Le Roi Arthur - La légende d'Excalibur (2017) de Guy Ritchie

Fiche film : Le Roi Arthur – La Légende d’Excalibur

« Guy [Ritchie] s’est emparé de la trajectoire classique du héros, et en a fait une histoire originale, avec un Arthur très accessible pour la nouvelle génération. L’Arthur du film a dû apprendre à se défendre tout seul en grandissant, à se tenir prêt à en découdre, et il s’est construit un petit royaume où il règne en prince des voleurs. Mais il n’en reste pas moins un personnage noble en quête d’une cause à défendre » – Charlie Hunnam à propos du Roi Arthur : La légende d’Excalibur

Le Roi Arthur : La légende d’Excalibur (King Arthur : Legend of the Sword – 2017)

Réalisateur : Guy Ritchie
Acteurs : Charlie Hunnam, Astrid Bergès-Frisbey, Jude Law, Djimon Hounsou, Eric Bana, Aidan Gillen
Durée : 2h06
Distributeur : Warner Bros France
Sortie en salles : 17 mai 2017

Résumé : Guy Ritchie redynamise la légende arthurienne en signant un grand film d’action et d’aventure au souffle épique. Dans cette relecture iconoclaste du mythe d’Excalibur, on s’attache au personnage d’Arthur (Charlie Hunnam) jusqu’à son accession au trône. Quand le père du jeune Arthur est assassiné, Vortigern (Jude Law), l’oncle du garçon, s’empare de la couronne. Ignorant tout de ses origines, Arthur grandit dans les quartiers mal famés. Mais le jour où il parvient à arracher l’épée à la pierre, il doit accepter son destin. Désormais, il n’a plus le choix…

Articles / Liens :

  • Avis express : Depuis ses débuts de metteur en scène en 1998 avec le très remarqué Arnaques, crimes et botanique, Guy Ritchie n’aime rien tant que s’attarder sur des figures de truands, de margoulins et autres faciès patibulaires dans un style désinvolte, volontiers mutin, le tout enrobé d’une mise en scène pompière. Même lorsqu’il se réappropria le célèbre personnage imaginé par Arthur Conan Doyle, il en fit un personnage déviant (accroc à l’opium, porté sur la baston, etc.) avec le succès que l’on sait au box-office. Difficile dans ces conditions de comprendre pourquoi le public qui fit un tel triomphe à son diptyque consacré à Sherlock Holmes a décidé de bouder cette nième relecture de la légende arthurienne ? Car après tout, on y retrouve ni plus ni moins que le même « style », si tant est que l’on puisse le qualifier de la sorte, inhérent à toutes les précédentes réalisations de Guy Ritchie. Tout ceci n’est certes pas fin pour deux sous, tant sur le fond (l’histoire est archi connue, tout est prévisible à des kilomètres) que sur la forme (ralentis à gogo, CGI à tous les étages, le tout pour un budget de production conséquent de $175M), mais Guy Ritchie fait ni plus ni moins que du Guy Ritchie et il ne sera pas interdit de prendre un certain plaisir à SA vision du Roi Arthur. 3/5 – SA

  Lâchez-vous !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *