Anderson Falls - Image une news ciné 1

Journal de bord Anderson Falls de Julien Seri – Épisode 1

Coup de tel de Mr X un matin (tôt) : « Salut… tu vas bien ? La famille ? La santé ? Ton chat ? Ah il est mort ! Depuis deux ans ! Ah désolé. Ben écoute j’étais pas mal pris donc pas eu le temps de prendre de tes news. Tu sais ce que c’est. Non. Tu ne sais pas. Oui bon ok je t’appelle aussi pour un truc spécifique. Je dinais hier avec Julien Seri. Et tu ne le sais peut-être pas mais il prépare son prochain film. Et pour cela il va partir 3 mois à Los Angeles. Et je me disais que ça pourrait peut-être t’intéresser de suive cela à distance en relayant photos, vidéos et certaines infos exclusives sur ton site. Une sorte de journal de bord en somme mais à l’attention du plus grand nombre. Heu non je ne te caresse pas dans le sens du poil. Oui je sais que Digital Ciné ce n’est pas Variety. Mais Julien trouve l’idée excellente. Alors, qu’est-ce que tu en penses ? »

Ce que cette fidèle et authentique retranscription téléphonique (si si) ne dit pas, c’est que Julien Seri, nous l’avions rencontré à l’occasion de Night Fare, son dernier long pour lequel nous avions eu quelques réserves surtout concernant la fin. Mais toujours par l’entremise de Mr X, nous avions pu en débattre avec lui et même si nos points de vue n’avaient peut-être pas beaucoup bougé à l’issue, nous avions de notre côté été séduit par ce cinéaste prêt à défendre avec finesse et intelligence son bébé. Nous en avions ainsi profité pour rentrer un peu dans les arcanes d’une production forcément complexes considérant l’ADN d’un film qui s’est fait « under the radar » voire même à la marge du système.

Anderson Falls

Anderson Falls c’est donc le titre du prochain film de Julien Seri qu’il s’apprête à tourner à Los Angeles. Il nous a envoyé un petit mot pour présenter le projet tout en le contextualisant au sein de sa carrière. On vous le retranscrit in extenso :

Me voici à 47 ans, après 25 de carrière, en train de préparer mon 5ème film aux États-Unis. Je suis un privilégié, mais je me dis aussi que le travail finit toujours pas payer.
Et j’ai travaillé dur pour cela. Je suis fier de mon parcours. Il n’a pas été facile, mais j’ai eu la chance de croiser des talents qui m’ont fait confiance. Ils se reconnaîtront. Ils ont été là pour me soutenir.
Mes films, Yamakasi, Les Fils du vent, Scorpion, Night Fare, m’ont tous emmené ici.
Tous n’ont pas été faciles à mener à leur terme, certains plus que d’autres, mais j’ai tellement appris sur moi, tellement dû m’adapter, qu’ils m’ont rendu plus fort.
Les nombreuses publicités que j’ai réalisées ont été la meilleure des écoles. Ma carrière publicitaire a été un élément décisif dans ma petite carrière cinématographique. J’aime tellement ce média, je lui dois tellement… J’espère pouvoir en réaliser encore bien longtemps.
Après quatre films pour la télévision, je viens de finir mon premier documentaire… Une chance incroyable d’apprendre sur un nouveau média.
Je suis à deux semaines du début du tournage en pleine préparation. On cherche encore les décors, on est toujours en plein casting. Bref, nous sommes évidemment à la bourre, mais je ne connais pas de film, même des plus gros où je me suis senti à l’aise. Et je crois que je puise ma créativité des pressions que je vis. Je suis un combattant dans l’âme.
Je suis donc à l’aise face à l’adversité. Quoi que, quand je vois des gros films américains avec de gros budgets, je me dis que je gérerais bien aussi ^_^
Anderson Falls est un thriller indépendant écrit par Giles Daoust pour Title Media et Lone Suspect. Luke Barnett et Vincent Masciale produisent sous leur bannière Lone Suspect aux côtés de Giles Daoust et Catherine Dumonceaux pour le compte de Title Media et de Mike Macari (franchise The Ring) pour Koji Productions.
Le casting sera annoncé très bientôt. Ce projet est parfait pour mon premier film ici.
Je vais créer ici un lien avec vous, ceux qui veulent vivre l’aventure de l’intérieur.
Je vous présente les début de mon aventure ici… Tout ira en grandissant.
Plus de photos, de vidéos, d’infos… Plonger avec moi dans l’univers du film.

Pas de vidéos pour l’instant mais une première galerie de photos ci-dessous. Elles ont été prises au gré des repérages de Julien dans les rues de Los Angeles. Pour avoir lu le scripte, on peut vous dire que cela parle d’un lieutenant de police qui, pour faire plaisir à sa femme,  accepte d’abandonner le terrain pour un poste moins exposé aux dangers de la rue. Mais lors d’une ultime arrestation de nuit, il la retrouve morte dans leur appartement. Sombrant dans la dépression, il n’a plus qu’une idée en tête, retrouver les agresseurs alors que la police a déjà classé l’affaire en privilégiant la thèse du suicide. Au milieu de tout cela, il y a un enfant de 5 ans.

Si sur le papier on retrouve le côté « Vigilante » de certains des films de Seri, celui-ci nous assure pourtant que cela ne sera absolument pas traité ainsi. Un aspect assez excitant d’une prépa et d’un tournage se dévoile déjà ici. Un peu comme en foot (en pleine coupe du monde, nous ne sommes pas HS) où l’on ne peut s’arrêter au simple schéma tactique mis en place par un entraîneur (4-4-2 / 4-3-3…) alors que ce qui prime est bien entendu ce que l’on en fait. La fameuse animation d’une équipe sur le terrain. C’est donc la même chose qui se profile sur Anderson Falls avec en plus la notion de famille qui semble être de plus plus prégnant dans l’univers du cinéaste. La fin du film telle qu’elle est écrite à ce jour semble en effet aller dans cette direction. Pour le reste, on n’en dira pas plus. Sinon qu’à ce jour si nous ne savons pas combien de papiers nous allons consacrer à cette nouvelle aventure de Julien à laquelle il nous associe pour notre plus grand plaisir, nous ferons tout pour tenir autant que faire se peut une forme de journal de bord comme énoncée plus haut avec les infos / photos et autres vidéos que Julien voudra bien nous faire partager. Pas d’idée préconçue sinon la volonté de l’accompagner avec passion sans jamais devenir une sorte de caravane publicitaire / marketing. Il y a de toute façon des gens bien plus doués que nous pour cela. Sans oublier sa page facebook qu’il alimente au quotidien sur laquelle il dévoile sans fausse pudeur et avec une belle franchise la prépa qui l’occupe 36h sur 24. Stay tuned comme on dit.

© Julien Seri

2 réflexions sur « Journal de bord Anderson Falls de Julien Seri – Épisode 1 »

  1. Kol

    Quel plaisir de constater que Julien
    Séri tourne à nouveau un film.
    Passionné de l image depuis toujours
    Il ne lâchera jamais. ..alors j ai hâte

  Lâchez-vous !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *