A Beautiful Day (You Were Never Really Here) - Image une fiche film

Fiche film : A Beautiful Day

A Beautiful Day est l’adaptation du roman de Jonathan Ames intitulé Tu n’as jamais vraiment été là. Titre que Lynne Ramsay n’a pas changé (You Were Never Really Here en VO). Le film a été rebaptisé A Beautiful Day en VF, en référence à une phrase prononcée par le personnage de Nina (Ekaterina Samsonov), l’adolescente que Joe alias Joaquin Phoenix doit sauver.

Pour ce rôle de justicier taciturne, Joaquin Phoenix a été récompensé du Prix d’interprétation masculine lors du Festival de Cannes 2017. Lynne Ramsay a quant à elle remporté le Prix du scénario.

A Beautiful Day (You Were Never Really Here – 2017)

Réalisateur : Lynne Ramsay
Acteurs : Joaquin Phoenix, Ekaterina Samsonov, Alessandro Nivola, Alex Manette, John Doman
Durée : 1h30
Distributeur : SND
Sortie en salles : 8 novembre 2017

Résumé : La fille d’un sénateur disparaît. Joe, un vétéran brutal et torturé, se lance à sa recherche. Confronté à un déferlement de vengeance et de corruption, il est entraîné malgré lui dans une spirale de violence…

Articles / Liens :

  • Avis express : La cinéaste britannique Lynne Ramsay nous avait un peu laissé sur le bord de la route avec son We need to talk about Kevin qui racontait l’histoire d’un enfant issu « d’une bonne famille » se transformer en tueur de masse façon tragédie de Columbine. L’actrice Tilda Swinton incarnant le personnage d’une mère rongée par ce drame et s’interrogeant (le film repose sur une construction en plusieurs flashbacks) sur sa part de responsabilités dans l’éducation de cet enfant monstre. Il faut pourtant dire que depuis sa découverte à Cannes, le film a fait son chemin. Le bord de la route devenant le milieu d’un fleuve où il est donc toujours possible de se noyer mais où les questions posées ne peuvent que trouver résonance en tous parents qui se respectent.
    Pour autant, ce n’est pas là que se situe la force première du cinéma de Ramsay où lente fermentation rime forcément avec redécouverte d’un cru trop vite rangé aux oubliettes. La preuve avec ce A Beautiful Day qui frappe le spectateur d’entrée telle la foudre sur un arbre du Parc Monceau un soir de printemps. En à peine 1h30 très ramassée et dense, son film pète à la gueule pour nous entraîner en des contrées assez sombres mais aussi ultra stylisées (peut-être le seul véritable bémol du film). L’histoire est plutôt simple, pour ne pas dire basique. Celle d’un ancien militaire devenu une sorte de détective au modus operandi que l’on pourrait qualifier d’expéditif qui se retrouve à traquer une mineure afin de l’extirper d’un réseau pédophile. Le seul hic, car il en faut bien un, est qu’elle est la fille d’un sénateur et qu’il a face à lui une organisation qui ne compte pas se laisser faire. Voilà du biscuit pour faire un bon Charles Bronson’s movie mâtiné de Mini-Uzi « empognés » comme il se doit par Chuck Norris. Pas d’enflammade pour autant, on est assez loin des standards reaganniens qui faisaient florès en ce temps béni des Dieux pour les vidéo-clubs de quartiers même si Ramsay en joue à plein et avec une certaine délectation. Il suffit de voir comment elle traite son « finale » en se servant de vraiment tous les codes du genre et des genres afin de perdre pour mieux retrouver un spectateur forcément aux anges.
    Et puis il y a cette masse corporelle (des)incarnée par un Joaquin Phoenix dont le Prix d’interprétation masculine obtenu lors du Festival de Cannes 2017 n’est qu’en effet justice. Il hante ainsi le film de sa présence avec un sens de l’aplat bien aidé par la cinéaste qui oblitère totalement les profondeurs de champ. Son film est de fait frontal à l’image de la violence tour à tour sourde et explosive que dégage son Travis Bickle donnant à ce Beautiful Day un ce quelque chose de peu courant dans le cinéma même indépendant US.  Et si en plus, la patine du temps joue quand même son effet, on n’est peut-être pas loin d’avoir là l’un des films de la décennie.  3,5/5 – SG

  Lâchez-vous !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *