Archives de catégorie : Critiques Ciné

3 Billboards, les Panneaux de la vengeance : Illusions perdues

Telle une lame de fond, 3 Billboards, les Panneaux de la vengeance s’annonçait depuis son premier trailer apparu sur la toile en mars dernier comme LE film à suivre. Sa première mondiale lors du festival de Venise en septembre a semblé confirmer ce sentiment avec les différents retours enthousiastes qui ont explosés par la suite. Mais bon, comme toujours il faut se méfier des buzz et autres hypes du moment qui peuvent être de plus drivés par les départements marketings ad hoc eux-mêmes. C’est de bonne guerre car il faut bien émerger d’une manière ou d’une autre dans la jungle des sorties cinoches de plus en plus nombreuses. L’année dernière on a eu ainsi droit à La La Land et même si 3 Billboards n’est pas porté par la même notoriété, ses récents prix acquis aux Golden Globes (4 dont celui du meilleur film dramatique et scénar) en fait un potentiel winner aux Oscars à venir.

Continuer la lecture de 3 Billboards, les Panneaux de la vengeance : Illusions perdues

Alice Comedies Vol.2 : Les débuts de Walt Disney

Les programmes de courts-métrages de films d’animation destinés aux plus jeunes se font de plus en plus nombreux sur dans les salles de cinéma, à la grande joie de ceux qui ont envie de voir autre chose que les longs Pixney-Disworks habituels. Si certains choisissent des productions récentes, Malavida développe un catalogue de classiques, souvent méconnus en dehors de ceux qui s’intéressent particulièrement au médium animé, et qu’il est toujours bon de découvrir. En attendant La Révolte des jouets qu’ils sortiront le 4 avril 2018 et qui est l’un des chefs-d’œuvre de l’animation pour les plus petits, ils nous proposent d’aller à la rencontre des premières Alice(s) disneyennes des Alice Comedies. Continuer la lecture de Alice Comedies Vol.2 : Les débuts de Walt Disney

Downsizing : L’Homme qui (a) rétréci(t)

Le cinéma d’Alexander Payne est bien souvent habité par des personnages arrivés au bout de leur logique avec pour seule visibilité une forme de no man’s land forcément déprimante. À l’image de l’enseignant envieux joué par Matthew Broderick dans L’Arriviste, le retraité bougon incarné par Jack Nicholson dans Monsieur Schmidt, l’amateur de vin quadragénaire en perte de repères campé par Paul Giamatti dans Sideways, le père (Clooney) de famille qui n’en a jamais vraiment été un dans The Descendants, ou encore le fils en N&B à la recherche du père dans Nebraska, tous sont bloqués sur une voie de garage et se débattent souvent maladroitement mais toujours avec une humanité incroyable pour donner un nouveau sens à leur vie. Il va sans dire que même réduit à 12 cm, son anti-héros de Matt Damon dans Downsizing ne déroge pas à l’exemplarité de cet arc narratif dorénavant éprouvé.

Continuer la lecture de Downsizing : L’Homme qui (a) rétréci(t)

Le Grand jeu : Ascension cinématographique par l’Aile Ouest

De grand jeu il en est en effet question dans ce premier long signé par le (très) grand scénariste Aaron Sorkin. Celui d’abord du chat et de la souris avec le spectateur, celui ensuite du Monopoly quatre étoiles avec ses acteurs et puis celui enfin du poker (forcément) menteur avec sa réalisation. Mise en scène que d’aucun pourront au demeurant qualifier de (grand) bluff ou d’enfumage bling bling, là où nous préférerons y voir une machinerie retorse et brillante au service de la seule cause qui soit au cinéma. L’histoire.

Continuer la lecture de Le Grand jeu : Ascension cinématographique par l’Aile Ouest

Star Wars – Les Derniers Jedi ne casse pas des Brick(s)

On se doutait bien que « le nouvel espoir » suscité suite à la vision de Rogue One ne serait qu’une étincelle bien compliquée à pérenniser. En cause les statuts mêmes de deux trajectoires distinctes initiées par la Maison Disney. Pour l’un, la difficile tâche de donner suite à une saga déjà bien défigurée par Georges Lucas (entre la deuxième trilogie et les maquillages SFX en forme de ravalements de façades non homologués), pour l’autre, la volonté de raconter des histoires unitaires débarrassées de la plupart des oripeaux de la Grande. Une telle jurisprudence ne peut qu’accoucher d’un Star Wars – Les Derniers Jedi forcément battu d’avance. Mais si les faits lui donnent raison,  il conviendra tout de même de nuancer le propos.

Continuer la lecture de Star Wars – Les Derniers Jedi ne casse pas des Brick(s)