Nintendo Switch - Logo

La Nintendo Switch dévoilée : Petite révolution et grandes interrogations

Officiellement annoncée en mars 2015 mais sans que la moindre information supplémentaire ne soit lâchée depuis, la Nintendo Switch vient (enfin) d’être dévoilée par la firme de Kyoto au travers d’une vidéo promotionnelle de trois minutes qui a depuis suscité moult questions.

Connue jusque-là sous le nom de code de NX, le nouveau joujou vidéoludique labellisé Nintendo porte désormais le nom officiel de Nintendo Switch (to switch en anglais = changer en français). Si, sur le papier, ou plus précisément dans la vidéo en question, le concept semble une nouvelle fois assez révolutionnaire de la part de Nintendo, l’absence de précisions complémentaires (ou si peu) suite à la divulgation de ladite vidéo, a immanquablement entraîné une foultitude de questions sur cette bien mystérieuse Nintendo Switch. Nous avons tenté d’y voir un peu plus clair au travers des différentes informations qui ont d’ores et déjà pu faire surface à l’heure actuelle.

  • Console de salon ou console portable ? : Nous ne prendrons pas la peine de vous expliquer le concept de cette Nintendo Switch tant la vidéo diffusée se révèle suffisamment explicite. À tel point que celle-ci est dépourvue de tout dialogue et du moindre petit encart explicatif. C’est dire si le message envoyé par Nintendo est des plus limpides. Toutefois, à voir les différents protagonistes basculer inlassablement du mode « salon » au mode « déplacement » (à pied, en avion, chez des amis, etc.) durant ces trois minutes promotionnelles, certains ont commencé à s’interroger sur la vocation première de cette Nintendo Switch qui entend concilier le sédentarisme des consoles de salon et le nomadisme des consoles portables (très fortement concurrencées depuis plusieurs années maintenant par les smartphones et autres tablettes). Sur ce point, un représentant du constructeur a d’ores et déjà mis les points sur les « i » en précisant que la Nintendo Switch était « avant tout » une console de salon et que rien n’avait encore été annoncé à l’heure actuelle quant à l’avenir et/ou à la descendance de la 3DS actuelle. Même son de cloche en ce qui concerne la Wii U pour laquelle Nintendo déclare « n’avoir rien à annoncer quant à son statut de production ». La fabrication de la console sera-t-elle stoppée et si oui quand ? Mystère.

  • Le public cible: Autre point que beaucoup n’auront pas manqué de relever : la représentation démographique qui est faite des futurs joueurs potentiels au cours de ces trois minutes de présentation. Soit de jeunes étudiants / adultes dont on peut assez facilement estimer l’âge comme oscillant entre 20 et 35 ans. Soit la tranche démographique souvent considérée comme étant les plus « actifs » et qui n’ont plus toujours le temps de s’adonner à des parties au long cours de leurs jeux préférés, sans cesse importunés qu’ils sont par leur animal à quatre pattes ou leurs voisins très festifs d’en face qui les invitent à un petit barbecue en terrasse. Un recentrage promotionnel qui en a fait s’interroger plus d’uns quant aux aspirations du public ciblé par Nintendo alors que la Wii « arrosait » toutes les tranches d’âge tandis que la Wii U tentait de se réapproprier les bonnes grâces des gamers qui avait quelque peu déchanté face à l’avalanche de casual gaming de la Wii.
  • Puissance : Depuis bien longtemps (toujours ?), Nintendo ne cherche nullement à faire la course à la puissance avec ses concurrents. À l’heure où Sony et Microsoft se tirait la bourre avec leurs consoles HD qu’étaient la PlayStation 3 et la Xbox 360, Nintendo dégainait une Wii aux graphismes sommaires et à la résolution d’antan mais qui n’en remportait pas moins l’immense succès que l’on sait. En 2017, la Nintendo Switch ne devrait pas déroger à cette règle et laisser Sony et Microsoft poursuivre leur concours de celui qui aura la plus grosse (4K) là où, selon les quelques rares informations connexes ayant « fuité », la Nintendo Switch devrait quant à elle proposer un affichage HD mais sans plus de précisions. Les premières fuites feraient état d’une résolution 720p. Tout juste a-t-il été confirmé à l’heure actuelle qu’elle embarquera une version customisée de la NVIDIA Tegra.
  • Autonomie : C’est l’autre grande question que tout le monde se pose sachant que l’autonomie des tablettes déjà existantes et embarquant la NVIDIA susnommée n’excède pas les 3h. Un peu court pour des longs trajets ! Mais surtout, le point le plus délicat pour Nintendo sera de parvenir à concilier cette même autonomie sans pour autant rogner sur une console suffisamment puissante à même de délivrer lesdits graphismes HD, à fortiori lorsque la Nintendo Switch sera posée sur son socle en mode « salon ». Un bien joli casse-tête que le constructeur va donc devoir relever s’il ne souhaite pas imposer de batterie alternative aux grands voyageurs.
  • Écran tactile : Là encore, bien que rien ne soit montré en ce sens dans la vidéo et qu’aucune information officielle n’ait été dévoilée, une fuite récente semblerait confirmer que l’écran de la Nintendo Switch sera bel et bien tactile et de même dimension que celui du GamePad de la Wii U, soit un écran de 6,2 pouces (15,7 centimètres) mais désormais capacitif avec 10 points de contact (un seul en résistif pour la Wii U) et une résolution en 720p. À noter cependant qu’une fois dans sa station d’accueil, l’écran de la console devient inaccessible.
  • La station d’accueil : Certains s’interrogent également sur les capacités de ce support dans lequel vient se loger la Nintendo Switch lorsque celle-ci est en mode « salon ». Sur ce point, Nintendo a déjà confirmé que ledit support n’embarquait aucun processeur d’aucune sorte visant à booster les capacités de la console dans son mode sédentaire. La station en question ne remplit donc que deux objectifs : recharger la console et permettre la sortie audio-vidéo vers le téléviseur.
  • Multimédia et connectivité : Là encore, rien n’a été montré et rien n’a fuité. Mais l’on devine (espère ?) que la Nintendo Switch sera équipée du minimum syndical : Wifi, Bluetooth et tutti quanti.

Nintendo Switch - Console

  • Manettes, poids, dimensions : Avec sa Nintendo Switch, le constructeur cherche clairement à abonder dans l’art du « tout ce qui est petit est mignon ». Si la console en elle-même n’apparait pas bien épaisse, ce qui là-encore amène à s’interroger sur le savant équilibre entre l’encombrement, le poids, la puissance et l’autonomie (sans compter la dissipation de chaleur), les différents accessoires entourant la console soulèvent tout autant de questions. À commencer par ces fameux Joy-Con, ces manettes détachables / réassemblables. Toutes les configurations seront-elles possibles ou bien y aura-t-il des accessoires annexes à se procurer en fonction des jeux et/ou de ses habitudes de joueur ? Et quid des fonctionnalités et des capacités desdites manettes : reconnaissance de mouvements, autonomie, etc. ? Leur petite taille fait en tous les cas déjà s’interroger sur la facilité de leur perte éventuelle ou bien de finir machouillé dans la gueule du fameux animal à quatre pattes sus-cité.
  • Configurations : Ce qui nous amène tout naturellement à un autre point qui éveille la curiosité dans le communiqué officiel qui mentionne « différentes configurations disponibles » pour cette Nintendo Switch. On se souviendra là-encore d’une certaine confusion qui avait entouré la sortie de la Wii U proposée dans différents packs aux capacités de stockage et nantis de différents accessoires. Gageons que Nintendo aura su tirer les enseignements d’un tel éparpillement dans l’esprit des consommateurs.
  • Clic, déclic : Même si l’on devine bien volontiers que la Nintendo Switch aura fait l’objet de toute une batterie de tests, on ne pourra toutefois s’empêcher de penser que cette console façon « lego » où tout se clipse et se déclipse à longueur de temps ne sera pas sans occasionner quelques ratés à plus ou moins court / moyen terme. Ce qui n’ira pas sans faire la joie des différents revendeurs, ravis de vous refourguer une de ces miraculeuses extensions de garantie à prix d’or en prévision d’éventuelles défaillances.
  • Jeux et éditeurs : Si aucun nom n’a été explicitement cité au cours et en dehors de la vidéo, cette dernière laisse déjà très clairement apparaître une poignée de titres qui verront le jour sur la Nintendo Switch. Sans grande surprise, Zelda et Mario sont de partie mais beaucoup s’interrogent là encore quant au rendu escompter pour un titre tel que Skyrim (bien que Bethesda n’ait pas officiellement confirmé travailler sur un portage de son jeu pour la console de Nintendo) tandis que l’on peut également entrapercevoir un autre jeu déjà disponible sur Wii U : Splatoon. Quant au nerf de la guerre en vue de sustenter les attentes des joueurs, à savoir les éditeurs tiers actuellement à pied d’œuvre sur des jeux Switch, Nintendo a simplement communiqué une liste.

Nintendo Switch - Partenaires

  • Rétrocompatibilité : Sur ce point, le constructeur a d’ores et déjà très clairement fait savoir que la Nintendo Switch ne serait pas rétrocompatible. Et pour cause, le support de stockage mis en avant dans la vidéo est à base de cartes mémoires là où la Wii U et la Wii avaient recours à des disques optiques. Même chose en ce qui concerne les jeux 3DS qui ne seront pas compatibles. Mais rien d’interdit toutefois à l’avenir que des portages dématérialisés ne voient le jour sur l’eShop.
  • Date de sortie : Mars 2017. Difficile de faire plus vague en l’état actuel des choses puisqu’aucune date précise n’a fuité. Vous pouvez donc faire une énorme croix sur votre calendrier allant du 1er au 31 mars 2017 en attendant que ne soit annoncée la date officielle de sortie.
  • Prix, tarif, oseille, blé, pépète, brouzouf, en clair « Combien ça coûte vot’machin-là ? ». Sur ce point, Nintendo s’est là encore montré des plus évasifs, se contentant de préciser que la Nintendo Switch ne serait pas plus onéreuse que ses prédécesseures. Sachant que la petite dernière en date, la WiiU, est vendue entre 299€ et 349€ selon le pack choisi, les potentiels futurs acquéreurs connaissent déjà la limite supérieure à ne pas franchir. Quant au tarif définitif de la console (de même que les jeux), il faudra, comme bien d’autres points concernant cette Nintendo Switch, se montrer très patient jusqu’à la confirmation du consolier.
  • Pénurie au lancement ? : La Nintendo Switch suscitera-t-elle le même engouement que la Wii pour laquelle il fallait souvent attendre des semaines, parfois même des mois avant de pouvoir se la procurer ? Rien n’est moins sûr mais pour l’heure, Nintendo a simplement confirmé qu’il tablait sur une mise en place à hauteur de 2 millions d’exemplaires dans le monde au lancement de la console.

Rendez-vous le 13 janvier 2017 pour connaître tous les détails : date de sortie, prix des « différentes configurations disponibles » ainsi que la liste des jeux qui seront disponibles avec le lancement de cette décidément bien mystérieuse Nintendo Switch. À moins que d’ici là, d’autres sources plus ou moins bien informées ne viennent confirmer / infirmer un certain nombre d’aspects entourant la console.

Nintendo Switch - Mosaic

  Lâchez-vous !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *