Qui vive de Marianne Tardieu

Qui vive ou l’extirpation difficile de la cité

Présenté au sein de la programmation Acid au Festival de Cannes 2014, Qui vive est parfaitement en phase avec une certaine réalité socio-politique en posant la question suivante : « Est-il possible avec force travail et volonté de s’extirper de la cité ? ».

Qui vive de Marianne Tardieu

Premier long-métrage écrit et réalisé par Marianne Tardieu, cette dernière précise, dans sa note d’intention que « Qui vive est un récit et un portrait, celui de Chérif, jeune homme pris entre des mondes et des aspirations opposés, son petit boulot d’agent de sécurité́, la cité où il vit, les jeunes ados qui le harcèlent au magasin, et son rêve de devenir infirmier. C’est un homme qui n’a pas trouvé sa place dans le monde et la cherche ». À la découverte du film, force est de constater que ces intentions originelles sont pleinement restituées à l’image avec une première heure qui nous laisse découvrir un quotidien réaliste, sans éclat ni morosité particulière, vécu à hauteur d’homme : celui de Chérif interprété avec une justesse idoine par Reda Kateb. Au cœur de cette exposition des faits, des enjeux et des personnages, un seul bémol : celui d’un responsable de la sécurité qui flirte sans doute un peu trop avec une certaine image stéréotypée du patron sans cœur.

Mais c’est surtout au cours de sa dernière partie que Qui vive peine à parvenir à sa conclusion. Sitôt la tragédie survenue, Chérif ère de lieux en personnages, ne sachant plus que faire, où aller, à qui se (con)fier et in fine, s’il doit rebondir pour tenter de s’extirper définitivement de ce quotidien ou bien s’y résigner pour toujours. Par chance cette dernière ligne droite introspective ne s’éternise pas trop grâce à un long-métrage à la durée contenue (83 minutes) où l’on pourra regretter un temps de présence à l’écran particulièrement faible de Adèle Exarchopoulos (un quart d’heure à tout casser) alors que son nom apparaît pourtant en deuxième position sur l’affiche. Mais Qui vive étant avant tout le portrait et le parcours d’un homme c’est à ses côtés que, jusqu’à la toute dernière séquence, le spectateur sera amené à s’interroger avec une réelle justesse sur son émancipation véritable de son quotidien de la cité.

Qui vive – 12 novembre 2014 (Rezo Films)

Résumé : Retourné vivre chez ses parents, Chérif, la trentaine, peine à décrocher le concours d’infirmier. En attendant, il travaille comme vigile. Il réussit malgré tout les écrits de son concours et rencontre une fille qui lui plaît, Jenny… Mais au centre commercial où il travaille, il perd pied face à une bande d’adolescents désœuvrés qui le harcèlent. Pour se débarrasser d’eux, il accepte de rencarder un pote sur les livraisons du magasin. En l’espace d’une nuit, la vie de Chérif bascule…

Note : 3/5

  Lâchez-vous !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *