Favelas de Stephen Daldry

Favelas : Petit cousin de La Cité de Dieu & Slumdog Millionaire

Quelle meilleure opportunité que l’année 2014 pour la sortie d’un film comme Favelas alors que l’organisation de la Coupe du Monde de Football à Rio de Janeiro fit couler autant d’encre en raison des coûts engendrés par une telle manifestation par opposition à la misère qui gangrène les tristement célèbres bidonvilles de la métropole brésilienne.

Favelas de Stephen Daldry

Paru en 2010, le livre d’Andy Mulligan sortira en France deux ans plus tard sous son titre original : Trash. Car c’est en effet dans l’une des gigantesques décharges à ciel ouvert que tout commence alors que deux gamins issus de ces fameuses Favelas tombent par hasard sur un portefeuille qui va les entrainer dans une intrigue tentaculaire sur fond de radiographie socio-politico-financière de cet État d’Amérique latine. Sympathique au demeurant à défaut d’être inoubliable, la lecture du roman laissait le sentiment d’un croisement plus ou moins (mal)adroit entre La Cité de Dieu (difficile de passer outre LE film référence sur les favelas), Troupe d’élite (l’autre choc cinématographique venu du Brésil qui dénonçait avec force la corruption qui gangrène le pays) et Slumdog Millionaire, entre autre pour les différentes scènes de course-poursuites dans la ville.

La transposition de Trash le livre en Favelas le film, relativement fidèle au roman, ne fait ni mieux ni moins bien et si l’ensemble se laisse regarder sans déplaisir en dépit de certaines énormités (entre autres un final funéraire quand même un peu too much), Stephen Daldry n’est pas vraiment au niveau d’un Fernando Meirelles, José Padilha ou Dany Boyle, réalisateurs respectifs des trois longs-métrages précités. Le meilleur film à date de Daldry restant pour le moment le très beau et délicat The Reader. Pour autant, Favelas n’en demeure pas moins une histoire et in fine un long-métrage agréable à suivre, version plus « gentillette » et moins marquante que ses illustres prédécesseurs quant à l’envers du décor de ces destinations « exotiques ».

Favelas – 12 novembre 2014 (Universal Pictures France)

Résumé : Lorsque deux garçons des bidonvilles de Rio trouvent un portefeuille au cours de leur inspection quotidienne de la décharge du coin, ils sont loin de se douter que leur vie est sur le point de changer à jamais. Quand la police locale débarque, offrant une belle récompense en échange du portefeuille, Rafael (Rickson Tevez) et Gardo (Luis Eduardo) réalisent l’importance de leur découverte. Une aventure extraordinaire commence alors pour nos deux jeunes héros. Flanqués de leur ami Rato (Gabriel Weinstein), le trio décide de cacher le portefeuille, et échapper à la police afin de découvrir quel secret il peut bien contenir.

Pour tenter d’y voir plus clair, ils vont recomposer étape par étape l’histoire de son propriétaire, José Angelo (Wagner Moura), discernant peu à peu à qui ils peuvent se fier. Ils vont alors réaliser que la police, et notamment son chef, le redoutable Frederico (Selton Mello), sont loin d’être dignes de confiance. Mais un couple de missionnaires américains qui travaille dans leur favela, le très désabusé père Julliard (Martin Sheen) et sa jeune assistante Olivia (Rooney Mara), pourront peut-être leur ouvrir de meilleures perspectives.

Note : 3/5

  Lâchez-vous !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *