Sous le même toit (2017) de Dominique Farrugia

Fiche film : Sous le même toit

« Voilà̀ une poignée d’années, un camarade m’a fait lire dans Libération un article expliquant que 60% des couples divorcés parisiens étaient obligés de vivre sous le même toit à cause du manque d’argent. Et essayaient donc de respecter des règles faussées dès le départ puisque quand on décide de divorcer, l’envie de vivre ensemble a forcément disparu. J’y ai tout de suite vu une idée de film. Je l’ai mise de côté le temps de BIS mais, petit à petit, la graine a germé. J’ai donc commencé à développer le film pour EuropaCorp mais sans metteur en scène en tête. Et puis, au bout de la troisième version du scénario, je me suis dit : pourquoi pas moi ? » – Dominique Farrugia à propos de Sous le même toit

Sous le même toit (2017)

Réalisateur : Dominique Farrugia
Acteurs : Gilles Lellouche, Louise Bourgoin, Manu Payet, Marilou Berry, Julien Boisselier, Nicole Calfan
Durée : 1h33
Distributeur : EuropaCorp Distribution
Sortie en salles : 19 avril 2017

Résumé : Delphine et Yvan divorcent d’un commun accord. Pour eux, comme pour leurs deux enfants Violette et Lucas, la séparation se déroule dans le calme. Sa situation financière devenant critique, mais étant tout de même propriétaire de 20% de la maison, Yvan décide de retourner vivre avec Delphine. Les deux ex vont alors découvrir les joies de la colocation forcée…

Articles / Liens :

  • Avis express : Pleinement conscient de marcher dans les traces de La Guerre des roses, la nouvelle comédie de Dominique Farrugia va même jusqu’à y faire ouvertement référence le temps d’une séquence. Mais le film de Danny DeVito peut dormir sur ses deux oreilles tant il restera pour longtemps encore (toujours ?) le plus beau représentant en matière de séparation de couples de par son cynisme et son haut degré d’hilarité qui n’a pas pris une ride 30 ans plus tard. En comparaison, Sous le même toit se contente d’un bout à bout de scénettes contées sous la forme de flashbacks dont la portée comique prête plus souvent à l’ennui qu’aux fous-rires et dont les meilleurs morceaux ont, comme trop souvent, déjà été aperçus dans la bande-annonce. La dimension socio-économique qui sert de pitch (les couples séparés contraints et forcés de vivre sous le même toit faute de finances suffisantes pour retourner vivre chacun de leur côté) n’est que trop rarement abordée, tout comme la caractérisation des personnages, raccrochée à la toute dernière minute. Dans ces conditions, nous mettrons totalement de côté la vision que nous qualifierons bien volontiers de rétrograde du couple avec la femme qui s’occupe des mômes et de toutes les « tâches ménagères » tandis que l’homme n’en branle pas une dans le canapé, attendant mollement d’accomplir le « grand projet de sa vie ». Même si paradoxalement, c’est cette même vision qui prêterait le plus à rires dans le film. Dans le même registre, il ne sera pas interdit de lui préférer, et de loin, le beaucoup plus fendard Papa ou maman (2015), et même sa suite, pourtant beaucoup moins réussie, sortie en décembre dernier. 2/5 – SA

  Lâchez-vous !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *