Les Filles d'Avril (2017) de Michel Franco

Fiche film : Les Filles d’Avril

« L’idée du film m’est venue de deux observations. La première remonte à quelques années déjà, j’ai vu une adolescente enceinte, un spectacle très courant dans les rues de Mexico, mais qui m’a provoqué une émotion contradictoire. Cette jeune fille a vraiment attiré mon attention, elle semblait à la fois comblée et souffrir le martyre, pleine d’espoir mais également terrorisée… On la voyait belle et heureuse, mais ça ne compensait pas l’incertitude de son avenir et on se demandait dans quelle mesure elle était préparée à affronter ce que signifie avoir un enfant, comment elle en était arrivée là. Ces contrastes, toutes ces émotions que cette adolescente exprimait en même temps, furent l’une des bases de l’histoire. Je suis par ailleurs fasciné par les relations conflictuelles que tant de parents ont avec leurs propres enfants ; ils refusent d’accepter le temps qui passe… Ce déni, ces variations dans la dynamique de la famille, peuvent mener au chaos. Ces deux éléments ont donné naissance à ce film. » – Michel Franco à propos de Les Filles d’Avril

Les Filles d’Avril (Las Hijas de Abril – 2017)

Réalisateur : Michel Franco
Acteurs : Emma Suárez, Ana Valeria Becerril, Enrique Arrizon, Joanna Larequi, Hernán Mendoza
Durée : 1h43
Distributeur : Condor Entertainment
Sortie en salles : 2 août 2017

Résumé : Valeria est enceinte, et amoureuse. A seulement 17 ans, elle a décidé avec son petit ami de garder l’enfant. Très vite dépassée par ses nouvelles responsabilités, elle appelle à l’aide sa mère Avril, installée loin d’elle et de sa sœur. À son arrivée, Avril prend les choses en mains, et remplace progressivement sa fille dans son quotidien… Jusqu’à franchir la limite.

Articles / Liens :

  • Avis cannois
  • Avis express : Après le harcèlement scolaire et la réaction pour le moins radical d’un père meurtri dans le bouleversant Después de Lucía (2012), après le sujet tout aussi brûlant de l’euthanasie dans Chronic (2015), Michel Franco revenait sur la Croisette en 2017 avec un sujet qui met une nouvelle fois à rude épreuve les relations (familiales) entre ses personnages. Dans les Filles d’Avril, il y est question du thème de la maternité et des responsabilités qui en découlent, a fortiori lorsque la mère n’est encore qu’une adolescente. De ce postulat de départ, le réalisateur mexicain met en scène des relations conflictuelles à fleur de peau en usant de longs plans séquences devenus en quelque sorte sa marque de fabrique. On y retrouve aussi quelques revirements de situation toujours aussi abrupts qui pourront en choquer plus d’un (nous n’en dirons pas davantage afin de ne point dévoiler certains des « twists » de fin de récit). Pour autant, cette même mise en scène caractéristique du cinéaste a nettement évolué ici avec non plus une succession de plans fixes mais des mouvements de caméra plus nombreux et un montage davantage découpé. Ceux qui avaient découvert les deux précédents longs-métrages sus-cités de Michel Franco risquent donc d’être quelque peu déconcertés par cette nouvelle approche formelle qui, paradoxalement, n’aboutit plus au même sentiment d’oppression et in extenso à la même proximité avec les personnages. Dommage car le sujet traité y aurait sans doute gagné en intensité. 3/5 – SA

  Lâchez-vous !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *