Sorcerer-18

Sorcerer en version restaurée sur Arte, au cinéma et en Blu-ray

C’est en mars 2013 que William Friedkin commença à s’épancher dans les médias quant à une restauration en cours de Sorcerer. L’une des arlésiennes du cinéma prenait définitivement fin et fut présentée pour la première fois lors du Festival de Venise en septembre de la même année (certainement au grand dam de Thierry Frémaux). En France, c’est la Cinémathèque qui lui ouvrit grande les portes en décembre 2013 dans le cadre du festival « Toute la mémoire du monde » dont on précisera au passage que la 3ème édition débute le 28 janvier prochain. Ce soir, Arte le programme pour la première fois et franchement, il serait indécent de passer à côté.

Le Convoi de la peur-Affiche française d'origine

Ou alors c’est que vous avez eu l’excellente idée de vous procurer le Blu-ray (ou DVD) import All Zone édité par Warner Home Video en avril 2014. Une claque monumentale pour ceux qui ne connaissaient le film que dans sa version 4/3 au master immonde et recadré en 1.33. Des scories qui au demeurant pouvaient paraître rédhibitoires mais qui avec Le Convoi de la peur étaient finalement bien vite mis de côté tant l’œuvre renversait et renverse encore plus que jamais tout sur son passage. Mais alors qu’elle redécouverte. Cette restauration 4K écrase le spectateur sur son canapé. Elle respecte à l’évidence une captation d’une autre époque où les objectifs avaient leurs particularités et leurs défauts. Il suffit d’ailleurs de jeter un œil au tout premier plan, une vue d’ensemble d’une ville mexicaine (Vera Cruz) au grain manifeste de pellicule magnifiquement préservé et restitué, pour se persuader qu’on a affaire là à un pur bonheur visuel que l’encodage n’affadit jamais, bien au contraire. Toutefois, il va sans dire que même en HD, la diffusion sur Arte sera une expérience moindre (720p max oblige). On précisera donc que Sorcerer est annoncé chez nous au cinéma (via le distributeur La Rabbia qui vient de sortir Wake in Fright après Les 7 Samouraïs en 2013) et en Blu-ray et DVD chez Wild Side d’ici la fin de l’année.

Captures du Blu-ray import édité par Warner Home Video (cliquez dessus pour les visualiser en 1920×1080)

Sorcerer-1Sorcerer-20

Pour la petite histoire, Le Convoi de la peur arrive après les énormes succès que furent pour Friedkin French Connection et L’Exorciste. Au fait de sa gloire mais aussi de sa mégalomanie, il décide alors d’adapter Le Salaire de la peur, un roman de Georges Arnaud pourtant déjà magnifiquement porté à l’écran par Henri-Georges Clouzot. Friedkin se défend d’ailleurs d’avoir réalisé un remake. De fait, si la trame est la même, le développement est différent à commencer par la présentation des quatre protagonistes qui occupent plus des quinze premières minutes du film et absente de la version de Clouzot préférant leur donner de l’épaisseur et un « background » tout au long du métrage. Et puis, le nihilisme jusqu’au boutiste du Convoi de la peur n’est jamais contrebalancé. Il illustre parfaitement une époque désenchantée et l’état d’esprit du moment d’un cinéaste obsessionnellement démiurge quand chez Clouzot il restait tout de même un peu d’espoir à la fin. À bien y regarder, les deux films se complètent, se répondent. Le Salaire de la peur raconte une réalité fantasmée et idéalisée héritée du réalisme poétique français d’avant guerre quand Le Convoi de la peur achève le mouvement dans une dernière forme de désillusion dont plus personne ne réchappe.

Sorcerer amorce la chute du cinéaste Friedkin. Il sera son film maudit pendant des décennies. Comme Coppola et son Coup de cœur, il ne s’en relèvera pas tout à fait, poursuivant une filmographie de plus en plus noire et désespérée. On retrouve en effet dans Killer Joe cette absence de lumière teintée d’une violence crasse issue d’une époque non plus désenchantée mais totalement perdue et en définitive sans lendemain.

Sorcerer-Packshot Blu-ray Warner

On précisera pour finir que la version proposée par Arte, Warner en Blu-ray et bientôt La Rabbia et WildSide est celle voulue par Friedkin. Il s’agit de la version de 121 minutes qui fut exploitée en salles aux États-Unis et en France. On sait toutefois que le film fut diffusé en Europe et en Australie dans des versions raccourcies par des distributeurs peu scrupuleux. S’y trouvaient pourtant des scènes qui ne sont pas présentes dans la version approuvée par le cinéaste. Quinze minutes de scènes inédites que l’on adorerait découvrir dans la future édition Blu-ray éditée par WildSide et dont Friedkin ne fait aucunement mention dans ses mémoires éditées en France aux Éditions de la Martinière mais qui sont en partie listées par Jérôme Wybon sur son site.

Galerie de captures issus du Blu-ray import

Une réflexion sur « Sorcerer en version restaurée sur Arte, au cinéma et en Blu-ray »

  1. J’attends cette belle nouvelle depuis 2004 et la fiche que j’avais rédigée sur le film pour le catalogue 2004 de l’Etrange Festival qui avait, effectivement, projeté une belle copie positive (spécialement tirée du négatif à la demande de Friedkin pour cette occasion, si ma mémoire est bonne) de 121 ou 122 minutes.

  Lâchez-vous !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *