Anderson Falls - Ep7 - Image une

Journal de bord Anderson Falls de Julien Seri – Épisode 7 (Be Nice with the French)

Et voilà, c’est déjà la quille pour Anderson Falls et son tournage supersonique mené par un Julien Seri aussi véloce qu’un Quintana lors de la 17ème étape du Tour de France 2018 (oui on a les références que l’on peut/veut) propulsant ainsi son équipe vers les mêmes sommets que « Mondo » Duplantis lors des championnats d’Europe d’athlé de Berlin (bis repetita). Il y a déjà là comme une fin d’été qui se profile à l’horizon tout proche avec son lot de nostalgie, de premier montage à rendre asap (as soon as possible pour les broucouilles en anglais) et de retour au bercail parisien. Le tout avec des images plein la tête et pour nous le sentiment d’avoir eu la chance de partager une très belle aventure dont on a que trop envie de voir le résultat sur un bel écran de cinoche. Stay tuned comme on dit en sport, dans les médias branchouilles, à la rédac de DC alanguie comme il se doit au cœur d’un mois d’août enfin respirable.

Anderson Falls - Ep7

Incroyable. Nous venons de terminer le tournage de mon 5ème film.
Mon premier film Américain.
Un rêve de môme.

Cette expérience fut l’une des plus enrichissantes de ma petite carrière.
Je suis arrivé il y a deux mois dans un pays que je connaissais mal, avec un anglais loin d’être parfait, entouré d’une équipe avec laquelle je n’avais jamais travaillé.
J’ai donc dû convaincre tout le monde de bosser à ma manière.
Ce ne fut pas simple tous les jours, mais l’équipe a suivi.
Un truc dont ils n’ont pas l’habitude par exemple, c’est que je tourne les répétitions. Tout le temps. Je ne veux rien louper des acteurs. Je suis toujours à la recherche du petit « accident ». En quête de spontanéité.

Playlist vidéo Anderson Falls

Je n’ai pas de découpage coulé dans le béton. J’aime être comme un peintre qui avance à coups de pinceau. Donc je ne communique pas à l’équipe les plans que je vais faire. Je dis le nombre de plans que je pense avoir besoin pour la scène, l’axe le plus large pour la caméra, mais pas beaucoup plus que ça. Je veux que l’équipe reste aux aguets. Et je veux surtout pouvoir rester créatif. Et pour cela parfois il faut accepter d’être un mauvais élève. D’aller regarder là ou on ne devrait pas, d’être à l’écoute des acteurs. Car tout tourne autour des acteurs et de leur performance.

J’ai fini quasiment chaque journée en avance. J’ai eu un jour 3 heures d’avance sur le planning du premier assistant. Du jamais vu ici. Sur un tournage j’aime garder l’énergie à son maximum. Je préfère bosser intensément pendant 9 heures que mollement pendant 12 heures. J’aime l’efficacité. Je déteste perdre mon temps.

Cette dernière semaine fut intense avec des scènes très fortes et beaucoup d’émotion.
On a commencé la semaine de jour et on l’a fini avec 2 nuits.
Beaucoup d’émotion entre Vahina Giocante, Shawn Ashmore, Daniella Alonso et le Petit Judah Mackey.

Une belle rencontre aussi avec Tanner Thomason et avec David Gianopoulos, un acteur au CV impressionnant qui est venu pour un tout petit rôle mais qui a fait un grand crac.

Anderson Falls - Ep7 - David Gianopoulos et Shawn AshmoreDavid Gianopoulos et Shawn Ashmore

J’ai demandé à mon amie Marie Joxe de créer des peintures pour le film. Vous allez donc découvrir son magnifique travail dans le film.

Cette semaine fut bouleversante à plus d’un titre. Entre les scènes difficiles à tourner et la fin de tournage, mon petit cœur a été secoué plus d’une fois. Vahina m’a bouleversé lors d’une séquence tournée en un plan avec Gary Cole et Richard Harmon. Elle s’est jetée corps et âme dans la scène. Cette femme ne rigole pas. Quand on dit « Action » elle donne tout. Cette femme est un soleil et une immense actrice.

Anderson Falls - Ep7

On a tourné une scène difficile entre Shawn et Daniella en un plan. Caméra à l’épaule au 28mm (anamorphique) dans une petite pièce qui soudainement prend vie elle aussi. J’aime donner aux acteurs un espace de création. Cette scène fut un vrai cadeau de leur part. Voir les yeux brillants de trois des producteurs devant le moniteur fut un moment très touchant et qui m’a procuré beaucoup d’énergie.

Une autre scène fut bouleversante. Après 3 ou 4 prises très bonnes et toutes différentes, Shawn m’a demandé une toute dernière. Pour lui. Comment refuser un tel cadeau. Derrière mon petit moniteur, Shawn m’a brisé le cœur. J’ai du retenir la petite larme qui montait. Un grand acteur.

On a eu la visite de Canal + et du légendaire Didier Allouch sur le plateau. Trop heureux d’avoir eu la chance de le recevoir. Et on va avoir un petit reportage dans son émission qui passera à la rentrée.

On a fini la semaine avec une des premières scènes du film. Une arrestation toute simple sur le papier. Mais j’ai ressenti le besoin d’y rajouter un peu d’action.
Comment ne pas ? James Logan, le coordinateur des cascades a donc fait l’acteur aussi. Belle rencontre avec ce monsieur très talentueux et respectueux. Toujours à l’écoute de mes demandes.

Anderson Falls - Ep7

Daniella Alonso, Shawn Ashmore et James Logan ont été brillants lors de cette dernière nuit de tournage.

Samedi 11 août 2018, on a donc fini le tournage en buvant du champagne avec une heure et demie d’avance sur le plan de travail, sur un parking de Los Angeles.
J’étais un homme fatigué mais heureux et comblé.

Le soir même on a eu la fête de fin de tournage. Une très belle soirée.

Anderson Falls - Ep7

Un grand merci aux producteurs, Giles Daoust, Catheriine Dumonceaux, Luke Barnett, Vincent Masciale & Mike Macari, aux incroyables acteurs et à toute l’équipe du film.
Le montage commence dès lundi. L’aventure continue.

Je suis un privilégié.
Vive le cinéma.

  Lâchez-vous !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *