NOVEMBER-MAN- Affiche

La minute critique : The November Man

The November Man est le dernier rejeton au sein de la filmographie de l’australien Roger Donaldson.  Vous savez celui à qui l’on doit Cocktail avec Tom Cruise, des remakes comme Guet-apens ou Le Bounty avec Mel Gibson, La mutante bien bandante ou plus récemment Braquage à l’anglaise avec un Jason Statham au jeu plus en retenu.

november_man_xlg

Bref, l’homme a ainsi traversé trois décennies d’Action Movies sans vraiment se bonifier mais sans pour autant jamais disparaître des radars hollywoodiens . Avec The November Man, il retrouve d’ailleurs Pierce Brosnan qu’il avait déjà dirigé dans Le Pic de Dante en 1997. À l’époque l’acteur faisait une césure entre deux James Bond et Donaldson engrangeait au box office ricain une recette famélique de 67 millions de dollars pour un budget de 116 millions. Le début d’une certaine décadence mutuelle dont The November Man semble être une forme d’aboutissement un peu pathétique.

Voilà en effet un film dit d’espionnage encore plus soporifique que The Ryan Initiative sorti en ce début d’année lui aussi sous la bannière Paramount. Les enjeux sont sans intérêts et surtout cela brosse une carte de la géopolitique mondiale d’un autre temps où la nostalgie de la guerre froide est prégnante. La mise en scène fait table rase de ce que la trilogie Jason Bourne a apporté au genre et Pierce Brosnan est aussi crédible que Roger Moore dans Dangereusement vôtre

The November Man – 29 octobre 2014

Note : 1.5/5

  Lâchez-vous !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *