Message from the king - Image une fiche film

Fiche film : Message from the King

Message from the King est le premier film en langue anglaise de Fabrice Du Welz. Lorsqu’il s’est rendu à Los Angeles, qu’il connaissait peu, le metteur en scène a passé de nombreux mois en repérages à parcourir la ville avec une fascination grandissante.

Pendant la conception de Message from the King, Fabrice Du Welz avait en tête certains films des années 1970 comme La Loi du milieu de Mike Hodges, Shaft de Gordon Parks, The Long Good Friday de John MacKenzie et surtout Hardcore de Paul Schrader. Le cinéaste a également été influencé par l’ambiance glauque et poisseuse du Los Angeles des romans de James Ellroy.

Message from the King (2016)

Réalisateur : Fabrice Du Welz
Acteurs : Chadwick Boseman, Luke Evans, Teresa Palmer, Alfred Molina
Durée : 1h42
Distributeur : The Jokers / Les Bookmakers
Sortie en salles : 10 mai 2017

Résumé : En provenance de Cape Town, Jacob King débarque à Los Angeles à la recherche de sa sœur disparue.
Avec un billet retour pour l’Afrique du Sud sept jours plus tard, et 600 dollars en poche.
Au bout de 24 heures, il découvre que sa sœur est morte dans des circonstances étranges…

Articles / Liens :

  • Avis express : Fabrice Du Welz fait partie de cette génération de réalisateurs qui a un peu payé les pots cassés d’avoir voulu faire du genre son cinéma de prédilection. Calvaire fut ainsi un choc en forme de délicieuse révélation alors que Vinyan qui suivit fut son cimetière à lui. Il ne s’en est jamais vraiment remis d’ailleurs (film à gros budget, film mégalo et four au box office) enchaînant difficilement sur un indigent Colt 45 six ans plus tard mais que Alléluia dans la foulée vint contrecarrer magnifiquement remettant ainsi quelque peu l’église au centre du village. Entendre par là que la bête bougeait encore. C’est donc peu de dire que l’on attendait avec une impatience non feinte ce Message from the king annoncé comme un vibrant hommage au cinéma yankee des années 70 quand le genre n’était pas un gros mot. Une forme de boucle qui se boucle ? Et bien oui mais là où Alléluia délivrait une proposition excitante, racée, déviante et surtout couillue, Message from the king se contente d’égrener clins d’œil, hommages et autres coups de pied dans le cul à l’adresse de spectateurs forcément clients. On parle ici du thriller urbain façon Shaft où il est question de vengeance accompagnée de mandales dans la gueule (Little John). De prime abord c’est forcément jouissif. Mais de prime abord seulement car Message from the king a bien du mal à élever le débat tant dans son traitement que dans ce qu’il raconte. Non que Du Welz ne s’échine pas derrière la caméra mais c’est bien souvent en vain car rattrapé par cette ville tentaculaire de Los Angeles dont il a bien du mal à en faire un personnage à part entière. Sa réalisation s’y englue comme abasourdie et écrasée par la métropole aux milles aspérités qui n’a du coup ici aucune identité visuelle. Reste toutefois le charisme évident de Chadwick Boseman (Black Panther Mesdames et Messieurs). Sorte de Jack Carter à la violence encore plus viscérale et directe qui aurait en apparence troqué le légendaire flegme britannique par une mélancolie sourde post-moderne. 3/5 – SG

  Lâchez-vous !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *