The Predator - Image une fiche film

Fiche film : The Predator

On doit à Shane Black non seulement des scénarii de films à succès tels que L’Arme Fatale mais aussi la réalisation de Iron Man 3The Nice Guys ou Kiss Kiss Bang Bang. Il est en outre acteur, connu notamment pour son interprétation du personnage de Hawkins dans le classique Predator de 1987 réalisé par John McTiernan. Mais selon les propos de Shane Black, « Le Prédateur dans ce film est le plus meurtrier et le plus effrayant qui existe jusqu’à présent ».

Yautja, ce terrifiant extraterrestre qui apparaît à l’écran sous le nom du Predator depuis le premier film réalisé en 1987, a été conçu à l’origine par le maquilleur Stan Winston, véritable gourou des effets spéciaux, créateur également des légendaires créatures de Alien et Terminator.

The Predator marque le début de carrière de Brian Prince. L’acteur de plus de deux mètres et adepte de parkour, tient en effet le rôle-titre. Une fois le costume du Predator enfilé, il surplombe tout le reste du haut de ses 2,15m.

The Predator (2018)

Réalisateur(s) : Shane Black
Acteurs : Boyd Holbrook, Trevante Rhodes, Olivia Munn, Jacob Tremblay
Durée : 1h47
Distributeur : Twentieth Century Fox France
Sortie en salles : 17 octobre 2018

Résumé : Les pires prédateurs de l’univers sont maintenant plus forts et plus intelligents que jamais, ils se sont génétiquement perfectionnés grâce à l’ADN d’autres espèces. Alors qu’un jeune garçon devient accidentellement leur cible, seul un équipage hétéroclite d’anciens soldats et un professeur de science contestataire peuvent empêcher l’extinction de la race humaine.

Articles / Liens :

  • Avis express : On a pu lire à droite à gauche qu’il ne fallait pas tirer sur l’ambulance. Qu’il fallait être un minimum pusillanime. Que quand même c’est Shane Black à la barre et donc pas le premier tâcheron venu. Et puis qu’au final avec tous les reshoots et problèmes qu’aura rencontré cette production, et bien au final ce n’est pas si indigne que cela. On va donc être claire recta. Ce The Predator signé Shane Black est sans aucun doute le pire film de la série. Et dans le lot on n’oublie pas les deux Alien vs. Predator.
    Shane Black ou pas Shane Black, ce film est une purge venue d’une autre planète. Sous prétexte de vouloir revenir aux origines de la chose (des soldats, un Predator…), on assiste un peu médusé il faut bien l’avouer, à l’équarrissage en règle des derniers oripeaux d’une formidable idée de cinéma devenue bien malgré elle une franchise pourrie jusqu’à la moelle épinière. On pourra même verser une petite larme à l’attention du Predator himself devenu ici une sorte de traître à sa race poursuivi par des semblables génétiquement modifiés. Oui on spoile, on s’en fout c’est tellement con comme histoire qu’autant vous la déflorer ici bas. La vie est trop courte.
    Mais on pourrait aussi s’attarder sur la non mise en scène frappée du sceau du je m’en foutisme où le minimum syndical de la cohérence visuelle est proscrite. On ne peut même pas parler de bouillie formelle, moche et impersonnelle car en soit ce serait affirmer que le film possède en creux une identité détestable certes, mais une identité. The Predator c’est le néant absolue et aussi abyssale que l’attente générée à l’annonce du projet (mais vite douchée à la vision de la première bande annonce).
    D’ailleurs, à ce niveau de foutage de gueule où la question d’accident industriel n’a plus lieu d’être, la seule et véritable question à se poser c’est de se demander pourquoi Schwarzie n’est pas venu passer une tête pour mettre de l’ordre dans tout cela. En mode Commando s’entend. SG0,5/5 (le demi point c’est justement parce que l’on est pusillanime)
  • Box-office : 191 048 entrées sur 385 copies après une semaine d’exploitation soit le plus mauvais démarrage pour un film estampillé « Predator ». Même Predators, le précédent opus, avait déjà atteint 325 659 entrées sur le même nombre de copies. Et pour rappel, ses 554 114 spectateurs est à ce jour le plus faible cumul enregistré pour un film issu de cette franchise.

  Lâchez-vous !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *