Verónica - Image une fiche film

Fiche film : Verónica

Le projet Verónica a vu le jour à l’automne 2007 lorsqu’un policier de la brigade criminelle a fourni aux futurs producteurs du film, dont Enrique López Lavigne, des informations au sujet d’une affaire non résolue, en lien avec un phénomène paranormal.

En 2009, les producteurs ont fait appel à un certain Fernando Navarro pour les aider à poser les bases d’une histoire alliant horreur et drame familial.

Le projet a ensuite été mis en suspens à cause d’une difficulté de taille présente dans le scénario : l’adolescente meurt à la fin sans que l’on puisse expliquer pourquoi, laissant ainsi le spectateur sur sa faim. Paco Plaza a tenté de remédier à ce problème mais en vain. Le projet a donc été mis de côté jusqu’en 2014 où le réalisateur de [REC] trouva finalement une solution grâce à Fernando Navarro.

Verónica (2017)

Réalisateur : Paco Plaza
Acteurs : Sandra Escacena, Bruna González, Claudia Placer
Durée : 1h45
Distributeur : Wild Bunch Distribution
Sortie en salles : 24 janvier 2018

Résumé : À Madrid, après avoir participé à une séance de spiritisme avec ses amies, une jeune fille est assaillie par des créatures surnaturelles qui menacent de s’en prendre à sa famille.
Le seul cas d’activité paranormale officiellement reconnu par la police espagnole.

Articles / Liens :

  • Avis express : Avec le réalisateur Paco Plaza aux manettes, lui qui s’est fait connaître avec la série pour ne pas dire la franchise [REC], on pouvait espérer quelque chose aux antipodes de ce sous-genre qu’est le film d’emprise, de surnaturel et subséquemment d’exorcisme. Enfin pour ce qu’il est devenu, c’est à dire très très loin des codes établis par un certain Friedkin. On précisera toutefois et de suite que d’exorcisme il n’y a point ici car le temps manque à la pauvre Verónica pour ne serait-ce que pour établir ce diagnostic et de dépêcher par la suite un spécialiste dûment habilité par le Vatican (au hasard). Non, là il n’aura fallu que quelques jours depuis la planche Ouija étrennée entre copines dans le sous-sol de leur école (sic !) et la nuit cathartique qui aura provoqué l’intervention de la police et à la conclusion que celle-ci avait été témoin d’un phénomène paranormal consigné par la suite dans les rapports ad hoc. Le seul officiellement reconnu comme tel chez nos voisins ibères.
    Bref, sur le papier il y avait de quoi faire saliver tout bon fan qui se respecte d’autant que l’on pouvait espérer un traitement assez éloigné des canons étasuniens du moment. Et si sur cet aspect là le contrat est plutôt bien rempli avec une volonté de coller au plus proche de son « sujet » sans verser dans les « jump scare » éculés ou autres effets de manche gratuits, Verónica pêche en fait plus du côté de son histoire. On comprend en effet très vite que Paco Plaza et son scénariste n’ont pas su résoudre l’équation qui leur a été proposé entre ne pas trop dénaturer cet extraordinaire fait divers et la propension qu’a le cinéma à toujours exiger du « bigger than life » pour que paradoxalement on puisse y croire. Comme le laissait entendre John Ford, il faut toujours publier la légende. Et puis, pour couronner le tout, il y a l’interprétation plutôt « anodine » de celle qui joue le rôle titre. Au mieux, on a envie de la baffer, au pire, de tout plaquer au milieu du film. On nous dira que c’est le propre avec la majorité des ados (de laisser tomber à mi-parcours de leur éducation… Non non cela ne sent pas le vécu. Pas encore en tout cas).
    Quant à Paco Plaza, il faudrait vite penser à se reprendre ou alors on va finir par considérer que son [REC] premier du nom n’avait finalement pour lui que cette fameuse chance du débutant (oui on sait, ce n’est pas son premier long, mais c’est le premier qui a traversé les Pyrénées… Ah ! On nous rappelle pour nous dire que non… Bon alors le premier qui a eu du succès chez nous… Ça va ? C’est bon ? On peut aller se répandre ailleurs sur le site ?) 2,5/5 – SG

  Lâchez-vous !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *