I... Comme Icare - Image une fiche film

Fiche film : I… comme Icare

Henri Verneuil mit deux ans pour écrire le scénario de I… comme Icare avec Didier Decoin. Son choix pour le rôle du procureur intègre s’était d’emblée porté sur Yves Montand qui accepta bien que le personnage qu’il devait interpréter fût assez éloigné par rapport à ses précédents qui étaient plus engagés.

I… comme Icare imagine une situation fictive, fortement inspirée de la théorie d’un complot ayant conduit à l’assassinat de John F. Kennedy. Le nom du tueur, Daslow, est d’ailleurs l’anagramme du nom de l’assassin supposé de JFK, Lee Harvey Oswald. De nombreux autres éléments reprennent la thèse de Jim Garrison développée lors de son enquête sur l’assassinat de Kennedy.

Le final décrivant l’Opération Zénith s’inspire des événements ayant provoqué la chute du Président du Chili Salvador Allende et l’arrivée au pouvoir de la junte militaire dirigée par Augusto Pinochet.

Beaucoup des extérieurs de I… comme Icare ont été tournés dans la ville de Cergy-Pontoise. On y remarque en effet sa Préfecture qui fait office dans le film de Palais du Gouvernement ou encore de sa Tour EDF qui est utilisée comme l’immeuble où se positionne le tueur pour l’assassinat du président Jarry.

I… comme Icare (1979)

Réalisateur : Henri Verneuil
Acteurs : Yves Montand, Michel Etcheverry, Roger Planchon, Pierre Vernier
Durée : 2h
Distributeur : AMLF
Sortie en salles : 19 décembre 1979

Résumé : Jarry, un chef d’état, est abattu au cours d’une visite officielle alors qu’il circulait dans une voiture décapotable. Son assassin, Karl Eric Daslow, est retrouvé mort dans l’ascenseur de l’immeuble d’où il a tiré. Après une année d’investigations, l’hypothèse du tueur psychopathe et isolé semble s’imposer. Cependant, l’un des membres de la commission d’enquête, le procureur Volney, refuse de se rallier à la version officielle et décide de poursuivre seul l’enquête, avec l’aide de ses assistants. Or, au fur et à mesure que ses investigations avancent, les témoins du crime meurent tous les uns après les autres, dans de troublantes circonstances…

Articles / Liens :

  • La chronique Blu-ray : La déception est de mise. Ne serait-ce à la découverte de l’encodage en 1080i et cette cadence de 25i/s indigne du support Blu-ray qui ne lui permet plus, en cette occurrence, de se démarquer du DVD. On suppose que l’éditeur a récupéré le même master HD qui a servi à la chaîne Arte en janvier 2017. Mais si le 1080i est une condition sine qua non pour qu’un film puisse être diffusé en télé, elle oblige de fait à éditer un deuxième master en 1080p pour son portage sur Blu-ray. Mais ça, c’est quand on ne regarde pas trop à la dépense. Et là, a priori, ce fut le cas. Et que dire ensuite de l’image en elle-même ? Si en 720p, beaucoup de choses sont laissées dans l’ombre ou prêtent peu le flanc à la critique, il en est tout autre en 1080 (et même en i). L’encodage (on y revient forcément) donne en effet le bâton pour se faire battre avec cet aspect général un peu momifié pour ne pas dire cireux que l’on ressent dès le début. Heureusement, tout le métrage ne danse pas toujours sur le même film dangereux avec de surcroît des passages d’une précision diabolique. À tel point d’ailleurs que de mémoire d’adorateur du film, on ne se souvient pas d’avoir à ce point là pu distinguer la rusticité des maquettes des buildings qui font office de décors urbains en arrière-plan quand le procureur Volney (Yves Montand) est dans son aquarium de bureau. On a limite l’impression que le générique de Téléchat s’en est inspiré joyeusement. On peut même dorénavant distinguer à loisir les ombres des micros sur les murs. L’éditeur LCJ propose sinon en guise de seul complément une archive télévisuelle datant de 1979. Michel Drucker, déjà lui, fait parler Montand et Verneuil sans que pour autant l’on n’apprenne rien de bien nouveau autour du film sinon sur cette information à propos de la pellicule adoptée par le cinéaste lors de l’assassinat du président vue par la lunette du fusil du tueur (en illustration tout en haut de cette page). Une séquence on ne peut plus sidérante il est vrai où les premiers et arrières-plans sont nets. In fine, voici une édition qui laisse royalement sur sa faim et ce même si côté son, on ne trouvera rien à redire. Le PCM proposé restituant en effet comme il se doit la partition d’Ennio Morricone.
  • Image : 3/5
  • Son : 3,5/5
  • Bonus : 2/5

Cliquez sur les captures Blu-ray ci-dessous pour les visualiser au format HD natif 1920×1080 (à noter que nous y avons caché du Brigitte Lahaie à poil – forcément)

I... Comme Icare - Jaquette Blu-ray basse defI… Comme Icare de Henri Verneuil – Blu-ray (Édition Collector)  – LCJ  Éditions – Sortie le 30 août 2017

Spécifications techniques :

  • Image : 1.66:1 encodée en AVC 1080/25p
  • Langues : Français PCM 2.0 Stéréo (48000 Hz)
  • Durée : 2h 02min 47s
  • 1 BD-50

Bonus (en SD) :

  • Les Rendez-vous du dimanche : Émission du 16/12/79 – Michel Drucker reçoit Henri Verneuil et Yves Montand  (18min 21s)

Une réflexion sur « Fiche film : I… comme Icare »

  Lâchez-vous !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *