residents étrange festival

L’Étrange festival 2015 : 21ème rencontre avec un autre cinéma…

Du 3 au 13 septembre aura lieu la 21ème édition de l’Étrange festival. Le forum des images accueillera cette année encore la fine fleur d’un cinéma décalé, pas forcément horrifique ni bis mais plutôt en marge des productions courantes. Ce sont plus de 80 longs et 70 courts métrages, toutes formes et tous genres confondus, qui seront proposés aux yeux et aux cerveaux de spectateurs qui ont envie de voir « autre chose ».

étrange festivalAu demeurant, les trois invités d’honneur de cette année témoignent bien de l’esprit fantasque et fantastique de la manifestation. On retrouvera aux premières loges Guy Maddin, Benoît Delépine et Ben Wheatley. Le premier, canadien cinéphage hanté par le cinéma classique et muet est issu de Winnipeg, l’une des villes les plus créatives dans le cinéma expérimental aujourd’hui. Du Crépuscule des nymphes de glace à Ulysse, souviens- toi !, Il s’adonne à de nombreuses divagations hallucinatoires et surréalistes, souvent lyriques et poétiques, débauches d’images délirantes aux récits alambiqués. Son dernier film en date, La Chambre interdite, est en compétition officielle et si le synopsis laisse penser à un film d’aventures, gageons qu’il sera certainement plus proche du trip sous LSD. Il suffit de voir la liste des films choisis dans sa carte blanche afin de se rendre compte de son univers perturbés : des found footage hantés de Matthias Müller à Ed Wood ou Lon Chaney en passant par l’underground George Kuchar et un film oublié de Teuvo Tulio, on aura de quoi visiter plusieurs mondes.

Benoit Delépine est connu pour sa participation aux Guignols de l’info et la création de Groland. À partir de là, on peut déjà avoir une petite idée de son humour hors normes qu’il a transporté dans les quelques longs-métrages qu’il a réalisés avec Gustave Kervern : Aaltra, Louise-Michel, Mammuth… Et sa carte blanche porte également les traces de l’éclectisme que porte en elle une manifestation comme l’Étrange festival où on peut côtoyer le déjanté Pee Wee de Tim Burton, et le très sérieux My Joy de Sergueï Loznitsa, le corrosif Norway of life de Jens Lien et les loufoques Tranquillou de Gérald Touillon et Heavy Girls d’Axel Ranish.

norway of life étrange festival

Ben Wheatley, quant à lui, est plus violent et tout autant subversif que le précédent. Son nouveau film, malheureusement promis à Toronto et qui ne sera donc pas présenté cette semaine, High rise est une adaptation de J.G Ballard, auteur de Crash !, ça en dit déjà beaucoup. Il a également participé à l’ABC de l’horreur mais il a surtout commis le drôle et macabre Touristes, l’« hallucinant » English Revolution et le sordide Kill list, soit trois œuvres qui font dans la démesure sans jamais tomber dans le Grand-Guignol. Sa carte blanche comporte des films plus classiques et reflète son amour du cinéma des années 70, l’un des plus déchaînés et énergiques, avec un tour du côté de chez George Roy Hill, Peter Yates Sidney Pollack, Michael Mann et le quasi invisible La Forteresse noire pour lequel nous reviendrons plus en détail très bientôt, mais aussi avec le fabuleux Marketa Lazarova de Frantisek Vacil, une œuvre folle sur des voleurs de grand chemin au 12ème siècle.

touristes étrange festival

Côté compétition internationale (22 films) et Mondovision qui fait office de Hors compétition (13 films), les grosses attentes de l’Étrange festival seront d’abord japonaises. On verra en personne Hideo Nakata, qui n’a plus fait un bon film depuis Dark Water, tenter un retour avec Ghost Theatre. Sono Sion aussi revient avec deux des six films qu’il a tourné en 2015 : Tag sur une lycéenne qui peut voir les prochaines morts de ses camarades d’école (remake officieux de Destination Finale ?), et Love & Peace avec une tortue étrange (et géniale ?). Autre célébrité qui tourne plus vite que son ombre, Takeshi Miike dont sera proposé le Yakusa Apocalypse qui était en sélection à la Quinzaine des réalisateurs à Cannes cette année et qui parle d’un chef mafieux également Vampire. Pourquoi pas… Et enfin, après son Miss Zombie découvert lors de l’édition 2013, Hiroyuki Tanaka (Sabu) semble explorer cette-fois-ci la comédie avec des anges dans Chasuke’s Journey.

Bande-annonce de Tag de Sono Sion

Pour le reste, on ne saurait que trop conseiller d’aller soit tout voir et prendre ensuite rendez-vous avec un psychiatre ou de piocher au hasard car il est compliqué de faire des choix. Heureusement, quelques autres noms connus permettent de se raccrocher et sont de bonnes augures : Shane Caruth avec un intrigant Upstream Colour, Gyorgy Palfi et son surréaliste et détraqué Free fall et Ulrich Seidl avec Sous-sols qui propose cette fois-ci un documentaire sur les caves allemandes peuplées de pervers et de néo-nazis.

upstream colour étrange festival

Pour ceux qui voudraient voir de l’animation, outre le long-métrage de Raul Garcia Extraordinary Tales, adapté de Poe, qui écume les festivals, l’Étrange s’est doté d’une grosse programmation du côté des  courts-métrages et notamment dans le programme 4. En effet, s’y trouvent plusieurs pépites avec World of Tomorrow de Don Hertzfedt, certainement le meilleur film découvert cette année,  mais aussi les expériences macabres d’une petite fille vues depuis le regard d’un lapin avec The Obvious Child de Steven Irwin, les 1000 plateaus (sic) de Steven Woloshen, expérimentation jazzy faite directement sur pellicule, et le film préféré des ophtalmos en manque de client : Horse de Jie Shen, métaphore cinématographique totale ! Ceux qui ne connaîtraient pas encore trop l’animation coréenne ne se remettront pas du Défragmentation de Saebyul Hwangbo. Les autres programmes ne seront pas en reste car on pourra gambader au travers des monstres numériques de Rosto dans Splinter Time, le plus beau et dépressif des split-screen dans Goodbye Utopia de Ding Shiwei, un panoramique aérien de Los Angeles aux allures de Téhéran ou réciproquement dans Tehran-geles d’Arash Nassiri… En gros : n’oubliez pas les courts (l’expérimental et l’animation).

world of tomorrow étrange festival

On aura également droit aux événements habituels de l’Étrange festival avec un Retour de flamme, un ciné-concert-performance avec un des groupes les plus secrets et magiques depuis 50 ans : The Residents. Et enfin, le samedi 5 septembre, sera organisée une nuit supermegabloodyapocalypticaturbozombiesque qui promet d’être grotesque au possible avec des films inédits et récents aux pitchs improbables où on pourra croiser des Ninjas, des zombies, Zeus, des créatures maléfiques et des lapins géants. Chouette !

residents étrange festival

Le catalogue du festival en PDF

  Lâchez-vous !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *