Grand froid (2017) de Gérard Pautonnier

Fiche film : Grand froid

« Ce qui m’a d’emblée séduit dans le livre de Joël Egloff, Edmond Ganglion & fils, paru en 1999, c’est l’absurdité des situations, cet humour grinçant, je trouvais qu’il y avait quelque chose de Samuel Beckett dans le ton. Quant aux personnages, riches et singuliers, j’ai tout de suite eu envie de les voir prendre vie et incarnés par des comédiens. Pour un réalisateur comme moi, qui privilégie la direction d’acteur avant tout, ça a été un vrai bonheur. Et puis il y avait ce duo déjà présent dans le roman, l’histoire de ces deux personnages qui apprennent à se connaître au fil d’un road movie qui se transforme peu à peu en parcours initiatique. » – Gérard Pautonnier à propos de Grand Froid

Grand froid (2017)

Réalisateur : Gérard Pautonnier
Acteurs : Jean-Pierre Bacri, Arthur Dupont, Olivier Gourmet, Féodor Atkine, Marie Berto, Philippe Duquesne, Sam Karmann
Durée : 1h26
Distributeur : Diaphana Distribution
Sortie en salles : 28 juin 2017

Résumé : Dans une petite ville perdue au milieu de nulle part, le commerce de pompes funèbres d’Edmond Zweck bat de l’aile. L’entreprise ne compte plus que deux employés : Georges, le bras droit de Zweck, et Eddy, un jeune homme encore novice dans le métier. Un beau matin, pourtant, un mort pointe son nez. L’espoir renaît. Georges et Eddy sont chargés de mener le défunt jusqu’à sa dernière demeure. Mais, à la recherche du cimetière qui s’avère introuvable, le convoi funéraire s’égare et le voyage tourne au fiasco.

Articles / Liens :

  • Avis express : Difficile à priori de résister à l’invitation du trio de comédiens en tête d’affiche, à commencer par Olivier Gourmet dont le talent dans tous les registres n’est plus à démontrer et Jean-Pierre Bacri dont la joie de vivre incarnée qui se lie à même le visage sied à merveille à ce rôle de croque-mort. Couplé aux saillies acerbes caractéristiques de toute sa filmo et dont on pouvait une nouvelle fois avoir un petit aperçu dans la bande-annonce, Grand froid avait alors tout d’un premier long-métrage fort chaleureux. Toutefois, derrière l’humour noire en forme de réflexion sur la cupidité, la jalousie, la convoitise et in fine la rétrospective d’une vie passée, le film a, à l’instar de son titre, quelque peu tendance à geler sur place dans son pendant road-movie évoqué par le réalisateur dans sa note d’intention. En résulte alors une comédie certes amusante et touchante mais un brin hypothermique. 2,5/5 – SA

  Lâchez-vous !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *