Mr Wolff (2016) de Gavin O'Connor

Fiche film : Mr Wolff

« Les gens qui ont des secrets sont toujours fascinants. On croit les connaître, puis on découvre qu’on s’est totalement trompé sur leur compte […] Mr Wolff repose sur ce personnage fascinant que j’ai adoré et que j’ai voulu creuser. Qu’est-ce qui l’a rendu comme ça ? Comment a-t-il développé ses dons ? Comment est-il devenu ce combattant redoutable ? Cette histoire est comme un puzzle : c’est une intrigue à tiroirs, ce qui la rend particulièrement haletante et stimulante intellectuellement » – Gavin O’Connor

Mr Wolff (The Accountant – 2016)

Réalisateur : Gavin O’Connor
Acteurs : Ben Affleck, Anna Kendrick, J.K. Simmons, Jon Bernthal, Jeffrey Tambor, Cynthia Addai-Robinson, John Lithgow, Jean Smart
Durée : 2h10
Distributeur : Warner Bros France
Sortie en salles : 1er novembre 2016

Résumé : Petit génie des mathématiques, Christian Wolff (Ben Affleck) est plus à l’aise avec les chiffres qu’avec les gens. Expert-comptable dans le civil, il travaille en réalité pour plusieurs organisations mafieuses parmi les plus dangereuses au monde. Lorsque la brigade anti-criminalité du ministère des Finances s’intéresse d’un peu trop près à ses affaires, Christian cherche à faire diversion : il accepte de vérifier les comptes d’une entreprise de robotique ayant pignon sur rue. Problème : la comptable de la société a décelé un détournement de fonds de plusieurs millions de dollars. Tandis que Christian épluche les comptes et découvre les rouages de l’escroquerie, les cadavres s’accumulent…

Articles / Liens :

  • Avis express : Gavin O’Connor ne cesse décidément de nous surprendre. Après avoir revisité les univers de la boxe et du western au travers des excellents Warrior (2011) et Jane got a gun (2016), il s’attaque à présent avec tout autant de réussite au monde de l’action / thriller saupoudré d’un soupçon d’espionnage. Certes tout n’y est pas irréprochable et certaines scènes et/ou éléments narratifs peinent à convaincre mais dans l’ensemble, ce croisement improbable entre les remarquables Rain Man (1988) de Barry Levinson et Léon (1994) de Luc Besson découle sur un polar « à l’ancienne » où tout s’emboite admirablement au cours de la deuxième moitié avec un soin tout particulier accordé à l’ensemble des personnages, rehaussé de scènes d’action qui dépotent sévère. Le récent et très mollasson Jack Reacher : Never go back peut prendre sa retraite, la relève est là. De surcroît, même s’il ne réinvente pas la poudre, ce Mr Wolff n’est ni un remake, ni un reboot, ni une suite ou une quelconque adaptation ; ce qui, en ces temps de disette cinématographique, a triplement le mérite de forcer le respect. – 4/5
  • Avis express 2 : Pas grand chose à rajouter par rapport à ce qui a été dit ci-dessus. Voilà en tout cas une excellente surprise d’autant qu’en découvrant le film, je n’avais pas capté que derrière c’était le réal de Jane Got a Gun, soit à mon sens déjà l’un des meilleurs films vus cette année. Alors certes ce Mr Wolff est un cran en dessous mais reste jubilatoire dans ce que cela raconte (même si le dernier tiers est un tantinet trop explicatif) et assez fascinant dans l’efficacité de sa mise en scène. Gavin O’Connor est décidément oui le réal du moment à suivre. SG3,5/5

  Lâchez-vous !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *