L'Intervention - Image une fiche film

Fiche film : L’Intervention

Fred Grivois s’est attaqué à ce projet plusieurs années avant La Résistance de l’air, son premier film. C’est un tireur d’élite qui lui avait raconté cette opération à haut risque qui s’est déroulée en 1976 à Djibouti, précisant qu’elle était à l’origine de la création du corps de police le plus aimé des Français, le GIGN.

L’Intervention a été tourné au Maroc, à une demi-heure de Marrakech, en plein désert. Fred Grivois se rappelle d’avoir connu une journée avec 52° à l’ombre. Les artificiers marocains avaient tendance à exagérer les charges d’explosifs, et il y a eu quelques accidents : Alban Lenoir s’est déboité une épaule et s’est brûlé une main, et David Murgia a fini avec cinq points de sutures dans la paume gauche.

L’Intervention (2018)

Réalisateur(s) : Fred Grivois
Acteurs : Alban Lenoir, Olga Kurylenko, Michaël Abiteboul, Sébastien Lalanne, Kevin Layne, Vincent Perez, Josiane Balasko
Durée : 1h38
Distributeur : SND
Sortie en salles : 30 janvier 2019

Résumé : 1976 à Djibouti, dernière colonie française. Des terroristes prennent en otage un bus d’enfants de militaires français et s’enlisent à une centaine de mètres de la frontière avec la Somalie. La France envoie sur place pour débloquer la situation une unité de tireurs d’élite de la Gendarmerie.
Cette équipe, aussi hétéroclite qu’indisciplinée, va mener une opération à haut risque qui marquera la naissance du GIGN.

Articles / Liens :

  • Rencontre avec Fred Grivois : Elle a eu lieu la veille de la sortie du film et elle s’est faite sur le mode, on n’a pas été totalement convaincu mais alors les 15 dernières minutes, putain c’est de la balle. Sur cette proposition un peu malhonnête et tronquée, Fred Grivois a eu la gentillesse de jouer le jeu d’une rencontre dans l’antre de la boutique Metaluna à Paris. Échanges passionnés autour du film et du cinéma français sont au programme. Mais pas que. SG
  • Box office : Sur 142 copies L’Intervention réalise 5 906 entrées lors de son 1er jour d’exploitation. Pas de quoi courir cul nu dans le désert en gueulant que le cinéma de genre français renaît de ses cendres car encore aurait-il fallu qu’il eût jamais vécu.

  Lâchez-vous !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *