Cartoon movie 2019

Cartoon movie 2019 : Les films d’animation à venir !

La troisième édition bordelaise du Cartoon movie 2019 est terminée. Cet événement, qui n’est pas un festival public mais un forum professionnel, voit se succéder dans deux salles en parallèle et pendant deux jours des pitchs de dix ou vingt minutes de longs-métrages d’animation emmenés par des sociétés européennes ou désireux d’être coproduits en Europe.

Le principe est d’autant plus important pour les compagnies présentes qu’elles montrent parfois leur projet pour la première fois et sont à la recherche de financements. D’où également une certaine frustration d’en voir certains audacieux qui ne seront peut-être jamais réalisés. Selon les statistiques, environ un tiers des projets pitchés verront le jour. Mais ce forum de coproduction est aussi excitant pour ceux qui se passionnent pour le cinéma car c’est l’endroit où on peut suivre la naissance et l’évolution de films dont la fabrication peut parfois prendre plus de dix ans, à l’image du film de Florence Miailhe, La Traversée, qui devrait sortir dans un an environ et dont les débuts remontent à 2006. Ce film réalisé tout en peinture sur le thème des migrants et au scénario sensible et bien mené devraient être l’une des œuvres les plus attendues de 2020.

La Traversée - Florence Miailhe

C’est aussi l’occasion de tâter le pouls d’un marché à la fois fragile quand on le compare à l’industrie hollywoodienne mais également en pleine expansion, notamment en France. L’année 2019 devrait voir en effet arriver sur les écrans des festivals plusieurs films importants qui ont été présentés au Cartoon movie cette année ou les années précédentes : L’Extraordinaire voyage de Marona d’Anca Damian, J’ai perdu mon corps de Jérémy Clapin, Les Hirondelles de Kaboul de Zabou Breitman et Eléa Gobbe-Mevellec, La Fameuse invasion des ours en Sicile de Lorenzo Mattotti ou Buñuel après l’âge d’or de Salvador Simó d’après la bande-dessinée Buñuel dans le labyrinthe des tortues de Fermín Solís.

Sur les 66 projets, 28 étaient encore au stade du concept, 31 en développement ou en production et 7 étaient terminés ou le seront rapidement. Et globalement cette édition 2019 du Cartoon movie fut qualitativement le meilleur cru qu’on ait vu. Les projets originaux étaient nombreux et ceux destinés aux ados et adultes étaient audacieux et ne jouaient pas sur la tendance du « trash-cool ». Revenons sur quelques titres marquants.

Cartoon movie 2019

Trois films presque terminés.

Parmi les projets quasi finis présentés au Cartoon movie, quelques uns se détachent. Le plus attendu par le grand public est probablement le Where is Anne Frank ? d’Ari Folman, auteur de Valse avec Bachir et du Congrès. Il n’a pas adapté littéralement le célèbre journal intime mais a décidé de se concentrer sur le personnage de Kitty, l’amie imaginaire à qui Anne Frank s’adresse à plusieurs reprises. Elle prend vie, de nos jours, et part à la recherche de l’auteur du livre à travers l’Europe tout en se replongeant dans l’histoire et notamment dans la période de ses sept derniers mois de vie. Une partie sera animé en volume alors que l’essentiel du film sera dessiné en 2D. Son budget, 16 millions d’euros, est l’un des plus chers parmi les films présentés à Bordeaux et les producteurs ainsi que le réalisateur souhaiteraient qu’il soit prêt pour une présentation au festival de Venise en 2020.

Where is Anne Frank ? - Ari Folman

Vient ensuite J’ai perdu mon corps de Jérémy Clapin, produit par Xilam. Pitché une première fois au Cartoon movie en 2014, alors qu’il entrait en phase de développement, il revient enfin terminé. Clapin était connu jusque-là pour ses courts-métrages en images de synthèse, et en particulier Skhizein en 2008. Avec ce film, il mélange 3D et 2D mais avec un rendu graphique proche de l’animation traditionnelle et il adapte un roman de Guillaume Laurant, dialoguiste du Fabuleux destin d’Amélie Poulain. Le sujet est original : Rosalie, une main coupée enfermée dans un laboratoire cherche à rejoindre son jeune propriétaire, Naoufel. Parti à Paris chez son oncle après la mort de ses parents, il tombe amoureux de Gabrielle et sera victime d’un accident. On suivra en parallèle l’errance de la main à la recherche son propriétaire et l’histoire de ce jeune homme timide jusqu’au drame. Le premier teaser présenté voilà cinq ans avait laissé une première impression positive, et là les séquences proposées nous confortent dans ce premier ressenti : rythme, cadrage, couleurs, enchâssement des récits et scènes dialoguées offrent un aperçu aussi envoutant que mélancolique.

J'ai perdu mon corps - Jérémy Clapin

Plus surprenant encore est L’Extraordinaire voyage de Marona produit par Sacrebleu et Aparte et réalisé par Anca Damian qui décidément réussit à monter des projets audacieux en peu de temps. Entre 2012 et aujourd’hui elle aura ainsi conçu un court et trois longs-métrages animés : deux destinés à un public adulte (Monsieur Crulic en 2012 et La Montagne magique en 2016), et celui-ci plus familial qui est prévu pour une sortie à l’automne. Sur la même période, elle aura complété sa filmographie par trois longs et un court en prise de vues directes. Elle avait présenté deux fois au Cartoon movie les aventures de Marona, une petite chienne qui grandit et passe de maître en maitre alors que la seule chose qu’elle cherche c’est un peu d’amour. Ce qu’on a pu en voir ici est émouvant et envoutant. La réalisatrice entremêle différentes techniques et crée un monde des plus oniriques et touchants, à la fois fois haut en couleur, d’une grande beauté et au look artisanal et d’autant plus humain. La création graphique des personnages a été confiée au néerlandais Brecht Evens, l’un des plus importants dessinateurs de BD de ces dernières années.

L'Extraordinaire voyage de Marona - Anca Damian

Quatre projets à suivre.

Saules aveugles, femme endormie produit par Miyu avance bien. On avait aussi eu vent du projet de transcrire sur grand écran ce recueil de nouvelles d’Haruki Murakami voilà 4 ans. Cet écrivain contemporain, parmi les plus lus est peu adapté au cinéma, ses ouvrages ayant la réputation d’être trop complexes et lui-même cédant rarement ses droits. Le réalisateur, aussi compositeur et peintre, est hongrois. Pierre Földes est le fils de Peter Földes, important animateur des années 50 aux années 70. Le film reprendra plusieurs nouvelles du recueil pour les relier en évoquant un même personnage sous différentes facettes qui évoluera dans d’étranges et énigmatiques récits. Les premiers éléments, en 2D ou 3D rendu 2D, devraient rassurer les nombreux fans de l’auteur et, à l’heure actuelle, le film est bien parti pour entrer en production, disposant déjà d’un distributeur (Gebeka) et d’un vendeur international (Match factory). Son budget devrait tourner autour de 6 millions d’euros.

Saule aveugle, femme endormie - Pierre Foldès

Interdits aux chiens et aux italiens est le nouveau film de marionnettes d’Alain Ughetto, l’auteur de Jasmine, une des œuvres cinématographiques les plus belles de la décennie. Si ce premier long-métrage parlait de sa jeunesse et de son histoire d’amour avec une iranienne en 1978-1979, il part plus loin dans le temps cette fois en racontant l’histoire de son grand-père. Cet italien parti travailler en France servira de point de départ pour narrer une fresque européenne sur l’immigration où la petite et la grande histoire s’entremêleront. A travers différentes guerres et régimes politique, on suivra la traversée des Alpes d’une famille et sa vie dans le sud de la France. L’un des objectifs d’Ughetto est d’évoquer le quotidien laborieux des paysans pauvres du Piémont qui ont dû partir et de « rendre hommage à ces mains au travail », ce qui est aussi une autre façon de faire un film sur l’acte d’animer. Autre élément intéressant : l’idée de constituer les décors d’un monde aujourd’hui disparu avec certains objets typiques des maisons de l’époque. Le teaser montrait, par exemple, le mur dressé à la frontière franco-italienne constitué de morceaux de sucre. Le film devrait couter moins de 3 millions d’euros, le distributeur Gebeka est déjà intéressé et à la production collaboreront également Vivement lundi !, Nadasdy, Foliascope et Graffiti Doc. Que du beau monde pour un magnifique projet !

Interdit aux chiens et aux italiens - Alain Ughetto

Enfin, Mars express, produit par Everybody on deck, sera le premier long-métrage de Jérémie Périn, le réalisateur de Lastman et de plusieurs clips qui ont fait le tour du monde comme Fantasy pour DyE. Cette fois il part vers la SF avec un récit dont les influences puisent clairement dans le Philip K. Dick de Blade Runner ou Total recall. Sur Terre, dans 200 ans, des robots corvéables à merci, colonisent le système solaire et sont esclaves des êtres humains. Une détective privée, Carla, et son assistant, un humain décédé devenu robot avec les souvenirs de sa vie passée sont envoyés sur Mars avec la mission de retrouver une jeune femme disparue. Mais ce qui semble assez banal se révèlera différent de ce qu’ils imaginaient. Les personnages humains devraient être réalisés en 2D et les robots modélisés en 3D avec rendu 2D. Le storyboard est terminé et l’animatique est en cours donc l’ensemble avance bien. Le film devrait couter 7 millions d’euros.

Mars Express - Jérémie Périn

Cette édition 2019 du Cartoon movie étant impressionnante pour la qualité des projets adultes comme des films familiaux, il faudrait encore en évoquer plusieurs. De Sauvage, prochain film de Claude Barras, le réalisateur de Ma vie de courgette, au prochain film d’Alain Gagnol et Jean-Loup Felicioli, Les Contes du hérisson en passant par Linda veut du poulet ! de Sébastien Laudenbach, qui part sur un projet bien plus réaliste que La Jeune fille sans main avec une esthétique quelque peu similaire sur des sujets contemporains. On espère les revoir dans un prochain événement Cartoon et, en attendant, on ne peut que se réjouir de la dynamique prise par les studios européens dans le long-métrage d’animation. Espérons maintenant que la télévision suive…

Linda veut du poulet ! - Sébastien Laudenbach & Chiara Malta

  Lâchez-vous !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *