa McCarthy qui a décidément le vent en poupe. L’équipe marketing de Fox France a eu la lourde tâche de « localiser » la chose et ne s’en est finalement pas trop mal tirée et devrait aller chercher, si tout va bien, les 600 000 entrées (peut-être un peu plus avec la Fête du cinéma). Très loin toutefois de l’engouement étasunien puisque le film de Paul Feig qui a révélé l’actrice dans Mes meilleures amies a cartonné là-bas avec plus de 80 millions de dollars récoltés et 139 millions en y incluant le reste du monde.

Deux autres nouveautés viennent s’incruster dans le top 10. Deux films plus fragiles et qui sont passés par la case du dernier festival de Cannes. Le premier est Mustang qui a été montré à la Quinzaine et dont Nicolas Thys nous en disait le plus grand bien. Vendu par la presse comme un Virgin Suicides turc (Nicolas pousse plus loin en citant Pique-nique à Hanging Rock), le premier long signé Deniz Gamze Erguven que distribue Ad Vitam, réussit son coup et devrait passer allègrement la barre des 100 000 entrées. Ce qui est toujours une très bonne nouvelle quand on parle d’un film à l’ADN intrinsèquement aussi fragile.

Le second est le remarquable Valley of Love que signe un Guillaume Nicloux de plus en plus habité. C’est le troisième film français qui était en compétition officielle cannoise à sortir dans les salles (en attendant la Palme d’or d’Audiard prévue pour le 26 août et le Marguerite et Julien de Donzelli qui vient d’être malheureusement repoussé au 2 décembre). Encore une fois, voici une sélection loin d’être imméritée et dont on aurait aimé voir affublé d’un Prix. On vous en parlait d’ailleurs lors d’un épisode de Première Séance.

Quoi qu’il en soit, le film semble avoir du mal à trouver son public. Il suffit juste de comparer avec Mustang que ses 61 copies de moins n’ont pas empêché de réaliser 1 630 entrées de plus. Le couple Depardieu-Huppert n’a même pas fait un peu levier. Le film devrait toutefois dépasser la barre des  100 000 entrées. Un moindre mal pour un réalisateur habitué à de plus hautes altitudes et dont ce serait ici la plus mauvaise marque après les 67 962 entrées de Holiday en 2010.

En 14ème position on trouve La Résistance de l’air. Un premier long bourré de qualités signé du québécois d’origine, Fred Grivois. Le film semble pourtant avoir été sacrifié sur l’Autel invisible d’une politique de distribution aux abonnés absents jusqu’à ne pas montrer le film à la presse (uniquement à ceux qui faisaient des sujets TV. Sous-entendus, en dire du bien ou à tout le moins rester neutre). Il est vrai que la fin détonne par rapport à la noirceur du reste du film. Il est vrai que tout n’est pas extrêmement tenu. Il y a des trous d’air et des séquences moins inspirées. Mais pour ce qui reste un premier long et une incursion dans le thriller à tendance très noir, on est bluffé et à des années lumières des échecs que furent au hasard Colt 45 ou Le Guetteur (en attendant Antigang ?). Pas de quoi le cacher donc. En cherchant un peu, on s’est aperçu que Grivois est un proche d’Audiard ou en tout cas qu’il gravite professionnellement de près ou de loin avec le cinéaste récemment palmé. Il a par exemple réalisé pour lui la séquence onirique du cerf dans Un prophète. Et puis les deux scénaristes du film sont aussi au générique de deux Audiard : Un prophète et Dheepan pour Thomas Bidegain qui vient par ailleurs de réaliser son premier long intitulé Les Cowboys vu à Cannes et qui sort le 25 novembre. Dheepan pour Noé Debré qui est aussi le scénariste (unique) sur Les Cowboys. La boucle est bouclée avec en toile de fond un film réalisé en « famille ». En attendant, La Résistance de l’air se plante, bien aidé donc pas son distributeur Gaumont qui fait la chasse aux journalistes malveillants (cf l’affaire Mea Culpa dans le Figaro) et qui expérimente ici une communication under the radar. Résultat : 21 118 entrées sur 162 copies. C’est bô !

  Lâchez-vous !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *