Moi, moche et méchant 3 - Image une fiche film

Fiche film : Moi, Moche et Méchant 3

Si le réalisateur Pierre Coffin a participé à la mise en scène de tous les films de la franchise, le co-réalisateur Kyle Balda a pour sa part fait ses armes sur Les Minions. Ce troisième volet est leur seconde collaboration. Dans cette nouvelle aventure, le duo est épaulée par Eric Guillon qui réalise ici son premier long métrage. Ce dernier n’est pour autant pas un novice puisqu’il fait partie du noyau dur d’Illumination depuis sa création. Il a notamment été directeur artistique et créateur des personnages de Moi, Moche et Méchant.

Trey Parker, qui prête sa voix au méchant dans la version originale de Moi, Moche et Méchant 3, Balthazar Bratt, n’est autre que le co-créateur de la série phénomène South Park et de la comédie musicale à succès The Book of Mormon. C’est la première fois que Trey Parker prêtait sa voix à un personnage qu’il n’avait pas écrit lui-même.

Dans la version originale les jumeaux Gru et Dru sont doublés par Steve Carrell, mais pour la version française c’est Arié Elmaleh, le frère de Gad Elmaleh (Gru), qui prête sa voix à Dru. C’est le réalisateur Pierre Coffin qui a eu l’idée de faire participer les deux frères à ce long métrage.

Moi, Moche et Méchant 3 (Despicable Me 3 – 2017)

Réalisateurs : Pierre Coffin, Kyle Balda et Eric Guillon
Avec les voix originales de : Steve Carell, Kristen Wiig, Trey Parker, Miranda Cosgrove
Avec les voix françaises de : Gad Elmaleh, Audrey Lamy, David Marsais, Arié Elmaleh
Durée : 1h20
Distributeur : Universal Pictures
Sortie en salles : 5 juillet 2017

Résumé : Dans ce troisième volet, Balthazar Bratt, un ancien enfant star reste obnubilé par le rôle qu’il a interprété dans les années 80. Il va devenir l’ennemi juré de Gru.

Articles / Liens :

  • Avis express : Le filon se tarit de plus en plus et même les louveteaux ne sont plus autant en pâmoison devant la horde de minions. Kevin en tête. C’est que bon, à trop vouloir tirer sur la corde ultra référentielle on finit par se tirer une balle dans le pied (jaune le pied bien entendu). Avec ce troisième volet l’idée est de plus encore scotcher petits et parents en jouant à mort sur la tendance actuelle du revival des eighties. Résultat, le méchant, le bien nommé Balthazar Bratt, se balade avec des épaulettes, écoute ses musiques via un Walkman et groove façon Michael Jackson. Cela fait sourire 3s et puis ensuite cela devient vite lourdingue. Les têtes blondes, brunes, noires… n’y capteront que dalle et se rabattront comme d’hab sur les simagrées des minions plutôt en retrait alors qu’au final c’est bien eux qui tirent tant bien que mal le film vers le haut. Enfin, on ne s’emballe pas non plus car on n’atteint même pas un col de 4ème catégorie estampillée Tour de France. En cause aussi et surtout une histoire on ne peut plus torchée sur un coin de table qui se veut par ailleurs le miroir des tendances schizophrènes de Gru. Loupé, d’autant que l’on était déjà au courant.  Moi, Moche et Méchant 3 se contentant du coup de ressasser les mêmes thématiques avec de surcroît une bonne dose de flemme pragmatique au niveau de l’animation. Mais bon tout cela on s’en fout car cela va cartonner au BO. Suivant ! 2/5SG

 

  Lâchez-vous !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *