Merci Patron - Image une fiche film

Fiche film : Merci Patron !

« En tant que journaliste pour différents supports, cela fait plus de seize ans que je couvre les fermetures d’usines. Vivant à Amiens, j’ai vu de nombreuses entreprises cesser leur activité, des gens occuper leurs locaux syndicaux, rencontré des personnes désespérées songeant à ouvrir leur bouteille de gaz. En abordant régulièrement ce sujet, j’ai été amené à croiser la route de Bernard Arnault et à dénoncer ses agissements. Il me restait encore pas mal de choses à dire mais j’avais envie de changer de support et de registre. J’avais déjà abordé le cinéma, réalisé deux trois choses pour le net et donc l’idée de faire un film s’est concrétisée. » – François Ruffin

Merci Patron ! (2016)

Réalisateur : François Ruffin
Genre : Documentaire
Durée : 1h24
Distributeur : Jour2fête
Sortie en salles : 24 février 2016

Résumé : Pour Jocelyne et Serge Klur, rien ne va plus : leur usine fabriquait des costumes Kenzo (Groupe LVMH), à Poix-du-Nord, près de Valenciennes, mais elle a été délocalisée en Pologne. Voilà le couple au chômage, criblé de dettes, et qui risque désormais de perdre sa maison.
C’est alors que François Ruffin, fondateur du journal Fakir, frappe à leur porte. Il est confiant : il va les sauver. Entouré d’un inspecteur des impôts belge, d’une bonne soeur rouge, de la déléguée CGT, et d’ex-vendeurs à la Samaritaine, il ira porter le cas Klur à l’assemblée générale de LVMH, bien décidé à toucher le coeur de son PDG, Bernard Arnault.
Mais ces David frondeurs pourront-ils l’emporter contre un Goliath milliardaire ? Du suspense, de l’émotion, et de la franche rigolade. Nos pieds nickelés picard réussiront-ils à duper le premier groupe de luxe au monde, et l’homme le plus riche de France ?

Articles / Liens :

  • Avis express 1 : En tirant à boulet rouge mais non sans une extrême précision, Merci Patron ! dénonce les conséquences de la crise économique et du chômage qui mettent au rebut des millions de petites gens au profit des grosses huiles qui continuent impunément à s’enrichir, inaccessibles qu’ils sont aux côtés de nos chers élus dans leurs tours d’ivoire ; le tout dans un style aussi corrosif que détonnant, à mi-chemin entre un humour à la Michael Moore et un Surprise sur prise ! façon Marcel Béliveau. 3,5/5 – Stéphane Argentin
  • Avis express 2 : C’est franchement assez jouissif de voir qu’il est possible de « carroter » ainsi le patronat en usant finalement de procédés aussi borderlines que ceux pratiqués par exemple lors des délocalisations d’usines avec les licenciements tragiques qui vont avec. Merci Patron ! est certes un film militant mais au lieu de rentrer dans le lard d’une manière frontale, François Ruffin, son instigateur, réal, rédac chef de Fakir…, attaque la chose par les flancs pour un résultat qui tord les croyances comme quoi le patronat, en l’occurrence ici Bernard Arnault, vit dans une impunité totale. Merci Patron ! est aussi un film miraculeux tant dans son propos que dans sa mise en scène et sa narration. On est enfin juste heureux de constater que l’on est encore capable de produire ce genre de pépite même si à l’évidence avec son budget à 40 000 euros, on est très loin des circuits habituels du cinéma français. Merci Patron ! ou le film guérilla par excellence. 3,5/5SG
  • La chronique DVD : Édition DVD indispensable ? Oui certainement. Ne serait-ce que pour se dire que tout cela ne fut pas un rêve. Que cela a bien eu lieu. Mais aussi pour découvrir deux scènes coupées plutôt dans le ton du film et surtout une interview façon making of de Ruffin qui sans langue de bois nous parle d’un tournage qui fut parsemé de doutes et où la déprime n’était jamais bien loin. Tout du moins au début. On a aussi droit à deux livrets qui pour l’un retranscrit les lettres adressées au fameux Monsieur le Commissaire dont la toute première est celle qui donne le ton au film. Quant au second livret, il retranscrit deux articles parus dans Fakir qui font le lien entre le film et le phénomène Nuit Debout. De saines lectures, sinon militantes, s’il en est.

  Lâchez-vous !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *