Implacable - Image une

Implacable : Histoire d’un film en devenir

Une fois n’est pas coutume, on va vous parler d’un film que l’on n’a pas vu. Un film même pas tourné, tout juste écrit en fait. Un film pour lequel on est déjà tombé amoureux pour tout vous dire. Son titre c’est Implacable et son futur réalisateur s’appelle Yann Danh. On pourrait s’arrêter là et attendre sa sortie pour revenir vous voir. Après tout, c’est bien là le rôle de passeur que nous nous sommes strictement assignés sur DC. Mais le problème c’est que si Implacable est sur les starting-blocks, il y est depuis 2015. Ce serait trop simple d’en rester là. Et puis ce serait aussi vous priver d’une histoire qui en dit beaucoup de notre production nationale. Petit voyage au centre d’une industrie qui n’a plus le choix.

Implacable - Affiche© Rémy Gente

Cette affiche, vous l’avez peut-être croisée récemment sur les réseaux sociaux. Quoi qu’il en soit, elle tourne depuis quelques jours après que Yann l’ait retrouvé enfouit dans les méandres d’un disque dur avec l’envie de la partager sans autre ambition que de se/nous faire plaisir. Il s’agit en effet d’un artwork qui remonte aux origines d’un projet alors sur de bons rails. Nous sommes en octobre 2015. Après avoir peaufiné son scénario, la prod d’alors l’envoie à Daniel Auteuil (choix n°1 de Yann) qui donne son accord une semaine plus tard non sans avoir tenu à rencontrer ce jeune réal qui lui propose un rôle dont il ne pensait même plus voir la queue de la comète. Celui de Fidel, un activiste façon Brigades Rouges des années 70 (un terroriste donc) aujourd’hui rangé des voitures dont le quotidien est partagé entre une cité craignos et les démons d’un passé sanglant qui lui revient sans cesse à la gueule. À l’issue de ce rendez-vous, Auteuil repart avec un Blu-ray d’À tout prix – le court-métrage de Yann qui a été sélectionné dans de nombreux festivals, a gagné des prix et a même été acheté par Anthony Zuiker qui l’a distribué aux États-Unis – en lui confirmant une nouvelle fois son accord pour faire le film.

La Gaumont est alors sur les rangs pour une co-production, Daniel Russo et Thierry Neuvic rejoignent l’aventure et puis les attentats de novembre au Bataclan font tout basculer. Même si Implacable n’aborde le terrorisme qu’en fil rouge se focalisant plus sur la rédemption de son personnage à commencer par sa rencontre avec Ben, un jeune du coin qui a la mauvaise idée de vouloir cambrioler son appartement, ou l’aspect choc des générations façon Assassin(s) d’un certain Kassovitz, Gaumont ne veut plus en entendre parler. Un polar radical avec règlements de compte saignants, enjeux politiques réalistes rappelant le cinéma engagé d’Yves Boisset et de l’action ambitieusement exposée avec les coûts inhérents que cela implique, il est évident que les risques deviennent plus compliquées à justifier auprès de la boss Sidonie Dumas. Qu’à cela ne tienne puisque Yann Danh revient à sa première idée qui était de pousser son film vers Netflix. Si en effet plus grand monde en France ne voit le film au cinéma, lui voit en Netflix un écrin propre à pouvoir pleinement s’exprimer. Le problème c’est que la société de production qui avait optionnée son histoire s’y refuse. En mai 2016, Yann s’abstient de signer un nouveau contrat avec eux. Bien lui en a pris puisque Metaluna Prod mettra la clé sous la porte quelques mois plus tard.

Pré-générique - ImplacablePré-générique Implacable de Yann Danh et Christophe Foltzer

Mais la nouvelle société avec qui il signe ne fera pas mieux et surtout refusera aussi d’aller voir du côté de Netflix (le grand Satan) et autres plateformes de streaming alors même qu’ils ont épuisé tous les contacts de leur carnet d’adresse susceptibles de pouvoir s’associer avec eux dans le montage financier du film. Reste alors à Yann une forme d’amertume et l’envie de continuer à avancer quand même. Il met donc ce projet en stand-by en espérant que cela ne soit pas définitif et travaille depuis avec d’autres prods sur d’autres histoires que cela soit pour du long ou de la série dont un développement qu’il effectue actuellement pour Lacmé Studios dont les fondateurs sont Jean-Luc Herbulot et Paméla Diop.

Alors bien entendu, le cinéma est jonché de cadavres de films qui n’ont jamais vu le jour. Le cimetière est full de chez full et tous les cinéastes morts ou vivants n’ont qu’à se baisser pour nous parler de leur filmo fantôme. Mais nous on se dit qu’Implacable mérite une seconde chance. Il faut voir déjà l’engouement depuis que Yann a lâché cette affiche. À tel point d’ailleurs que le buzz aidant, trois sociétés l’ont contacté en une semaine. Et on parie que ce n’est que le début. C’est que depuis Netflix et consorts se sont définitivement imposés dans le paysage et plus aucune boîte ne peut se passer de ce mastodonte. Et qu’Implacable ne peut que trouver sa place chez Reed Hastings (ou ailleurs, on n’est pas bégueule et on subodore que Yann non plus). On en veut pour preuve aussi Balle perdue qui a semble-t-il été vu par près de 40M de netflixiens de par le monde. Tel Moïse devant la Mer Rouge, le film de Guillaume Pierret ne peut qu’avoir donné de bonnes idées pour qui veut s’approprier un film qui s’inscrit dans cette lignée tout en proposant une histoire bien plus ambitieuse.

Implacable© Philippe Gaulier & Olivier Pron

D’autant que les choses semblent s’accélérer avec l’annonce il y a quelques jours de l’acquisition par Netflix de Bronx, le prochain Olivier Marchal, qui devait initialement sortir au cinéma. Si l’avenir de notre cinéma doit en passer par là, so be it. Parce que nous on préfèrera toujours des films un peu malades, un peu sur la corde raide, un peu fiévreux mais qui nous proposent du cinéma que des productions à l’attention de spectateurs assimilés à des bas du front que l’on emmène à l’abattoir de la pensée. Ne levez pas les yeux au ciel, à quelques exceptions près dans l’année, on y est déjà. Et ce petit texte, s’il ne veut pas jouer au redresseur de torts, aimerait au moins qu’il serve à donner à Implacable le destin qu’il mérite. Car nous, on n’a qu’une envie, c’est de venir vous en reparler ici.

  • Le court-métrage À tout prix est visible dans son intégralité sur Viméo en suivant ce lien.
  • Une page Facebook #LibérezImplacable a été créée suite à la découverte de l’affiche et aux premières réactions enthousiastes qui ont suivies. On ne peut que vous inviter à y faire un tour et pourquoi pas à grossir le nombre des personnes qui veulent que ce film voit le jour.
  • Ou sinon la page FB du film en devenir existe aussi
  • DANIEL RUSSO est Implacable

Implacable de Yann Danh

Pitch : Fidel, un sexagénaire au passé trouble, et Ben, une petite frappe qu’il emploie pour finir les travaux de sa future maison, se retrouvent plongés au cœur d’une sale affaire. Pris au piège et pourchassés par de dangereux mercenaires, ils n’ont pas d’autre choix que de s’allier pour survivre.

  Lâchez-vous !

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *