The Program

Sorties ciné du 16 septembre 2015 : Biopicmania !

La rubrique forcément hebdo Sorties ciné nous permet de nous répandre en quelques lignes souvent de mauvaise foi et peu argumentées sur les sorties de la semaine. Certaines auront eu les honneurs d’une critique circonstanciée, d’autres (et c’est la majorité) non. Parce que on a eu la flemme, parce que le film est mauvais, parce que on n’a rien à dire d’intéressant (vous nous direz, a-t-on quelque chose à dire dans l’absolu ?), parce qu’on ne l’a pas vu… mais on va quand même dire ce que l’on en pense. Bref, l’idée est de se défouler et accessoirement d’informer. Pas le contraire. Ce serait trop simple et trop vertueux. Ce que, comme chacun le sait, nous ne sommes pas à DC.

Code UNCLE - AfficheAgents très spéciaux – Code U.N.C.L.E de Guy Ritchie – 1h57 (Warner)

Au début des années 60, en pleine guerre froide, Agents très spéciaux – Code U.N.C.L.E. retrace l’histoire de l’agent de la CIA Solo et de l’agent du KGB Kuryakin. Contraints de laisser de côté leur antagonisme ancestral, les deux hommes s’engagent dans une mission conjointe.

Entre 007 et M:I, Guy Ritchie et son trio d’acteurs s’en donnent à cœur joie entre traits d’humour, scénario roublard et mise en scène aiguisée pour nous servir un thriller d’action / espionnage décomplexé sur fond de Guerre Froide qui se laisse suivre sans déplaisir. 3,5/5SA

Marguerite - AfficheMarguerite de Xavier Giannoli – 2h07 (Memento Films)

Le Paris des années 20. Marguerite Dumont est une femme fortunée passionnée de musique et d’opéra. Depuis des années elle chante régulièrement devant son cercle d’habitués. Mais Marguerite chante tragiquement faux et personne ne le lui a jamais dit. 

On s’est fendu d’une vidéo Première Séance et Stef nous en dit quelques mots, le tout ci-dessous. Si avec tout ça, votre opinion n’est pas faite allez vous faire foutre ! 2,5/5SG

Giannoli poursuit l’exploration de ses thématiques habituelles : la scène, la célébrité, les personnages qui « endossent des rôles » et trouve en Catherine Frot une Castafiore mi-triste mi-joyeuse certes aussi touchante que la mise en scène est soyeuse mais où la finalité de la chose nous échappe un peu malgré tout. 2,5/5SA

Straight Outta Compton - AfficheN.W.A – Straight Outta Compton de F. Gary Gray – 2h26 (Universal Pictures)

En 1987, cinq jeunes hommes exprimaient leur frustration et leur colère pour dénoncer les conditions de vie de l’endroit le plus dangereux de l’Amérique avec l’arme la plus puissante qu’ils possédaient : leur musique.

Le premier biopic de cette liste et comment dire, je suis déjà saoulé. SG

The Program - AfficheThe Program de  Stephen Frears – 1h43 (StudioCanal)

Découvrez toute la vérité sur le plus grand scandale de l’Histoire du sport : le démantèlement du programme de dopage qui a fait de Lance Armstrong une légende. De la gloire à l’humiliation, The Program retrace le parcours de la star du Tour de France. Véritable thriller, le film nous plonge au coeur de la folle enquête qui a conduit à sa chute.

Déjà le synopsis ci-dessus ment puisque une partie de l’enquête, dans sa partie française, n’est absolument pas mentionnée. Au-delà de la polémique, disons que l’intérêt d’un tel biopic est quand même assez mineur sinon à se gondoler devant l’ambulance qui passe. SG

Le Prodige - AfficheLe Prodige de Edward Zwick – 1h54 (Metropolitan)

La vie du joueur d’échecs américain Bobby Fischer, jusqu’à son match historique contre le Russe Boris Spassky, en plein milieu de la Guerre Froide.

Que le vétéran Edward Zwick se mette à réaliser des biopics montre bien la pauvreté des choix de sujets qui se baladent en ce moment à Hollywood. Le pire dans tout cela c’est que la BA fait ce qu’elle peut pour aguicher mais qu’à l’arrivée on sent bien qu’un e-Cinema ou autre passage en Direct To Video aurait certainement été plus judicieux… SG

Affiche - La Vie en grandLa Vie en grand de Mathieu Vadepied – 1h36 (Gaumont)

Adama est un adolescent de 14 ans. Il vit avec sa mère dans un petit deux-pièces en banlieue parisienne. Il est en échec scolaire même si c’est un élève prometteur. Avec Mamadou, plus jeune que lui, ils vont inverser le cours de leurs vies.

Premier film qui a fait la clôture de la dernière Semaine de la Critique à Cannes, cette Vie en grand semble pérenniser cette affection qu’à notre cinéma à tenter de prendre à bras le corps certains sujets de société brûlants du moment. Ici et d’après la BA, une enfance en banlieue pour un petit gars prometteur à l’école mais dont l’environnement semble l’envoyer vers le côté obscur de la Force. Mais comme il s’agit là d’un film à l’attention des (petits) bourgeois des villes, on vous rassure tout va bien se terminer et ce grâce aux belles institutions de notre République. Le cinéma, tout comme le sport à la télé, serait-il l’opium du peuple ? SG

Affiche - Much LovedMuch Loved de Nabil Ayouch – 1h44 (Pyramide)

Marrakech, aujourd’hui. Noha, Randa, Soukaina et Hlima vivent d’amours tarifées. Ce sont des prostituées, des objets de désir. Vivantes et complices, dignes et émancipées, elles surmontent au quotidien la violence d’une société qui les utilise tout en les condamnant.

On se souvient que suite à la projection du film à la dernière Quinzaine des réalisateurs à Cannes, le Maroc décida d’en interdire la diffusion en son Royaume. En cause le sujet qui traite de la prostitution dans ce pays ultra conservateur pour ne pas dire plus. Son réalisateur n’en est pas à son coup d’essai puisque l’on a encore en mémoire son précédent film, Les Chevaux de Dieu, qui abordait l’embrigadement d’enfants devenant des martyrs et qui furent les auteurs de cinq attentats-suicides qui ensanglantèrent la ville de Casablanca le 16 mai 2003. Les chiffres premier jour France (15 477 entrées sur 113 copies) montrent que le film comblera sur ce seul marché la non sortie marocaine. Plutôt une bonne nouvelle. SG

True Story - AfficheTrue Story de  Rupert Goold – 1h40 (Twentieth Century Fox)

Récemment renvoyé du New York Times, pour avoir falsifié des informations, un journaliste se voit offrir une chance de rédemption lorsqu’un tueur en série assure s’être fait passer pour lui pendant des années.

Sortie technique pour la Fox (10 copies en tout) pour un film déjà dispo dans toutes les bonnes crémeries digitales outre-Atlantique depuis le 4 août dernier. Là encore une sortie directement en VOD et DVD/Blu-ray auraient été plus logiques. Les voies de la distribution en France sont décidément impénétrables. SG

  Lâchez-vous !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *