La Fille de Brest (2016) de Emmanuelle Bercot

Fiche film : La Fille de Brest

« Dans la mesure où c’était à Irène Frachon de décider à qui elle préférait confier l’adaptation de son livre, j’ai déjeuné avec elle, à Paris, quelques mois après la sortie du livre, c’est-à-dire il y a près de six ans. J’ai tout de suite compris que cette femme haute en couleurs pouvait être un extraordinaire personnage de fiction. Racontée par elle, avec toute sa passion, avec toute son émotivité, l’affaire prenait un tout autre relief. Ce n’était plus l’histoire du Mediator, mais le combat de cette femme hors du commun. » – Emmanuelle Bercot à propos de La Fille de Brest.

La Fille de Brest (2016)

Réalisateur : Emmanuelle Bercot
Acteurs : Sidse Babett Knudsen, Benoît Magimel, Charlotte Laemmel, Isabelle De Hertogh, Lara Neumann, Philippe Uchan, Patrick Ligardes, Olivier Pasquier, Gustave Kervern
Durée : 2h08
Distributeur : Haut et Court
Sortie en salles : 23 novembre 2016

Résumé : Dans son hôpital de Brest, une pneumologue découvre un lien direct entre des morts suspectes et la prise d’un médicament commercialisé depuis 30 ans, le Mediator. De l’isolement des débuts à l’explosion médiatique de l’affaire, l’histoire inspirée de la vie d’Irène Frachon est une bataille de David contre Goliath pour voir enfin triompher la vérité.

Articles / Liens :

  • Avis express : Difficile de ne pas songer à l’excellent Erin Brockovich (2000) : même héroïne grande gueule, même « taupe », même attachement aux deux facettes du personnage (sa vie privée vs son combat) et surtout cette même volonté de dénoncer des pratiques camouflées derrière des cohortes d’experts et autres arrivistes en costard trois pièces / tailleurs et talons aiguilles au détriment des petites gens. À l’instar du long-métrage de Soderbergh et de son personnage-titre, Emmanuelle Bercot fonce dans le tas tel un panzer allemand non sans un mélange assez réussi entre émotion et humour. Et pour aussi caricaturales que puissent apparaître certaines confrontations, l’ensemble fonctionne plutôt bien en dépit d’un récit à l’intensité hiératique, conséquence directe des hauts et des bas qu’aura dû traverser l’héroïne au cours de ces longues années de bataille. Pour autant, la fin nous rappelle que la lutte n’est pas terminée, loin s’en faut, puisque ce gigantesque conglomérat qu’est le laboratoire Servier reste pour l’heure bien tranquillement impuni au sommet de sa tour d’ivoire. Pas certain que ce long-métrage tout comme le livre d’Irène Frachon dont il s’inspire fera bouger les choses mais on saura néanmoins gré à cette Fille de Brest de nous proposer une œuvre d’investigation engagée que l’on ne rencontre que trop rarement au sein de la production cinématographique hexagonale.  3,5/5 – SA

  Lâchez-vous !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *