Archives par mot-clé : Isabelle Huppert

Elle : Un Verhoeven vidé pour un Blu-ray émasculé (ou vice versa)

Après une carrière en salles honorable au printemps dernier (550 000 entrées), le dernier Paul Verhoeven en date, Elle, débarque à présent en vidéo par l’entremise d’une édition Blu-ray qui, à l’image du film à proprement parlé, apparaît désespérément vidée de la substantifique moelle qui, jusque-là, faisait tout le sel de la filmographique du cinéaste hollandais. Explications. Continuer la lecture de Elle : Un Verhoeven vidé pour un Blu-ray émasculé (ou vice versa)

Elle : Neighbors 3

On ne peut s’empêcher de penser à la vision de Elle que Verhoeven en avait marre d’être au chômage et qu’il lui fallait coûte que coûte trouver un projet à se mettre sous la dent. Il le dit d’ailleurs lui-même. Il a trouvé «Oh…» de Philippe Djian, que le producteur Saïd Ben Saïd lui avait enjoint de lire, très intéressant. C’est tout ? Juste très intéressant ? Dans ce genre d’entretiens que l’on trouve sur les dossiers de presse, l’adjectif que l’on rencontre plutôt est « passionnant » .  Car il faut bien donner le change surtout quand on est juste le bras armé d’une production. Mais quand on est un auteur de la trempe de Verhoeven qui de plus n’a pas sa langue dans sa poche, cela devient « intéressant ». On veut bien faire bonne figure mais faut pas déconner non plus. Et Elle c’est un peu ça. On donne le change mais personne n’est dupe.

Continuer la lecture de Elle : Neighbors 3

Première séance : Valley of Love

Toujours dans l’antre du cinéma Max Linder pour cette énième Première Séance, nous voilà, Cédric et votre serviteur, à discourir sur le dernier Guillaume Nicloux que nous venions juste de découvrir au sein de cette même salle. On était donc chaud bouillant tant Valley of Love nous a séduit.

Continuer la lecture de Première séance : Valley of Love

La porte du paradis : Ode à l’Amérique putride

Difficile d’aborder ce pan du cinéma mondial à lui tout seul que représente cette Porte du paradis de sieur Cimino. Il serait présomptueux de croire en la possibilité d’une approche novatrice ou tout simplement non redondante avec tout ce qui a pu être déjà écrit en plus de trente ans. L’humilité nous invite donc à simplement partager avec vous les quelques impressions glanées lors de la projection de presse. L’occasion de revoir La Porte du paradis dans une magnifique copie restaurée et de tout simplement se reprendre la claque de sa vie.

Continuer la lecture de La porte du paradis : Ode à l’Amérique putride