The Last Girl - Image une fiche film

Fiche film : The Last Girl – Celle qui a tous les dons

L’histoire originale de The Last Girl est venue au romancier Mike Carey alors qu’il travaillait sur une nouvelle horrifique pour un recueil. C’est lui-même qui a ensuite adapté cette nouvelle pour en faire un scénario, après en avoir parlé à la productrice Camille Gatin. Celle-ci a ensuite passé le mot au réalisateur Colm McCarthy, qui s’est d’emblée montré très intéressé.

Bien qu’il s’agisse d’un film de zombies, Mike Carey voulait que les origines de l’apocalypse soient plausibles : « Très en amont du projet, on s’est dit qu’on voulait donner une explication scientifiquement crédible à cette nouvelle apocalypse. On a fait des recherches et on est tombé sur un champignon, l’Ophiocordyceps unilateralis, dans un documentaire de David Attenborough, The Secret Life of Plants. Il s’agit d’un parasite qui attaque les fourmis de la forêt tropicale amazonienne. Les spores se déposent sur l’insecte et le champignon se développe dans le corps de la fourmi et prend possession de son système nerveux ». Une cause toute trouvée pour un fléau planétaire.

The Last Girl – Celle qui a tous les dons (The Girl With All The Gifts – 2016)

Réalisateur : Colm McCarthy
Acteurs : Gemma Arterton, Glenn Close, Paddy Considine, Sennia Nanua
Durée : 1h52
Distributeur : La Belle Company
Sortie en salles : 28 juin 2017

Résumé : Au fin fond de la campagne anglaise, une base militaire héberge et retient prisonniers un groupe d’enfants peu ordinaires qui, malgré le fait d’avoir été infectés par un agent pathogène « zombie » qui a décimé la planète, demeurent capables de penser et de ressentir des émotions. Lorsque la base est attaquée, Melanie, qui semble être la plus surdouée d’entre eux, réussit à s’échapper en compagnie de son professeur, de deux soldats et d’une biologiste qui ne voit en elle qu’un cobaye indispensable à la découverte d’un vaccin. Dans une Angleterre dévastée, Melanie doit découvrir qui elle est vraiment et décider ainsi de son propre sort comme celui de l’humanité tout entière.

Articles / Liens : 

  • Avis express : Commençons par ce qui fâche. Pourquoi avoir attendu aussi longtemps pour sortir The Last Girl alors que le film de Colm McCarthy est disponible dans toutes les bonnes crémeries de surcroît pas forcément légales et depuis la nuit des temps (on exagère à peine). Encore une fois pourrait-on avancer tant le distributeur, La Belle Company, est coutumier du fait. S’il dépasse les 100 000 entrées, on ne pourra que s’incliner (et on mangera notre casquette au passage). Mais on parle ici d’un film de genre post-apo avec zombies et tutti quanti. Alors certes, la mode Walking Dead est passée par là mais qui pour se déplacer en salles au-delà du cercle des fans transis qui de toute façon auront déjà maté la chose depuis leur ordi ou leur TV, voire pire, depuis leur smartphonre. Ceci étant dit, The Last Girl – gna gna gna (encore une belle trad française tiens) n’est pas à snober si par chance vous ne l’auriez pas encore découvert. Ne serait-ce que pour sa première partie bien tendue du string où le pot-aux roses ne nous est révélé que progressivement. Quand la vie dans la base militaire qui sert aussi de prison pour de jeunes enfants zombies mais pas trop nous est décrite avec minutie et beaucoup d’à propos. C’est ensuite que cela se gâte un peu. D’abord progressivement quand il faut à un moment forcément se barrer et bientôt errer dans un Londres décati et infesté de bouffeurs de chaires humaines. Puis en mode total roue libre lors des 15/20 dernières minutes que l’on vous laisse apprécier comme il se doit. The Girl With All The Gifts n’est finalement rien de plus qu’une série B plutôt moyenne qui n’aurait pas fait tâche dans une offre premium VOD du style e-Cinéma. En le portant en salles, La Belle Company fait acte de bravoure doublé d’un fort sentiment de suicide économique pour les raisons évoquées plus haut. Un peu comme si le soldat Ryan avait débarqué tout seul sur nos plages normandes avec un fusil à bouchon (oui, il nous fallait bien conclure par une image forte. On assume).  3/5SG

  Lâchez-vous !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *