Babysitting

Babysitting : Le Jouet 2

60% comédie familiale traditionnelle, 40% found-footage dans la lignée de Projet X, Babysitting se positionne d’entrée comme une production un peu bâtarde sortant des sentiers battus et portée par un mini buzz en provenance du Festival du film de comédie de l’Alpe d’Huez où il a reçu le Prix Spécial du Jury et un accueil public enthousiaste. À l’arrivée, la déception n’est pas au rendez-vous mais on n’est pas complètement convaincu non plus. En cause un manque de rythme criant mais aussi des morceaux de bravoure savoureux qui feront date.

Babysitting - Affiche

Quoi qu’il en soit, on sera gré au couple Philippe Lacheau / Nicolas Benamou dont c’est ici le premier long ensemble, d’avoir su convaincre qui de droit pour mener à bien ce projet un peu branque sur le papier. Il est évident que le succès d’un Projet X a dû aider à débloquer les dernières réticences même s’il s’agit plus ici d’une comédie somme toute grand public que d’un film de « teuf ». Et c’est là que réside au final les limites de la chose. Babysitting est en effet sans cesse le cul entre deux chaises. Entre purs moments de délires communicatifs et séquences plan plan venant casser un tempo tout juste initié. Il est vrai qu’une bonne comédie doit savoir se réserver des plages de respiration pour mieux repartir, mais ici ce schéma était à proscrire car il laisse forcément le temps de voir les problèmes de scénario, de montage (les flash-back inutiles par exemple) ou de mise en scène. Dès lors, Babysitting s’apparente plus à une attraction de montagne russe correctement huilée mais dénuée de la radicalité attendue.

Au-delà de ces réserves structurelles, Babysitting reste une proposition foutraque avec un cœur gros comme ça qui va puiser quelques unes de ses inspirations dans un cinéma populaire français loin d’être infréquentable. À commencer par Le Jouet du grand Francis Veber dont il reprend la trame sous-jacente de l’enfant gâté laissé à l’abandon par son père. Il est en effet rafraîchissant et rassurant de constater qu’un lien d’antériorité existe avec cette nouvelle génération de comiques issus pour la plupart de La Bande à Fifi découverte en son temps sur Canal+. Cela permet d’envisager ce galop d’essai comme un tremplin vers quelque chose d’assurément plus déjanté, frontal et pérenne (ou pas).

Babysitting de Philippe Lacheau & Nicolas Benamou – 16 avril 2014 (Universal Pictures France)

RésuméFaute de baby-sitter pour le week-end, Marc Schaudel confie son fils Rémy à Franck, son employé, « un type sérieux » selon lui. Sauf que Franck a 30 ans ce soir et que Rémy est un sale gosse capricieux. Au petit matin, Marc et sa femme Claire sont réveillés par un appel de la police. Rémy et Franck ont disparu ! Au milieu de leur maison saccagée, la police a retrouvé une caméra. Marc et Claire découvrent hallucinés les images tournées pendant la soirée…

Note : 3/5

  Lâchez-vous !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *