E3 2016 - PS4 Neo vs Project Scorpio vs Nintendo NX

E3 2016 – Neo, Scorpio, NX : Les consoles de demain

Si les (nouveaux) jeux n’ont pas manqué au cours de l’E3 2016 qui vient tout juste de refermer ses portes, c’est avant tout l’annonce de nouvelles consoles du côté de chez Microsoft qui a suscité des réactions mêlant enthousiasme et inquiétude. Explications.

Neo & Scorpio : La course à la (très) haute définition

La grand messe annuelle de l’E3 a (presque) toujours été « the place to be » pour annoncer l’arrivée imminente d’une nouvelle console. Et l’E3 2016 n’a pas dérogé à la règle, tout du moins en ce qui concerne Microsoft. Quelques jours avant la manifestation, Sony avait bel et bien confirmé l’existence de sa nouvelle PlayStation 4 « boosté à la 4K » et répondant au doux nom de « PS4 Neo » mais aucune information supplémentaire n’a en revanche été communiquée au cours de la conférence du constructeur. Même son de cloche du côté de Nintendo qui a confirmé depuis bien longtemps l’existence de sa très mystérieuse NX mais n’a rien laissé filtré de plus à son sujet sinon une commercialisation prévue pour mars 2017. Il faudra donc prendre son mal en patience pour connaitre les spécifications techniques, la date de sortie exacte ainsi que le tarif de la bête.

Non content d’avoir conclu quelques heures avant le début de sa conférence le rachat de LinkedIn pour la modique somme de 26 milliards de dollars, Microsoft s’est pour sa part montré autrement plus explicite quant à ses desseins à court et moyen-terme en lâchant deux « bombes » hardwares. D’une part la Xbox One S, annoncée 40% plus petite que la Xbox One actuelle, équipée d’un lecteur Blu-ray 4K UHD, pourvu de la technologie HDR et capable de streamer les vidéos 4K de Netflix et Amazon Vidéo, le tout accompagné d’une nouvelle manette. Deux détails qui peuvent (ou non) avoir leur importance. D’une part, le boîtier d’alimentation sera (enfin) intégré au sein de la Xbox One S. Exit donc le gros bloc d’alim qui traine à l’extérieur de la console depuis la toute première Xbox sortie en 2001 ! Microsoft aura donc mis 15 ans pour remédier à cette excroissance qui n’a jamais eu cours chez Sony. Mieux vaut tard que jamais comme le dit si bien l’expression. D’autre part, la console arborera une robe dite « blanc robot » en rupture totale avec le noir de la Xbox One actuelle. Un détail certes esthétique mais qui peut avoir son importance au sein d’une installation toute de noire vêtue. La Xbox One S se déclinera en pas moins de trois versions : un modèle équipé d’un disque dur de 2To attendu pour août 2016 au tarif de 399€ et des modèles 1To et 500Go annoncés pour la fin d’année aux tarifs respectifs de 349€ et 299€. Rappelons à toutes fins utiles que contrairement à la PlayStation 4 de Sony, il n’est pas possible de remplacer le disque dur de la Xbox One sinon à faire sauter la garantie. Mais là ne s’arrêtait pas la déferlante de Microsoft puisqu’une toute nouvelle Xbox One répondant au doux nom de « Project Scorpio » a également été annoncée pour une sortie fin 2017 à un tarif encore indéterminé pour le moment sinon qu’il s’agira de « la console de salon la plus puissante jamais vue ». Rien que ça !

Si les home-cinéphiles pourront se réjouir de voir débarquer dès la fin de l’année un lecteur de Blu-ray 4K UHD à moindre frais par l’entremise de la Xbox One S (299€, le moins cher du marché à ce jour), les joueurs quant à eux commencent à sourciller. En effet, outre la mise à rude épreuve des comptes bancaires (n’oublions pas non plus l’arrivée du PlayStation VR en octobre prochain), toutes ces annonces (à des tarifs et des dates encore indéterminés pour la Neo, la Scorpio et la NX) commencent d’ores et déjà à soulever moult interrogations et autres inquiétudes quant à une certaine forme « d’obsolescence programmée » des consoles de salon. Notamment du côté des deux « frères ennemis » que sont Sony et Microsoft puisque Nintendo se positionne (une nouvelle fois) résolument en dehors de ce combat de gladiateurs en privilégiant la qualité du lineup de sa NX aux performances techniques pures de sa future machine. Remember comment Nintendo fit la nique à tout le monde avec sa Wii « même pas HD » à l’époque où Sony et Microsoft se crêpait le chignon avec leurs consoles HD qu’étaient la PlayStation 3 et la Xbox 360 ?

Neo & Scorpio : Vers une « PCisation » des consoles de salon ?

Pour rappel, la PlayStation 4 et la Xbox One furent lancées en novembre 2013, soit 7/8 ans après la PlayStation 3 et la Xbox 360, elles-mêmes lancées 5/6 ans après la génération précédente. Et si de nouvelles déclinaisons de ces précédentes générations de consoles avaient bel et bien vu le jour avec des modèles plus compacts et moins onéreux, les caractéristiques techniques de la machine demeuraient toutefois inchangées au fil des modèles. En annonçant l’arrivée de nouvelles moutures « booster » de leurs PlayStation 4 et Xbox One moins de quatre ans seulement après leurs sorties, Sony et Microsoft cherchent à infléchir lentement mais sûrement cette durée de vie traditionnelle des 6 à 8 ans entre chaque nouvelle génération de consoles. Une tendance qu’Andrew House, Président et CEO de Sony Interactive Entertainment, justifie par une « cadence des innovations à laquelle sont désormais accoutumée les consommateurs, particulièrement en matière de smartphone » tout en restant très prudent quant à cette nouvelle inflexion afin de ne pas s’attirer l’ire des joueurs consoles : « je ne suis pas en train de suggérer de réduire le cycle de vie de l’industrie du jeu à 18/24 mois sans quoi nous perdrions une grande partie des bénéfices de supports établis ».

Traduction : « Les joueurs risqueraient de ne plus acheter de consoles de jeux s’ils savaient que tous les deux ans, celle-ci devient obsolète ». Un discours pour le moins ambivalent donc car d’une part rien n’indique que les joueurs consoles seraient effectivement enclin à investir dans un nouveau modèle plus performant aussi fréquemment (à l’image de la frénésie de renouvellement annuel observé dans l’univers des smartphones) et d’autre part un cycle aussi court amènerait alors dangereusement le monde des consoles de salon à se « PCiser ». Pour autant, House justifie l’arrivée de la PS4 Neo précisément en citant l’univers PC et la montée en puissance de la 4K : « Par le passé, nous avons pu observer, à un moment ou un autre, un désistement des hardcore gamers au profit des PC haut de gamme car ces joueurs veulent les meilleures performances graphiques possibles […] Si vous venez d’acheter une télé 4K, il y a sans doute très peu de contenus [4K] à l’heure actuelle et les jeux pourraient parfaitement combler cette lacune. Ce sont là les fondements de la Neo ».

De part et d’autre, on se défend toutefois de concevoir des consoles 4K qui feront fi du parc actuel en laissant une nouvelle fois les développeurs décider par eux-mêmes s’ils souhaitent (ou non) tirer profit du surplus de puissance conférée par ces nouveaux modèles. Big boss de la Xbox chez Microsoft, Phil Spencer martèle ainsi le même argumentaire avec force et conviction : « Il n’y aura pas d’exclusivités Scorpio. Absolument pas » et insiste bien sur la finalité du projet : « La Scorpio est conçu comme une console 4K et vous n’en verrez tout le bénéfice qu’avec une TV 4K » tout en précisant qu’elle sera tarifée à un « prix premium » (c’est-à-dire ?). Toutefois les possibilités autour de ces fameux 6 Téraflops annoncés de la bête, prête pour la réalité virtuelle, restent très nébuleuses à l’heure actuelle, notamment en ce qui concerne l’équilibre à trouver entre surplus de définition (4K vs 1080p) et fluidité (60fps vs 30fps), tout en restant précisément compatible avec les modèles antérieurs de Xbox One, tandis que Microsoft met également en avant le pont entre univers console et PC via son nouveau concept de Xbox Play Anywhere.

On voit d’ici les inconditionnels du PC rire sous cape face à de telles déclarations, eux qui n’ont de cesse de moquer la médiocrité technique des consoles de salon, parfois avant même leur commercialisation. Les arguments des deux camps (PC d’un côté / consoles de l’autre) sont bien connus depuis des lustres. Un PC est volontiers plus modulable au fil du temps et à même de délivrer en permanence les meilleures performances techniques possibles. Mais quid alors du besoin récurent de mettre la main au portefeuille pour changer tel ou tel composant à grands frais, à commencer par la très onéreuse carte graphique ? Sans compter le facteur « intégration » au sein du logement : tour, écran, clavier, souris, etc. Un vrai barnum assez vite encombrant. Et pour finir les étapes d’installation / configuration des jeux au lancement de ceux-ci qui peuvent rapidement virer au cauchemar : pas le bon driver, pas le bon DirectX, etc. Des jeux dont, de surcroît, les seuls mérites techniques ne sont pas nécessairement synonymes de réussites (combien de jeux visuellement bluffant sont en réalité indigents en termes de gameplay ?). À l’opposé, l’arrivée d’une console de nouvelle génération a toujours été synonyme de support « stable » pour les 6/8 ans à venir à « moindres frais » sans soucis d’installation / configuration et avec un minimum de perturbation au sein de l’aménagement du logement : un beau monolithe noir et brillant posé à côté du téléviseur avec 2 câbles à relier (alimentation et HDMI, voire éventuellement le câble RJ45) et hop le tour est joué. Dans les 5 minutes suivants le déballage, vous pouvez jouer, le cul tranquillement posé sur votre canapé, devant votre téléviseur 4K 140cm (moins grand c’est pas possible ? / NDSG) et entouré de votre installation home-cinéma 7.1. Difficile de faire plus « plug and play » que ça ?

Neo vs Scorpio et la NX en embuscade

Mais une fois encore, le facteur déterminant ne seront pas tant les performances techniques pures que le prix. L’histoire l’a déjà démontré de par le passé. Avec sa PlayStation 3 sortie en 2006 (2007 en Europe) à 600€, Sony a essuyé les plâtres au cours des premiers mois du lancement de sa machine. En cause : le lecteur Blu-ray embarqué dans la console, technologie toute récente et donc onéreuse à l’époque. En face, la Xbox 360 de Microsoft se trouvait au bas mot 200€ moins cher. En 2013, la situation est inversée : Microsoft lance sa Xbox One en même temps que la PlayStation 4 mais annoncée 100€ plus cher que sa concurrente et embarquant un Kinect dont tout le monde se désintéresse, c’est cette fois-ci au tour de Microsoft de subir le contrecoup de ses choix technico-tarifaires. Deux ans et demi plus tard, la firme de Redmond subit toujours le contrecoup de ce démarrage laborieux puisqu’il s’est écoulé quasiment deux fois plus de PlayStation 4 dans le monde que de Xbox One. On comprend donc un peu mieux ce besoin (précipité) de redorer son blason hardware.

Quid alors de cette fameuse 4K mise en avant de part et d’autres pour les besoins de la Neo et de la Scorpio ? Cette dernière, annoncée donc avec une puissance de feu de 6 Téraflops, la positionne, à titre de comparaison, juste en dessous des 6,5 Téraflops de la toute récente GeForce GTX 1070 de Nvidia affichée à 499€. Oui, vous avez bien lu : 499€ et à ce prix-là, vous n’avez que la carte graphique ! (Quand on vous dit que l’univers PC coûte cher, voire très cher). Alors certes, en matière de nouvelles technologies, les prix baissent généralement très vite et d’ici la sortie fin 2017 de la Scorpio, nul doute que la puissance annoncée coûtera beaucoup moins cher à produire tandis que, dans le même temps, d’autres composants toujours plus performants auront vu le jour. Toute la question sera alors de savoir si Microsoft aura fait des concessions sur certains aspects / composants de sa console ou bien s’il la vendra à perte, à tout le moins dans un premier temps. Les joueurs seraient-ils prêts à débourser 600€, voire davantage, dans une console haut de gamme ? Les mentalités ont-elles évolué depuis la sortie de la PlayStation 3 en 2006 ? Oui à en croire Andrew House qui cite les possesseurs de smartphone qui changent régulièrement leur précieux (souvent à grands frais). Mais l’usage n’est clairement pas le même.

Sony de son côté s’est d’ailleurs montré beaucoup plus évasif quant à la fenêtre de sortie (fin 2016, en même temps que son PlayStation VR que l’on sait très gourmand en ressources ?) ainsi que sur les caractéristiques techniques de sa Neo dont la production aurait déjà été lancée avec des performances inférieures à sa concurrente. Sans compter que, comme indiqué de part et d’autre, il faudra disposer d’un téléviseur 4K pour exploiter correctement tout le potentiel de ces futures machines. Les dernières projections estiment qu’à l’horizon 2020, la moitié des foyers sera équipée de téléviseurs 4K aux États-Unis. La Neo et la Scorpio seraient donc des consoles parées pour les années à venir, voire même légèrement en avance sur leur temps ? Et pourquoi pas une première porte ouverte vers des consoles plus modulables, à l’image des PC justement, dont on pourrait aisément upgrader la carte mère, le processeur, la carte graphique ou bien rajouter des barrettes mémoires ? Après tout, n’est-il pas déjà possible de remplacer le plus simplement du monde le disque dur interne de la PlayStation 4, sans même être titulaire d’un Bac+5 en informatique ? La procédure est même détaillée, vidéo à l’appui, par Sony sur le site officiel de la PlayStation.

Quid des jeux dans tout cela ? Le lineup à même de tirer pleinement partie du surplus de puissance de ces machines sera-t-il suffisamment alléchant pour convaincre les joueurs de repasser à la caisse quatre ans seulement après la sortie de la PlayStation 4 et de la Xbox One ? Et si finalement la véritable surprise venait du côté de Nintendo et de sa très mystérieuse NX dont on sait bien peu de chose pour le moment sinon qu’elle ne fera pas de réalité virtuelle, ne proposera pas d’écran déporté type GamePad et surtout ne cherchera pas à se lancer dans une course effrénée à la puissance, laissant ainsi la concurrence se battre dans l’océan rouge. La firme de Kyoto aura-t-elle appris de ses erreurs avec la Wii, jugée trop « casual gaming » par les joueurs, et de la Wii U, considérée (à tort ?) comme une simple Wii HD qui n’aura réussi à convaincre ni les joueurs ni le grand public ? La machine sera dévoilée avant la fin d’année pour une sortie en mars 2017. 2017, l’année du changement ? Oui mais peut-être pas forcément là où on l’attend…

  Lâchez-vous !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *