L'Apparition - Image une critique

L’Apparition : À l’origine

Film après film, Xavier Giannoli tisse un univers qui lui est propre tout en se revendiquant à l’évidence d’un cinéma qui rappelle Sautet, Miller ou encore Alain Corneau. Une filiation qui se donne pour ambition de garder le réalisateur au centre des débats sans jamais en exclure le spectateur. Tout le contraire du cinéma dit d’auteur qui fait florès de nos jours hérité des préceptes mal digérés de la nouvelle vague. Et L’Apparition de s’intégrer avec grâce mais sans fausse pudeur au sein de la thématique centrale de Giannoli qui n’a de cesse de traquer le mensonge et les faux semblants pour mieux révéler les humanités de chacun. Autant dire qu’une nouvelle fois l’homme et le cinéaste frappent juste.

L'Apparition - Affiche

Il faut dire qu’il est une nouvelle fois bien aidé par celui qui est le bras armé de ses obsessions. En l’occurrence ici un Vincent Lindon plus minéral que jamais qui se love avec une extraordinaire facilité dans la peau de ce grand reporter dont les repères et les valeurs viennent de voler en éclat suite à la perte d’un confrère et surtout ami photographe en zone de guerre. Le voici groggy, à la dérive et à la limite du dégoût de la vie quand on lui propose une enquête d’un genre nouveau. Celle de faire toute la lumière sur des événements survenus dans le sud de la France où une jeune fille affirme avoir eu une apparition de la Vierge Marie. Une révélation qui provoque un afflux massif de pèlerins et l’embarras du Vatican. Giannoli s’approprie cette histoire en se basant sur des recherches approfondies. L’idée n’est bien entendu pas de faire un vrai-faux documentaire mais d’assurer à son film une rigueur formelle qui lui donnera toute latitude ensuite pour développer sa démonstration. Soit la confrontation permanente de deux réalités, deux vérités, deux croyances qui doivent culminer en une fin totalement ouverte en forme de climax larvé mais d’une rare efficacité.

Il est évident que l’enquête menée n’est tout au plus qu’un alibi scénaristique certes passionnant mais qui donne en fait toute latitude à Giannoli de sonder les affres de son personnage en quête lui d’une nouvelle identité. Quoi de mieux dès lors que de se frotter aux voies souvent impénétrables du Seigneur. Le plus fort dans tout cela c’est que Giannoli ne méprise personne. L’agnostique tout comme le croyant suivront la chose avec le même intérêt et le même sentiment de ne jamais être laissé sur le bord de la route. Un tour de force que l’on doit aussi à la mise en scène qui se veut à la fois directive pour ne pas dire rugueuse mais aussi par moment élégiaque. Un mélange des genres toujours heureux car jamais dans la posture ou la mise en abyme narcissique. Car plus que jamais, Giannoli est ce cinéaste généreux dans chacun de ses plans même si c’est à nous ici d’en hiérarchiser la portée au sein de la progression dramatique de l’ensemble. Pas de fausses pistes donc mais un cap toujours tenu même si façon puzzle et cette envie chevillée au corps de rendre compte de héros qui s’ignorent.

L’Apparition c’est en effet un peu ça. Des âmes héroïques dans un monde qui ne fait plus attention à grand chose sinon à sa propre perte. Le film de Giannoli en dresse le constat lucide sans pour autant fermer la porte à toute forme de rédemption, religieuse ou non. Et de fait, il ne renvoie personne dos à dos. Il ne juge même pas son personnage central sinon en soulignant ses failles, ses ruptures, sa fragilité, ses doutes mais aussi ses convictions, sa force brute et son extraordinaire appétence pour son prochain. L’Apparition croit en l’Homme sans pour autant être un film humaniste. Car si Giannoli ne lui porte pas un jugement définitif, il n’en reste pas moins convaincu de sa propension à n’être qu’une plaie béante incicatrisable.

L’Apparition (2017) de Xavier Giannoli– 1h48 (Memento Films Distribution) – 14 février 2018

Résumé : Jacques, grand reporter pour un quotidien français reçoit un jour un mystérieux coup de téléphone du Vatican. Dans une petite ville du sud-est de la France une jeune fille de 18 ans a affirmé avoir eu une apparition de la Vierge Marie. La rumeur s’est vite répandue et le phénomène a pris une telle ampleur que des milliers de pèlerins viennent désormais se recueillir sur le lieu des apparitions présumées. Jacques qui n’a rien à voir avec ce monde-là accepte de faire partie d’une commission d’enquête chargée de faire la lumière sur ces événements.

Note : 4/5

  Lâchez-vous !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *