Ôtez-moi d'un doute (2017) de Carine Tardieu

Fiche film : Ôtez-moi d’un doute

« L’idée de départ de Ôtez-moi d’un doute m’a été inspirée par le récit d’un ami : à la mort de sa mère, ce breton d’une cinquantaine d’années apprend que son père n’est pas son père. Il encaisse la nouvelle et engage un détective qui, après quelques mois de recherches, retrouve son père biologique, un vieil homme qui habite, lui-aussi, en Bretagne. Père et fils se prennent d’emblée d’affection l’un pour l’autre et nouent une relation très forte, à l’insu du premier père. Aujourd’hui, et pas mal de rebondissements plus tard, mon ami a désormais deux pères. J’ai trouvé son histoire tellement bouleversante que je lui ai demandé l’autorisation de m’en inspirer » – Carine Tardieu

Ôtez-moi d’un doute (2017)

Réalisateur : Carine Tardieu
Acteurs : François Damiens, Cécile de France, André Wilms, Guy Marchand, Alice de Lencquesaing, Estéban
Durée : 1h40
Distributeur : SND Films
Sortie en salles : 6 septembre 2017

Résumé : Erwan, inébranlable démineur breton, perd soudain pied lorsqu’il apprend que son père n’est pas son père. Malgré toute la tendresse qu’il éprouve pour l’homme qui l’a élevé, Erwan enquête discrètement et retrouve son géniteur : Joseph, un vieil homme des plus attachants, pour qui il se prend d’affection. Comme un bonheur n’arrive jamais seul, Erwan croise en chemin l’insaisissable Anna, qu’il entreprend de séduire. Mais un jour qu’il rend visite à Joseph, Erwan réalise qu’Anna n’est rien de moins que sa demi-sœur. Une bombe d’autant plus difficile à désamorcer que son père d’adoption soupçonne désormais Erwan de lui cacher quelque chose…

Articles / Liens :

  • Avis express : On dit souvent que les cinéastes explorent encore et toujours les mêmes thématiques au cours de leur carrière. Dans le cas de Carine Tardieu, le sujet récurrent de ses longs-métrages est de toute évidence la cellule familiale. Et si la bande-annonce de Ôtez-moi d’un doute pouvait laisser supposer un film versé dans des thématiques d’actualité telles que la GPA et autres naissances sous X, il n’en est rien ; la réalisatrice ayant le bon goût de ne pas faire de son nouveau long-métrage un porte-étendard de tels débats sociaux. À la place, on pourrait dire que le fil rouge narratif se veut plutôt comme un contre-pied du dicton populaire « On choisit ses amis, on ne choisit pas sa famille ». Dans le rôle du type qui découvre par hasard du jour au lendemain que son paternel n’est pas son père biologique, François Damiens prouve, si besoin était, qu’il n’est pas uniquement doué pour nous faire rire mais également pour nous émouvoir. Il faut dire que le reste du casting est à l’avenant depuis Cécile de France dans le rôle de la sœur qu’il n’a jamais connu jusqu’à Estéban dans le rôle du simplet de service qui finira par assumer ses responsabilités en passant par les deux papounets, Guy Marchand l’adoptif et André Wilms le biologique. Soit autant de personnages que Carine Tardieu va se charger d’étoffer avec justesse comme pour mieux s’écarter de certains stéréotypes par trop évidents : la fille (Cécile de France) qui délaisse sa propre vie privée pour prendre soin de son père ou encore l’autre fille (Alice de Lencquesaing) tombée enceinte bien trop jeune au goût du sien (François Damien) dans un coup d’un soir. De cette galerie de personnages, la cinéaste tisse lentement mais sûrement les liens, mêlant humour et émotion avec un savant équilibre, pour nous dévoiler à l’arrivée une bien jolie photo de famille. Avec seulement trois longs-métrages à son actif en dix ans (La Tête de maman en 2007, Du vent dans mes mollets en 2012 et Ôtez-moi d’un doute en 2017), Carine Tardieu est, eu égard à la réussite de chacun d’eux, une réalisatrice bien trop rare au sein du paysage cinématographique hexagonal. S’il faut à nouveau patienter cinq ans avant son prochain film, le temps va nous paraître bien long. 3,5/5 – SA

  Lâchez-vous !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *