Archives par mot-clé : Alfred Hitchcock

Les Amants du Capricorne en Blu-ray chez L’Atelier d’Images

Les Amants du Capricorne n’est pas le film le plus connu ou même le plus apprécié de Sieur Alfred Hitchcock. En cause cette forme littéraire doublée d’une romance tourmentée qui ne cadraient pas forcément avec la réputation de « Maître du suspense » que le cinéaste anglais s’était déjà forgée. Mais à y regarder de plus près, Les Amants du Capricorne participe sans aucun doute à la volonté d’un homme voulant s’extraire de ce début de carcan cinématographique auquel on voulait déjà le confiner. Ce que les jeunes turcs qui fondèrent la revue des Cahier du Cinéma ne manquèrent pas de voir et même de souligner en faisant au passage du cinéaste anglais l’un de leur chouchou, un auteur avant l’heure quand le reste du monde ne voyait en lui qu’un génial faiseur et les Studios hollywoodiens une machine à cash. Le mérite de cette édition est ainsi de revenir sur cette prise de conscience, de contextualiser un film loin d’être mineur tout en s’octroyant au passage une patine technique plutôt recommandable.

Continuer la lecture de Les Amants du Capricorne en Blu-ray chez L’Atelier d’Images

Coffret Alfred Hitchcock : les années Selznick

David O’Selznick avait été producteur à la Paramount (1928-1931), à la RKO (1931-1933) et à la MGM (1926-1928 et 1933-1935). Il avait créé son propre studio indépendant en 1935 en appliquant exactement les méthodes des majors. Le producteur était considéré comme le véritable créateur du film, le réalisateur n’étant qu’un exécutant talentueux, soumis à sa volonté sur tous les plans. Il inspira en partie le personnage du producteur Jonathan Shields joué par Kirk Douglas dans Les Ensorcelés [The Bad and the Beautiful] (USA 1952) de Vincente Minnelli. La crise financière de 1929 qui avait sévèrement frappé les studios anglais, le désir d’Alfred Hitchcock de s’expatrier à Hollywood pour disposer de plus gros moyens matériels, le désir de Selznick d’avoir dans son écurie celui qui était alors considéré comme le meilleur cinéaste anglais : tels sont les éléments historiques déterminants de leur rencontre. Selznick proposa à Hitchcock un contrat non exclusif courant sur une période de 10 ans, de 1938 à 1948. Voici les quatre films qui sortirent de leur collaboration, parfois orageuse mais toujours originale et, thématiquement comme esthétiquement, toujours riche.

Continuer la lecture de Coffret Alfred Hitchcock : les années Selznick

Les Oscars en Blu-ray (1929 – 1945) : Les années rugissantes

La saison des Oscars est souvent l’occasion de s’écharper entre amis sur les oublis du Palmarès ou autour de paris quant aux futurs gagnants ou encore de veiller pour suivre les commentaires oiseux du grand échalas aux vannes grasses dont les connaissances en matière de cinéma se réduisent à la portion congrue quand Didier Allouche fait ce qu’il peut pour relever le niveau et ne pas toujours rire jaune. Tiens, on verrait bien d’ailleurs notre grand escogriffe se grimer en black comme au bon vieux temps du cinéma muet histoire d’en remettre une couche sur l’absence d’afro-américains dans la liste des nominés cette année. On applaudirait des coudes en tout cas.

Mais on s’égare car tel n’est pas notre propos ici. Quelque part on s’en fout un peu des Oscars (depuis quelques années d’ailleurs). Ben parce que l’on a passé l’âge de s’endormir comme une petite crotte sur son canapé, que l’on n’a plus de copains et que l’on préfèrera en cas d’insomnie se mater en Blu-ray un des récipiendaires de la statuette dans la catégorie meilleur film. L’occasion donc pour nous de lister ce qui existe dans le domaine en pointant le meilleur choix histoire de vous guider dans le cas où la soirée serait trop naze, que vos amis imaginaires dormiraient ou que l’autre derrière son micro serait trop bourré / jetlagué.

Ah et puis si vous voulez continuer l’aventure, il y a une deuxième partie à cet excellent dossier qui se nomme Les Oscars en Blu-ray (1946 – 1960) : L’âge d’or des Studios.

Continuer la lecture de Les Oscars en Blu-ray (1929 – 1945) : Les années rugissantes

Elephant Films annonce 3 Hitchcock rares en Blu-ray

L’éditeur indépendant français continue donc son exploration des classiques du cinéma anglais initié en décembre 2012 en nous proposant cette fois-ci trois films d’Alfred Hitchcock datant de sa période muette. Il prolonge ainsi un travail d’édition sur le cinéaste entamée avec Les 39 Marches (1935) et L’homme qui en savait trop (1934) au sein de sa collection dite Cinéma Master Class.

Continuer la lecture de Elephant Films annonce 3 Hitchcock rares en Blu-ray