Un jour de pluie à New York - Image une fiche film

Fiche film : Un jour de pluie à New York

Un jour de pluie à New York devait être distribué en 2018 aux États-Unis mais sa sortie a été annulée en raison de plusieurs accusations d’agressions sexuelles à l’encontre de Woody Allen.

Certains acteurs ont déclaré ne plus vouloir travailler avec Woody Allen suite aux accusations d’agressions sexuelles qui sont portées par sa fille Dylan Farrow. Rebecca Hall et Timothée Chalamet ont partagé leur regret d’avoir tourné dans Un jour de pluie à New York et ont reversé leur salaire à l’association Time’s Up, destinée notamment à venir en aide aux personnes victimes d’agressions / harcèlements sexuels.

Un jour de pluie à New York (A Rainy Day in New York – 2018)

Réalisateur(s) : Woody Allen
Avec : Timothée Chalamet, Elle Fanning, Selena Gomez, Jude Law, Liev Schreiber, Diego Luna, Rebecca Hall
Durée : 1h32
Distributeur : Mars Films
Sortie en salles : 18 septembre 2019

Résumé : Deux étudiants, Gatsby et Ashleigh, envisagent de passer un week-end en amoureux à New York. Mais leur projet tourne court, aussi vite que la pluie succède au beau temps… Bientôt séparés, chacun des deux tourtereaux enchaîne les rencontres fortuites et les situations insolites.

Articles / Liens :

  • Box office : 154 450 entrées sur 290 copies après 5 jours d’exploitation. Sur grosso modo le même nombre de copies, Wonder Wheel son précédent film, avait réuni 120 597 fidèles à la même période pour un cumul à 372 660 entrées. Logiquement, Un jour de pluie à New York devrait donc faire mieux.
  • La chronique Blu-ray : On aimerait se dire que forcément Un jour de pluie à New York bénéficiera d’une sortie Blu-ray comme la plupart de ses films récents (en gros depuis Match Point en 2005 à l’exception notable du Rêve de Cassandre réalisé en 2008 qui n’existe chez nous qu’en DVD). Mais l’état du marché de la vidéo physique auquel l’on peut rajouter les déboires #meetooesques du réal peuvent signer l’arrêt de cette bonne habitude d’autant que c’était AB Vidéo, un éditeur peu habitué en ces contrées, qui s’était chargé de sortir Wonder Wheel en DVD et Blu-ray. Preuve que Woody se retrouvait déjà un peu à la marge d’un système où Amazon avait pris le relai des leviers financiers traditionnels du cinéaste. Amazon qui ne veut de toute façon plus entendre parler du trublion new-yorkais alors qu’un engagement au long cours avait été paraphé avant Wonder Wheel. Un « carton » dans les salles françaises (au-delà des 500 000 entrées) mettrait peut-être tout le monde d’accord.

  Lâchez-vous !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *