La Chevauchée Fantastique - Image une fiche film

Fiche film : La Chevauchée fantastique

C’est avec La Chevauchée fantastique que John Wayne devient une vedette, même s’il a déjà tourné dans La Piste des Géants, de Raoul Walsh. L’acteur avait auparavant fait des apparitions dans huit films de John Ford. Après La Chevauchée fantastique, il tournera douze autres films avec Ford, parmi lesquels Rio Grande ou L’homme qui tua Liberty Valance.

La Chevauchée fantastique a obtenu sept nominations aux Oscars en 1940, dont celle de meilleur réalisateur, mais il n’a obtenu que deux statuettes, pour le second rôle Thomas Mitchell, et pour la musique. Cette année-là, le grand gagnant est Autant en emporte le vent.

John Ford fait d’abord appel à David O. Selznick, qui est à la tête de la puissante 20th Century Fox, pour produire son film. Mais celui-ci n’est guère intéressé tout occupé qu’il est sur Autant en emporte le vent, à moins d’engager Gary Cooper et Marlene Dietrich, ce que Ford refuse. Le film sera finalement produit par Walter Wanger.

En 1938, John Ford cherche un décor naturel pour tourner son nouveau western. Il choisit la Monument Valley, qui se trouve à la frontière de l’Arizona et de l’Utah. Après La Chevauchée fantastique, Ford y tournera d’autres chefs-d’œuvre, notamment Rio Grande ou La Prisonnière du désert, contribuant à rendre mythique ce site désertique qui appartient aux Indiens Navajos.

La Chevauchée fantastique (Stagecoach – 1939)

Réalisateur(s) : John Ford
Avec :  John Wayne, Claire Trevor, Thomas Mitchell, John Carradine, Andy Devine
Durée Blu-ray Lobster Films : 1h35min 50s
Durée Blu-ray Criterion : 1h36min 10s
Distributeur : United Artists
Sortie en salles : 24 mai 1939
Sortie Blu-ray France (Lobster Films) : 12 novembre 2019

Résumé : USA 1885 en Arizona : des voyageurs doivent traverser en diligence un désert où ils risquent la mort. Chacun d’eux a de bonnes raisons de le faire et ne peut bientôt plus, même lorsqu’il le souhaiterait, reculer. Au cours du voyage un bébé naît ainsi que deux curieuses histoires d’amours. L’armée les sauve, in extremis, d’une attaque d’Indiens. Le voyageur Ringo, parvenu à destination, n’est quant à lui pas au bout de l’aventure : il doit venger (seul avec trois cartouches contre une famille de criminels bien armés) le meurtre de sa propre famille.

Articles / Liens :

  • La chronique Blu-ray : Jusqu’à ce 12 novembre 2019, il n’existait pas de Blu-ray édité chez nous pour ce film matriciel. Les Éditions Montparnasse qui en leur temps en avaient les droits, ont édité plusieurs DVD dont le plus recommandable est le collector (coffret ou digipack) où l’on pourra se repaître de la mythique analyse du film par Jean Douchet et que l’on peut encore trouver sur les sites de e-commerce. Ceci étant dit, le master que l’éditeur avait récupéré était exécrable et de plus légèrement recadré. En 2010, l’éditeur new-yorkais Criterion a proposé ce qui reste aujourd’hui encore l’édition de référence en Blu-ray du film. Outre les suppléments comme toujours très complets dont une analyse délicieuse et bien entendu pertinente de Peter Bogdanovich (en VO comme tout le reste faut-il le rappeler) et une interview datant de 1968 de Ford qui cabotine à mort, le Blu-ray proposait une image issue d’un master restauré effectué en 2010 par l’éditeur itself. Criterion avait en effet retrouvé un négatif nitrate datant de 1942 (certainement tiré à partir du négatif original qui est considéré comme perdu aujourd’hui) proposant l’image la plus définie à ce jour. C’est à partir de cet élément que Criterion avait pu effectuer une restauration 2K qui montrait toutefois de grosses limites comme un télécinéma par moment peu stable et une définition de temps à autre un peu à l’ouest (oui on sait mais la tentation était trop grande). C’est d’ailleurs ce master que la Cinémathèque a utilisé pour sa dernière rétrospective John Ford en 2015.
    De son côté, Lobster Films affirme être parti d’un contretype nitrate et du négatif son original conservés par le British Film Institute pour effectuer sa propre restauration. Résultat des courses, si en 2010 on pouvait faire la moue devant l’image Criterion, on peut carrément faire la gueule devant ce que nous propose Lobster. Si on ne peut affirmer avec certitude que l’on est en présence du même master, on constate toutefois les mêmes problèmes (rayures à gogo, tâches en tous genres, transitions qui ont la tremblote…), la différence se situant surtout au niveau de l’encodage totalement ratée ici. Quand chez Criterion on a une image définie, contrastée avec des N&B tranchés, Lobster Films propose un truc plus ou moins délavé tirant vers les gris avec une définition vaporeuse. On vous laisse checker ci-dessous les deux / trois comparaisons avec Criterion histoire de comprendre le gap entre les deux images.
    Niveau du son, entre le mono encodé en PCM 1.0 (donc non compressé ) et celui en PCM 2.0 proposé chez Lobster, on n’y a entendu que du feu. À noter que nous n’avons droit qu’à la VO alors qu’une VF existe bien puisque présente sur le DVD des Éditions Montparnasse. Enfin, côté bonus, on trouve deux courts-métrages signés John Ford. Un premier exhumé de sa période muette et l’autre datant de 1955 intitulé Rookie of the Year dans une version doublée en français d’époque. Deux véritables curiosités. Enfin, Serge Bromberg, historien du cinéma mais aussi big boss de Lobster Films, se fend d’une petite intro toujours utile pour celui ou celle qui voudraient survoler l’envers de la production. En résumé, disons avec diplomatie que l’on attend toujours une édition Blu-ray digne de ce nom en France eut égard à ce monument de western et de cinéma.
  • Box office : Pour un coût de 500 000$, le film en a rapporté le double aux États-Unis. En France il est sorti juste avant le déclenchement du deuxième conflit mondial et il faut croire que les chiffres du BO se sont fait la malle avec l’arrivée des allemands sur les Champs-Élysées. Le distributeur Tamasa l’a ressorti en 2010 sur 2 copies et a enregistré 1 888 entrées. 

  • La critique par Francis Moury
  • Voir la bande-annonce

Cliquez sur les captures Blu-ray ci-dessous pour les visualiser au format HD natif 1920×1080

  Lâchez-vous !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *