Terminator Genisys - Image Une Box office

Box office France du 1er au 07 juillet : Please, don’t come back !

Il faut croire que nos collégiens et lycéens n’ont pas attendu la fin des classes et pour certains l’obtention ou non de leur Bac ou Brevet pour se précipiter dans les salles de cinéma. Leur cible ? Les Profs 2. Quoi de plus normal me direz-vous, que d’aller oublier ses soucis de forçats de l’éducation nationale en allant voir Kev Adams et sa bande mettre le bordel à Londres. Les salles de cinoche ont été priées de monter le son pour couvrir les rires (enregistrés ?) et sont heureux d’afficher un taux de remplissage conséquent. Le Box office retrouve du coup le sourire avec un cumul à 4 013 906 entrées et l’été s’annonce vulgaire.

Top 10 Box office du 1er au 7 juillet 2015Les profs 2 donc, fait mieux que Les Profs qui avait enregistré en première semaine 1 037 269 entrées sur 529 copies finissant sa course à près de 4M de billets vendus. En y regardant mieux, on constate quand même qu’UGC et les exploitants ont mis le paquet en ventilant 795 copies. Soit quand même 266 copies de plus pour un gain de 143 114 spectateurs. Pas bézef, surtout quand on sait que la seule journée du mercredi qui était aussi le dernier jour de la fête du cinéma, Les Profs 2 engrangeait 311 616 entrées. Ce dont le premier opus n’avait pas bénéficié. Tout ça pour dire que les prochaines semaines vont être très instructives et détermineront si cette suite fait véritablement mieux ou non.

Un constat à toutefois modérer au regard des résultats pour le moins décevants enregistrés par Terminator : Genysis. C’est que sur grosso modo le même nombre de copies (25 de moins), Shwarzy et sa clique ont réalisé presque deux fois moins d’entrées que ces Profs 2 et au passage la pire première semaine de toute la saga. C’était donc bien la peine de ne pas montrer le film à la presse tout en privilégiant blogueurs et fans de tweetter qui se sont régalés comme toujours à émettre des avis pour le moins dithyrambiques en moins de 13 mots top chrono. N’écoutant d’ailleurs que notre courage, Stef et votre serviteur sommes allés le voir au petit matin d’un début de week-end dans une salle quasi déserte du MK2 bibliothèque. On ne s’attendait à rien. On a été servi. Même rengaine sinon aux États-Unis où ce cinquième épisode n’a engrangé que 27M de dollars lors de son premier week-end d’exploitation quand Salavation, le précédent film, cumulait déjà à 42M de dollars.  Le nombre de salles le diffusant étant de surcroît supérieur. Le flop est déjà retentissant.

Dans un tout autre registre mais tout aussi mal en point est Tale of Tales, le nouveau film signé Matteo Garrone reparti du dernier festival de Cannes broucouille. Le cumul prévu sera toutefois supérieur aux 127 568 entrées de Reality, son précédent film distribué alors sur 126 copies. Maigre consolation car avec une moyenne ici de 351 spectateurs par copie, on peut légitimement affirmer que Le Pacte, son distributeur, n’a pas su comment donner envie d’aller voir un film dont il est vrai que le pedigree en faisait quelque chose de difficile à « vendre ».

Dans la case films en continuation, on remarquera la très bonne tenue de Vice Versa qui bénéficie dorénavant pleinement des vacances scolaires. Si le dernier Pixar maintient ainsi ce rythme de croisière, on devrait le trouver en cumul au delà des 3M d’entrées ce qui ne lui était plus arrivé depuis Rebelle et ses 3 238 102 entrées en 2012.

Hors top 10, on trouve en 15ème position Victoria, un film allemand distribué par Jour2fête associé à Version Originale, deux distributeurs qui aiment prendre des risques mais qui ne sont pas souvent récompensés. C’est le cas avec ce film découvert et acheté au dernier festival de Berlin dont la particularité est d’être un plan séquence de plus de deux heures racontant les déboires d’une jeune espagnole à la sortie d’une boîte de nuit. On peut dire que la doublette s’est littéralement arrachée pour le faire vivre par de nombreuses actions marketings très sympas et originales (online et offline) qui auraient méritées plus d’entrées dans les salles. Malheureusement, avec seulement 37 124 entrées sur 104 copies, le film est voué à disparaître très vite des radars n’ayant donc pas véritablement trouvé son public. Pourtant, de telles propositions de cinéma mériteraient plus de la part de spectateurs que l’on dit les plus cinéphiles du monde.

  Lâchez-vous !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *