Respire de Mélanie Laurent

Respire : Mélanie Laurent à fleur de peau

Trois ans après le très réussi Les Adoptés, Mélanie Laurent repasse à nouveau derrière la caméra pour son deuxième long-métrage en tant que réalisatrice. Présenté à la Semaine de la Critique du Festival de Cannes 2014, Respire a été accueilli au terme de sa projection par une (très) longue standing ovation. Un accueil justifié ?

Respire de Mélanie Laurent

Pour Mélanie Laurent, la cellule familiale et les sentiments sont, de toute évidence, des thématiques qui lui tiennent à cœur. Comédienne émouvante interprétant un personnage à fleur de peau dans le magnifique Je vais bien, ne t’en fais pas, un rôle qui la « révéla » pour de bon, la jeune femme fit preuve de la même sensibilité et de la même émotion non dénuée d’humour pour sa première réalisation, Les Adoptés, qui pourrait par bien des aspects être perçu comme la petite sœur du long-métrage de Philippe Lioret. Ce n’est donc nullement une surprise si Respire fait montre de la même générosité émotionnelle transposée dans le milieu adolescent lycéen.

Depuis son baptême du feu, Mélanie Laurent a tout d’abord affiné sa maîtrise technique. Preuve en est ce travelling latéral, aussi élaboré qu’efficace qui révèle le poteau rose de la vie de Sarah, et fait incidemment basculer l’intrigue, à mi-parcours, de l’allégresse adolescente vers une œuvre plus sombre et oppressante. Car pour ce qui est de la direction d’acteurs, dans la joie comme dans le désarroi, Mélanie Laurent réaffirme avec Respire son véritable savoir faire en la matière. Pour s’en convaincre, il suffit d’observer toute la palette d’émotions que vont traverser / singer les deux héroïnes et la captation qu’en retient la réalisatrice ; tout ceci dans un concentré de sentiments divers et variés de 90 minutes qui aurait juste requis un petit surplus de péloche sur la fin afin d’assurer une transition plus graduelle, moins abrupte, vers le drame. Mais in fine, Respire confirme bel et bien le talent de réalisatrice de Mélanie Laurent avec une fiction adolescente sensible et touchante qui combine toute une palette de sentiments, depuis les plus enjoués jusqu’aux plus tragiques.

Respire – 12 novembre 2014 (Gaumont)

Résumé : Charlie, une jeune fille de 17 ans. L’âge des potes, des émois, des convictions, des passions. Sarah, c’est la nouvelle. Belle, culottée, un parcours, un tempérament. La star immédiate, en somme. Sarah choisit Charlie.

Note : 3,5/5

  Lâchez-vous !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *