22 Miles - Image une fiche film

Fiche film : 22 Miles

22 Miles est le fruit d’une longue collaboration entre Peter Berg et la scénariste Lea Carpenter, qui signe ici son premier projet. Tous deux se sont rencontrés à l’occasion d’une séance de dédicaces lors de la parution du premier roman de la jeune femme, Onze jours. Ce drame familial évoque la communauté des Navy SEAL, ces membres d’élite de l’armée américaine. À cette époque, Berg préparait la sortie de Du sang et des larmes.

En cas de succès, 22 Miles pourrait donner lieu à une franchise. Le scénariste Umair Aleem (à qui l’on doit Kate, dont le scénario se trouvait sur la fameuse liste noire avant d’être acheté par Netflix) planche en ce moment même avec STX Entertainment sur une suite au film de Berg. La société de production envisage même de créer une mini-série spin-off à 22 Miles, intitulée The Kiev Exchange.

Durant leur collaboration, Lea Carpenter et Peter Berg ont longuement parlé de « Ground Branch », une unité paramilitaire au sein de la division des activités spéciales de la CIA. La « Ground Branch » (pour unité de terrain) est essentiellement composée d’anciens membres des forces spéciales de la marine, d’anciens Navy SEAL, d’anciens officiers Delta et d’officiers des forces spéciales.

22 Miles (2018)

Réalisateur(s) : Peter Berg
Acteurs : Mark Wahlberg, Lauren Cohan, Iko Uwai, Ronda Rousey, Terry Kinney, John Malkovich
Durée : 1h35
Distributeur : Metropolitan FilmExport
Sortie en salles : 29 août 2018

Résumé : Un officier d’élite du renseignement américain tente d’exfiltrer un policier qui détient des informations compromettantes. Ils vont être traqués par une armée d’assassins tout au long des 22 miles les séparant de l’avion qui leur permettra de quitter le pays.

Articles / Liens :

  • Avis express : Le moins que l’on puisse dire c’est que Peter Berg a de la suite dans les idées. C’est que depuis 2013 le voici embarqué dans une sorte de croisade censée à la fois révéler les côtés sombres d’une société en constante mutation mais composée de héros ordinaires qui font le socle immuable de son Amérique. Il y a un peu de John Ford dans Peter Berg et Mark Wahlberg est à l’évidence son John Wayne.
    C’est dire aussi à quel point 22 Miles tient sur le fil du rasoir. Comme ce fut le cas d’ailleurs pour Traque à Boston, Deepwater ou encore Du sang et des larmes avec des fortunes diverses. Les deux premiers cités tombant allègrement dans le pompier pyromane (oui, c’est possible) quand Du sang et des larmes menait jusqu’au bout et avec une belle maestria sa démonstration d’un pays à l’écoute quand le reste du monde se bouche les oreilles. Si 22 Miles n’a pas la même densité et encore moins une quelconque prétention géo-politique (encore que), son propos est toutefois plus que cohérent. Il y a là en effet la volonté de mettre en boîte un film de pure entertainment à mi-chemin entre Jason Bourne et Jack Ryan avec celle chevillée au corps de laisser planer plus qu’un doute quant au distinguo habituel des bons et des méchants au sein de la doxa hollywoodienne.
    C’est d’ailleurs sur ce point précis que Peter Berg demeure un maître. Quelque chose qu’il cultive depuis son jubilatoire premier long Very Bad Things mais aussi Friday Night Lights, la série (on oubliera plus aisément le film qui en a découlé) dont il a été le showrunner. Cette propension à brouiller ostensiblement les cartes et les frontières d’une Humanité qu’il veut montrer là-aussi en perpétuelle mutation. La fin de 22 Miles ne déroge en rien à cette règle et donne à son film une fragilité plus que bienvenue et pour le coup peu en phase avec l’image actuelle d’un chef des armées à la mèche blonde triomphante vociférant ses vérités sur Twitter. SG 3,5/5
  • Box-office : 119 049 entrées après une semaine d’exploitation sur 303 copies. Certainement pas de quoi être satisfait chez Metropolitan surtout si on compare ce chiffre aux déjà poussifs 148 955 entrées enregistrées là aussi en première semaine pour Deepwater alors distribué par SND sur 323 copies. Le film avait terminé sa course à un peu plus de 300 000 entrées. Pas certain que 22 Miles fasse aussi « bien ». On devrait en effet être plus proche des 235 777 entrées qu’avait totalisées en son temps Du sang et des larmes, film là aussi distribué par SND, mais sur 155 copies. 

  Lâchez-vous !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *