Les Chevaliers du Zodiaque - La Légende du Sanctuaire

Les Chevaliers du zodiaque : Revival 80’s fun et décomplexé

Manga culte s’il en est, papier puis animé, que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître, Les Chevaliers du Zodiaque fait aujourd’hui l’objet, à l’instar d’Albator un an plus tôt (725 000 entrées), d’un revival 3D sur grand écran. À quoi faut-il s’attendre en mettant les pieds dans la salle ?

Les Chevaliers du Zodiaque - La Légende du Sanctuaire

Les années 80 n’en finissent plus de faire leur come-back. Mode, musique, ciné, télé, manga, c’est à un joyeux gloubi-boulga auquel nous assistons depuis pas mal de temps déjà. Influence, reboot, remake, tout est bon pour remettre cette décennie au goût du jour. Les Chevaliers du zodiaque connurent leur heure de gloire dans un certain Club Dorothée (en version censurée comme beaucoup d’autres mangas à l’époque) au cours de la deuxième moitié de ladite décennie. Et pour ceux qui prendraient le train en marche ou qui auraient quelques trous de mémoire, rappelons qu’il y est question de Chevaliers (de Bronze) engoncés dans leurs armures rutilantes, bataillant ferme contre les Chevaliers Noirs puis les Chevaliers d’Argent avant d’affronter les Chevaliers d’Or. Tout ceci pour protéger la déesse Athéna, réincarnée sous les traits d’une ravissante (et voluptueuse) damoiselle prénommée Saori, et défaire le machiavélique Grand Pope qui a pris le contrôle du Sanctuaire, le Saint des Saints des Chevaliers. Car in fine, Les Chevaliers du Zodiaque, ce n’est rien moins que cette sempiternelle histoire des gentils face à l’infâme méchant qui vont se foutre sur la gueule au cours de combats sans queue ni tête mais néanmoins foudroyants grâce au pouvoir du mythique / mystique « Cosmos ».

Les Chevaliers du Zodiaque - La Légende du Sanctuaire

Voilà pour les grandes lignes. Car dans les faits, Les Chevaliers du zodiaque – La légende du sanctuaire (le titre complet du film) va tailler dans le gras. Pas vraiment le choix en effet pour faire tenir la centaine d’épisodes du manga télé dans 90 minutes. Une petite introduction où Saori encore toute bébé est sauvée par Aiolos, le Chevalier d’Or du Sagittaire (mon signe zodiacal, c’est sans doute pour ça que j’aimais cette série à l’époque, NDR). Seize ans plus tard, Seiya, Shiryû, Hyôga et Shun, respectivement Chevalier Pégase, Dragon, Cygne et Andromède, viennent porter secours à la belle damoiselle en train de dépérir à vue d’œil après avoir été transpercée par une flèche. Quant au cinquième Chevalier, Ikki (Phoenix), il se trouve relégué à deux ou trois courtes apparitions. Exit donc les Chevaliers Noirs, tout comme les Chevaliers d’Argent qui passent eux aussi à la trappe, le film embrayant ensuite direct sur le Sanctuaire situé aux confins de la voie lactée (prière d’emprunter une simili porte des étoiles pour s’y rendre). Le lieu en question revêt désormais les allures d’une citée dans les nuages et non plus d’une montagne à gravir façon Grèce antique.

Les Chevaliers du Zodiaque - La Légende du Sanctuaire

Parmi les autres changements, on retiendra également que les armures que les protagonistes devaient jusque-là se trimballer sur le dos dans de gigantesques caissons sont désormais miniaturisées sous la forme d’un simple médaillon qui se déploie façon Transformers. Quant au relooking général de l’œuvre à la sauce 3D, on vous laisse découvrir un aperçu dans la bande-annonce en fin d’article sachant qu’une fois passée les premières minutes, la parure n’a, dans son ensemble, rien de rédhibitoire, pour peu que l’on ne soit pas trop allergique aux ralentis façon bullet time lors des nombreuses et fulgurantes attaques déclenchées par nos preux chevaliers servants. Car oui, les Météores de Pégase, Colère du Dragon, Poussière de Diamant et autres Chaînes Nébulaires sont toujours bel et bien de la partie. Preuve que le réalisateur Keichi Sato est resté un tant soit peu fidèle à l’œuvre originelle de Masami Kurumada et aux souvenirs de jeunesse télévisée qu’on a pu en garder.

Les Chevaliers du Zodiaque - La Légende du Sanctuaire

Et si le résultat final peut aujourd’hui prêter à sourire auprès des quadras, voire même donner lieux à des « c’était vraiment du grand n’importe quoi » à l’issue de la séance, peut-être serait-il bon alors de se rappeler que c’est sans doute notre regard d’adolescent d’alors qui a changé. Le film lui-même, et à fortiori son réalisateur, semble d’ailleurs avoir pleinement conscience du grand portnawak de l’entreprise, depuis ses fondations même, et le bonhomme n’hésite pas à saupoudrer le tout de quelques moments parodiques plutôt bien sentis (sans pour autant verser dans la bonne grosse poilade devenue « culte » au sein de l’Hexagone). La romance latente embarrassée entre Seiya et Saori, le numéro de musical mégalo du Chevalier du Cancer, le raccourci que prend Seiya, dépité à la perspective de devoir se farcir toute la route à travers les 12 maisons, sans oublier le déferlement de puissance finale joyeusement bordélique, qui n’a rien à envier au super-guerrier Son Goku, sont autant de preuves disséminées ça et là qui tendent à démontrer que la noblesse des sentiments du périple originel revêt bel et bien une forme à (re)découvrir au 36ème degré.

Les Chevaliers du Zodiaque - La Légende du Sanctuaire

Le mot de la fin au cours d’une séquence post-générique résume d’ailleurs peut-être à lui seul la tournure véritable de telles œuvres 80s remises au goût du jour lorsque Seyia assène cette ultime réplique : « Mais c’est nul ! ». Oui sans doute mais qu’est-ce que c’est fun ! Après Albator et Les Chevaliers du zodiaque, à quand les Goldorak, Dragon Ball, Capitaine Flam, Nicky Larson et autres Collège fou, fou, fou (liste non exhaustive à compléter). Hein, pourquoi pas ? Après tout, nous avons bien eu droit à G.I. Joe au cinéma. Ça ne pourrait pas être pire non ?

Les Chevaliers du Zodiaque – La Légende du Sanctuaire de Keiichi Sato – 25 février 2015 (Wild Bunch Distribution)

Au commencement, il y avait une déesse chargée de protéger la Terre, Athéna. Gardienne de l’équilibre, elle fut cachée des forces du mal. Quand sa vie est menacée, Seiya et les Chevaliers de Bronze endossent leurs armures. Ce sont les protecteurs d’Athéna, les Chevaliers du Zodiaque. Pour sauver leur déesse et l’avenir de la Terre, ils vont devoir atteindre le Sanctuaire du Grand Pope et y affronter sa légendaire armée des 12 Chevaliers d’Or. La plus grande bataille des Chevaliers du Zodiaque débute aujourd’hui.

Note : 3,5/5

  Lâchez-vous !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *