2001, l'Odyssée de l'espace

Cannes 2018 : La sélection Cannes Classics

Cannes Classics, la sélection officielle du festival de Cannes consacrée au cinéma « retrouvé » et à l’histoire du cinéma, vient d’annoncer son cru 2018. Au programme de cette édition, vingt-sept films dont 7 projetés sur la plage et un court-métrage ainsi que 7 documentaires ou séances spéciales. Si les films sont projetés essentiellement en DCP (restauration 2K ou 4K), 2001 Odyssée de l’espace de Stanley Kubrick sera montré dans une copie 70mm spécialement tirée pour l’occasion à partir d’éléments du négatif original. Il s’agit d’une recréation photochimique fidèle qui n’a fait l’objet d’aucune retouche numérique, effet remastérisé ni modification de montage. La séance sera présentée par Christopher Nolan, ardent défenseur de la pellicule et grand fan du film.

Le Septième sceau - Ingmar Bergman

Parmi les autres séances spéciales de Cannes Classics, notons un hommage à Ingmar Bergman pour son centenaire avec la restauration de son chef d’œuvre Le Septième sceau et deux documentaires qui semblent bien se compléter. Le premier, Bergman – A Year in Life, signé Jane Magnusson, sera consacré à l’année 1957 et à la sortie du film précité ainsi que des Fraises sauvages. Le second, Searching for Ingmar Bergman, est réalisé par Margarethe von Trotta, dont l’œuvre était très appréciée du cinéaste suédois. Elle va interroger son propre rapport à l’œuvre de Bergman ainsi que celui de cinéastes contemporains.

The Other side of the wind - Orson Welles

Autre cinéaste qui aura droit à un demi-hommage : Orson Welles avec un documentaire de Mark Cousins, The Eyes of Orson Welles. Demi puisque Netflix a dit non à la proposition du festival de montrer The Other Side of The Wind, le long-métrage inachevé du maître qui a été récemment terminé par Peter Bogdanovich, auteur d’un immense livre d’entretiens avec Welles, et le producteur Frank Marshal. Ceci est d’autant plus dommageable que la fille du cinéaste, après avoir refusé de céder les droits de l’œuvre inachevée pendant plus de 30 ans, aurait voulu voir son film diffusé à Cannes Classics. Comme quoi, laisser un distributeur à l’égo surdimensionné s’occuper de son film n’est jamais une bonne idée.

Alice Guy

Deux femmes, l’actrice Jane Fonda et la réalisatrice Alice Guy, seront également de la fête. Les deux documentaires qui leur sont consacrés sont eux aussi réalisés par deux femmes. La première sera mise à l’honneur dans Jane Fonda in Five Acts de Susan Lacy qui revient sur sa carrière cinématographique et… sa relation aux hommes, thème éternel dont on se moque éperdument. Par conséquent, nous irons plutôt voir le second car la cinéaste française, considérée comme la première réalisatrice et productrice, le mérite bien. Secrétaire de Léon Gaumont jusque 1896, elle réalise ensuite de nombreux films jusque 1920 et devient directrice de studio. La suite de sa vie est moins glorieuse mais tout ceci sera probablement raconté dans Be Natural : The Untold Story of Alice Guy-Blaché de Pamela B. Green.

Les plagistes auront le choix entre Besson, Varda, Grease et Vertigo en plus d’un Corbucci, d’un Chahine et de Bagdad café. C’est ce qu’on appelle le grand écart…

Vertigo - Alfred Hitchcock

Du côté de la sélection officielle, on retiendra un mélange entre des œuvres déjà maintes fois connues et vues et à nouveau restaurées (Le Voleur de bicyclette, Voyage à Tokyo, La Garçonnière, La Religieuse, Miss Daisy et son chauffeur, Cyrano) et d’autres dont l’histoire du cinéma a moins retenu le nom mais que l’on sera curieux de découvrir à l’image d’Enamorada, mélo d’Emilio Fernández sur des révolutionnaires zapatistes ou Quatre chemises blanches de Rolands Kalniņš, film letton réalisé en 1967 et censuré pendant 19 ans. Ironiquement il s’agit d’un film autour de la censure de l’art ! D’autres cinéastes plus célèbres ont un film mis en avant et pas forcément leur plus connu. On verra donc L’Heure des brasiers, vaste fresque révolutionnaire de 4h tournée par Fernando Solanas en 1968, L’île des amours de Paulo Rocha qui a bénéficié d’une rétrospective voilà quelques mois à la Cinémathèque ou João et le couteau de George Sluizer, grand cinéaste néerlandais méconnu et auteur de L’Homme qui voulait savoir. Le Sénégal sera présent avec trois films dont un court : Grand-père, raconte-nous de Safi Faye réalisé en 1952 et Hyènes de Djibril Diop Mambety qui sera projeté avec Lamb de Paulin Soumanou Vieyra.

Quatre chemises blanches - Rolands Kalnins

Enfin, deux incontournables seront projetés : Les Diamants de la nuit de Jan Nemec, probablement l’un des films les plus forts sur la seconde guerre mondiale, et le (long mais intense) Guerre et paix de Sergey Bondarchuk dont seule la première partie sera montrée.

La sélection complète Cannes Classics ci-dessous :

Séances spéciales :

  • Soyez naturel : L’histoire inédite d’Alice Guy-Blaché de Pamela B. Green, 2018
  • Jane Fonda in Five Acts de Susan Lacy, 2018
  • 2001 : l’odyssée de l’espace de Stanley Kubrick, 1968
  • The Eyes of Orson Welles (Les Yeux d’Orson Welles) de Mark Cousins, 2018
  • À la recherche d’Ingmar Bergman de Margarethe von Trotta, 2018
  • Bergman – A Year in Life de Jane Magnusson, 2018
  • Le Septième Sceau d’Ingmar Bergman, 1957

Les Diamants de la nuit - Jan NemecLes Diamants de la nuit

 La sélection officielle Cannes Classics :

  • Battement de cœur d’Henri Decoin, 1939
  • Enamorada d’Emilio Fernández, 1946
  • Voyage à Tokyo de Yasujiro Ozu, 1953
  • Les Diamants de la nuit de Jan Němec, 1964
  • Guerre et paix. Film I. Andrei Bolkonsky de Sergey Bondarchuk, 1965
  • La Religieuse de Jacques Rivette, 1965
  • Quatre chemises blanches de Rolands Kalniņš, 1967
  • L’Heure des brasiers de Fernando Solanas, 1968
  • Coup pour coup de Marin Karmitz, 1972
  • Grand-père, raconte-nous de Safi Faye, 1979
  • Cinq et la peau de Pierre Rissient, 1981
  • L’Île des amours de Paulo Rocha, 1982
  • Miss Daisy et son chauffeur de Bruce Beresford, 1989
  • Cyrano de Bergerac de Jean-Paul Rappeneau, 1990
  • Hyènes de Djibril Diop Mambéty, 1992
  • Lamb de Paulin Soumanou Vieyra
  • João et le Couteau de George Sluizer, 1972
  • Le Voleur de Bicyclette de Vittorio De Sica, 1948
  • La Garçonnière de Billy Wilder, 1960

Hyenas - Djibril Diop Mambety

Projetés sur la plage :

 Le Voleur de bicyclette - Vittorio de Sica

  Lâchez-vous !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *