Anderson Falls – Image une – Journal de bord Ep 6

Journal de bord Anderson Falls de Julien Seri – Épisode 6

Julien Seri vient de boucler la troisième semaine de tournage de son Anderson falls. Dans ce nouvel épisode du journal de bord qui nous permet de vivre au rythme des coulisses du film, le réalisateur nous démontre, si besoin était, que le talent ne se situe pas uniquement devant mais également un peu (beaucoup) derrière la caméra.

La semaine 3 fut intense… De grosses scènes, entre 6 et 8 pages de texte par jour. De l’action, de l’émotion.

Mercredi fut le dernier jour de l’immense Lin Shaye. Une incroyable actrice et une femme formidable. Une magnifique rencontre. Tellement attentive aux demandes. À mon énergie. Elle a une scène avec Shawn et Daniella qui m’a brisée le cœur.

Daniella, Shawn et Gary ont eu des scènes très fortes à jouer. Quel plaisir de le voir transcender le texte. Ma mise en scène n’avait qu’à capter ces moments le plus simplement du monde.

Vendredi soir/samedi matin, fut le vrai premier jour de Vahina Giocante et le dernier jour pour Gary Cole et Richard Harmon.

Vahina a conquis l’équipe dès son premier plan de la journée. Dans son rôle, intense, belle, bouleversante. Comment n’ai-je pas pu tourner avec elle avant ? Je la connaissais peu, je connaissais son travail… Cette rencontre fut une des plus puissantes de ma petite carrière. Elle a conquis l’équipe en un plan. Et elle a brisé mon cœur. Elle m’a fait flancher.

Ce même jour nous avons donc tourné les derniers plans de Gary et Richard. Ces deux acteurs se sont immensément investis dans leurs personnages. J’ai demandé beaucoup. Ils m’ont fait confiance, m’ont comblé. J’avoue ressentir beaucoup d’amitié et de respect pour eux. Je sais que je les retrouverai sur un autre film.

La semaine fut intense. Le regard des producteurs, Giles Daoust, Vince Masciale, Luke Barnett et Mike Macari m’ont permis de me recentrer quand ça allait trop vite. Ils m’ont même dirigé sur des détails qui m’ont permis de faire des choses qui ont amélioré le film. Difficile de réussir un film sans un ou des bons producteurs. Même si j’ai toujours estimé ne jamais avoir été produit avant Night Fare. Pascal Sid, Paul Mignot et Raphaël Cohen m’ont aidé à « réussir » mon avant dernier film.

Anderson Falls est un challenge. Mes 4 premiers longs, mes centaines de publicités et clips vidéo, mes téléfilms, mes courts métrages que j’ai réalisés, que j’ai produits, sont là comme une force, des racines puissantes qui me permettent de finir mes journées.

Shawn Ashmore, Vahina Giocante, Gary Cole, Richard Harmon, Lin Shaye, Daniella Alonso, Judah Mackey, Sonya Walger, Stefania Spampinato, Marlon Young, Melissa Papel et tous les autres ont été brillants. La semaine fut un réel cadeau. Les acteurs ont tout donné. Merci à Jessica Sherman pour le casting du film.

Le travail de Shan Liljerstrand le chef op est superbe. Son équipe est sur tous les coups. J’ai toujours su que j’aurais ce résultat car je suis un homme d’image, mais il m’a aidé au quotidien à aller encore plus loin. Brody, le monteur, bosse vite et chaque fin de semaine, je visionne un premier montage des scènes de la semaine précédente.

Traci Hays, la chef déco et son équipe ont fait des merveilles. Maggie Clapis la chef costumière, Laurie Hallak la maquilleuse font de la magie tous les jours.

Sachan Chaban, le compositeur, vient régulièrement sur le plateau pour se plonger dans le film singulier que je réalise. Le score s’annonce déjà fou. 40 musiciens vont participer au score. L’apport de cet artiste s’annonce incroyable sur ce film.

Bref, cette 3ème semaine fut folle en termes de rythme, de nombre de pages à tourner, d’ambition, mais je suis déjà tellement fier du travail accompli par tous.

Il reste donc 5 jours de tournage. Il ne faut pas baisser la garde, rester vigilant, et chercher le K.O pour sortir vainqueur de cette épreuve qui est l’une des plus belles de mes 25 ans de carrière.

5 longs en 20 ans alors que je sais que je peux en réaliser au moins un par an. Faut que j’accélère le rythme. Heureusement que l’équipe de Night Fare a été là pour m’empêcher d’abandonner.

Chaque jour est un pur plaisir cinématographique. Je ressortirai grandi de cette aventure. En tant que metteur en scène et en tant qu’homme.

Loin de Paris pendant plusieurs mois, mes enfants me soutiennent à distance.

Ils sont ma force.

Je suis un privilégié.

Une réflexion sur « Journal de bord Anderson Falls de Julien Seri – Épisode 6 »

  Lâchez-vous !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *