Miraï - Image une fiche film

Fiche film – Miraï, ma petite sœur

Mamoru Hosoda est de cette nouvelle génération de l’animation japonaise à qui l’on doit déjà quelques uns des meilleurs films du nouveau millénaire : La Traversée du Temps (2006), Summer Wars (2009), Ame et Yuki – Les Enfants Loups (2012) et Le Garçon et la Bête (2015). Miraï, ma petite sœur poursuit son exploration des thèmes qui lui sont chers à savoir la famille et la transmission.

Miraï, ma petite sœur (2019)

Réalisateur(s) : Mamoru Hosoda
Voix originales : Moka Kamishiraishi, Haru Kuroki, Gen Hoshino
Durée : 1h38
Distributeur : Wild Bunch Distribution
Sortie en salles : 26 décembre 2018

Résumé : Kun est un petit garçon à l’enfance heureuse jusqu’à l’arrivée de Miraï, sa petite sœur. Jaloux de ce bébé qui monopolise l’attention de ses parents, il se replie peu à peu sur lui-même. Au fond de son jardin, où il se réfugie souvent, se trouve un arbre généalo-ma-gique. Soudain, Kun est propulsé dans un monde fantastique où vont se mêler passé et futur. Il rencontrera tour à tour ses proches à divers âges de leur vie : sa mère petite fille, son arrière grand-père dans sa trépidante jeunesse et sa petite sœur adolescente ! À travers ces aventures, Kun va découvrir sa propre histoire.

Articles / Liens :

  • Box office : 230 227 entrées sur 150 copies (pour culminer à 278 copies en 5ème semaine) après 10 semaines d’exploitation. Soit la meilleure marque à date pour Mamoru Hosoda en France. À noter que Les Enfants loups avait réalisé 212 144 entrées sur 48 copies seulement lors de son lancement. Mais le film avait réussi à s’imposer sur la durée (16 semaines en salle) portant même son nombre de copies à 147 en 9ème semaine. Quant au Garçon et la bête, son précédent film, il avait réuni 171 869 spectateurs en 7 semaines et sur 162 copies lors de son lancement. Autant dire que Mamoru Hosoda a désormais un matelas public plus que confortable en nos vertes contrées.
  • La chronique Blu-ray : L’éditeur français a vu les choses en grand en proposant pas moins de 6 éditions différentes (le détail en cliquant ici) certainement dans le but de mettre en valeur, de la plus belle des manières possibles, le nouveau film de Mamoru Hosoda. Mais si l’intention est plus que louable, on regrettera toutefois qu’il faille se procurer l’édition la plus onéreuse (coffret collector DVD + Blu-ray) pour avoir la possibilité de découvrir les très complets pour ne pas dire passionnants suppléments produits au Japon et que @Anime (All The Anime) a intégralement sous-titrés. On est ainsi pris en otage d’autant que même les éditions dites simples ne sont pas données. Ainsi, il vous en coutera la bagatelle de 25 euros pour juste avoir la chance de découvrir le film en Blu-ray (20 euros en DVD) via son édition dite simple. Compte tenu de la déliquescence du marché de la vidéo physique et même si l’on sait que la niche animation japonaise connaît moins la crise, la pilule risque fort d’être compliquée à avaler. C’est d’autant plus dommage que voilà un film qui mérite d’être exposé devant un maximum de mirettes sans que le potentiel acquéreur soit au final tenté de le (re)découvrir par le truchement de fichiers dématérialisés provenant du dark web. C’est que l’image encodée en Blu-ray est en effet de toute beauté sans parler de l’aspect son où l’on trouve des versions japonaises et françaises proposées en DTS-HD MA 5.1 qui retranscrivent superbement le très riche mixage original. Quant aux bonus sus-cités, il sont réunis sur un deuxième disque DVD (sic !). Deuxième effet kiss cool en forme de déception donc pour celui ou celle qui outre le prix d’un autre temps déjà déboursé devra donc visionner les suppléments en SD.
    Dans le détail cela donne une Interview du réalisateur (37min) avec une grosse crève (reniflements à gogo avec un micro cravate sensible comme il faut pour bien entendre la déglutition). Mais les propos plus qu’intéressants et le montage avec illustrations pertinentes emballent le tout sans coup férir. Repérage dans la préfecture de Toyama (17min) est un document dynamique et vraiment très fun qui nous fait découvrir la région où a grandi le réal tout en mettant l’accent sur les quelques endroits qui ont inspirés ses différents films dont Miraï. Le Making-of (21min) détaille le travail de titan que représente un long métrage d’animation (418 story-boards par exemple). Il précise aussi la méthodologie de Mamoru Hosoda qui n’hésite pas à s’entourer de spécialistes en architecture, en ingénierie ferroviaire ou d’artistes assez éloignés de l’animation pour modeler son film allant même jusqu’à en changer l’histoire en cours de production. Très complet. Visite du Studio Chizu (5min) est un peu redondant avec le making-of mais il permet de préciser la pensée du réal quant à son film qu’il juge à la fois conservateur (film sur la famille) et d’Avant-Garde (techniques d’animation et personnage central en la personne d’un enfant de 4 ans). On ne saurait être plus en phase. Enfin, Les coulisses de Cannes (7min) revient sur la présentation en avant-première mondiale du film au Festival de Cannes 2018 au sein de la Quinzaine. Le réal et son interprète principal (une jeune actrice qui est derrière la voix du petit garçon) en profitent pour revenir à chaud sur leurs premières impressions. Mamoru Hosoda y est heureux de constater que le sujet du film touche les spectateurs de tous horizons et nationalités le confortant dans les choix de ses thématiques finalement universelles.

  Lâchez-vous !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *