Red Sparrow - Image une fiche film

Fiche film : Red Sparrow

Lorsque le projet venait d’être annoncé en 2013, il était question que Darren Aronofsky (compagnon actuel de Jennifer Lawrence, laquelle était l’héroïne de son thriller Mother !) soit en charge de Red Sparrow. Il se retira pour faire Noé en 2014, année où David Fincher reprit le bébé en mains, avec Rooney Mara dans le rôle principal. Mais les choses ne se sont finalement pas concrétisées et c’est Francis Lawrence qui a finalement été choisi pour être aux commandes du film avec Jennifer Lawrence dans la peau de la jeune espionne.

Red Sparrow est une adaptation du roman au titre éponyme écrit par Jason Matthews, qui est un ancien agent de la CIA. Ce dernier a vendu les droits du livre avant même de l’avoir fini, pour une somme à sept chiffres. Le roman est d’ailleurs le premier volet d’une trilogie composée aussi de Palace of Treason et The Kremlin’s Candidate.

Dans une interview accordée à Vanity Fair, Jennifer Lawrence a expliqué que sa scène de nue dans le film (qui est d’ailleurs sa première devant une caméra) a constitué pour l’actrice un moyen de « reprendre le contrôle » après que ses photos privées avaient fuitées en 2014.

Si l’ex-agent Jason Matthews n’a pas rencontré de jeune femme comme Dominika au cours de sa carrière à la CIA, il se rappelle que la manipulation sexuelle faisait bel et bien partie de la formation des espionnes soviétiques : « En URSS, il existait une école où l’on enseignait aux jeunes femmes l’art de la séduction pour piéger les hommes et faire chanter les ennemis de la patrie. Le gouvernement possédait un établissement dans la ville de Kazan, sur les rives de la Volga, où l’on enseignait aux jeunes femmes comment devenir des courtisanes. On les surnommait des Moineaux ».

Red Sparrow (2018)

Réalisateur(s) : Francis Lawrence
Acteurs : Jennifer Lawrence, Joel Edgerton, Matthias Schoenaerts, Charlotte Rampling, Mary-Louise Parker, Ciarán Hinds, Jeremy Irons
Durée : 2h21
Distributeur : Twentieth Century Fox France
Sortie en salles : 4 avril 2018

Résumé : Une jeune ballerine, dont la carrière est brisée nette après un « accident » sur scène, est recrutée contre sa volonté par les services secrets russes. Entraînée à utiliser ses charmes et son corps comme des armes, elle découvre l’ampleur de son nouveau pouvoir et devient rapidement l’un de leurs meilleurs agents.
Sa première cible est un agent infiltré de la CIA en Russie. Entre manipulation et séduction, un jeu dangereux s’installe entre eux.

Articles / Liens :

  • Avis express : C’est peu de dire que nous avons été agréablement surpris par ce Red Sparrow.  C’est que sur le papier, on était quand même assez loin de l’alignement idéal de planètes. À commencer derrière la caméra par Francis Lawrence dont les Hungers Games 2 et 3 ne plaidaient pas vraiment en sa faveur. Il arrive pourtant ici à insuffler à cette histoire d’espionnage qui sort un tantinet des sentiers battus, une atmosphère et un cadre (pour ne pas dire un cadrage) pas du tout formatés. Il s’appuie pour cela sur un casting véritablement 4 étoiles dont on ne peut soustraire Jennifer Lawrence même avec la plus mauvaise foi du monde.
    Déjà, elle offre son corps au film. Vraiment. Sans chichi et sans avoir besoin de passer par une quelconque fuite de photos privées. Il semblerait même que cela ait fait office de thérapie pour la donzelle quelque peu écervelée qui a pu ainsi avoir le sentiment de reprendre possession d’un bien qu’on lui aurait volé. Une mise en abyme savoureuse pour qui découvrira les tenants et aboutissants de Red Sparrow qui raconte en quelque sorte comment un État peut ériger en système des James Bond girls dressées pour séduire et compromettre des ennemies de la patrie.
    Francis Lawrence emporte enfin le morceau en ne cédant pas aux sirènes de l’esbroufe, des mano a mano ultra chorégraphiés et de la pyrotechnie usuelle pour ce genre de film. On cherche en effet encore les gunfights ou les raccourcis attendus de mise en scène. Au contraire. Red Sparrow étire progressivement son ramage pour découvrir un plumage étincelant qui tient de surcroît littéralement en haleine. On regrettera juste le twist de fin qui au-delà de la fausse bonne surprise est surtout assez platement révélé. Pas forcément une faute de goût mais une petite déception quand même quand tout ce qui précède est tenu, dense et à la limite de l’épure pour un produit hollywoodien. SG3/5
  • Box-office : 821 558 entrées sur 334 copies après 6 semaines d’exploitation. Le cumul ne devrait pas  dépasser les 850 000 spectateurs. La dernière fois où Jennifer Lawrence a franchi le million d’entrées fut en 2016 avec Passengers. Le film a sinon engrangé un peu moins de 150M de dollars de recettes entre le territoire américain (47M) et l’international. Pour rappel, le budget de Red Sparrow a été annoncé à 70M de dollars sans les frais marketings. On est loin du fiasco mais on n’est pas certain tout de même que la Fox réitère cette expérience du film plutôt adulte en partie financé par ses soins.

  Lâchez-vous !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *