Archives par mot-clé : Mal de pierres

Fiche film : Mal de pierres

« Si j’ai aimé cette histoire, c’est qu’elle résonne aussi avec ma vie. Elle représente ce qu’est pour moi l’imaginaire, sa puissance et sa force de réparation. Ce que vit Gabrielle, je l’ai ressenti comme nous tous. C’est une force qui fait partie de nous, qui est universelle, qui rend la vie plus grande que la vie, qui nous attire vers le merveilleux, vers l’inconnu » – Nicole Garcia à propos de Mal de pierres Continuer la lecture de Fiche film : Mal de pierres

Sorties ciné Cannes 2016

Vu que finalement le festival de Cannes 2016 ne prendra jamais de vacances au regard de l’actualité des sorties dans nos salles passées, présentes et à venir, on a donc décidé de les réunir dans cette rubrique habituellement hebdo (les fameuses sorties ciné) mais qui ici sera unique et bien entendu en sans cesse work in progress. Vous pouvez donc bookmarker cette page et y revenir de temps à autre histoire de lire nos dernières impressions et/ou critiques. Ce qui vous permettra aussi et accessoirement de constater que l’on ne chôme pas à DC. Oui Madame.

Continuer la lecture de Sorties ciné Cannes 2016

Cannes 2016, jour 4 : Courgettes, chiens et voyage dans l’espace

Une fois n’est pas coutume, en ce 5èmejour de Cannes 2016 nous n’aborderons pas la compétition officielle proposée ce jour. Deux raisons simples. La première se résume au visage livide et terrifié des festivaliers qui sortaient de la première projection du film de Nicole Garcia, Mal de pierres, tiré du magnifique livre de Milena Agus. Leur effroi, si palpable qu’on s’est demandé si on ne leur avait pas fait une mauvaise blague en leur projetant l’intégrale du catalogue des films Asylum (Sharknado : 4th awaken, Mom, Tommy made a dinosaur…), provenait apparemment de la piètre qualité du film. Nous n’avons pas osé y risquer nos rétines. La deuxième raison vient des 2h42 du film d’Andrea Arnold, American Honey. Certes, la réalisatrice est excellente, et peut-être qu’on le rattrapera plus tard, mais plus les années passent plus la durée moyenne des films se rallongent et, globalement, plus ils ennuient. Difficile de savoir si c’est un effet du tout numérique – plus de pellicule à acheter ni de développement à payer, d’où une nouvelle facilité pour rallonger les histoires même quand elles n’en ont pas besoin – mais en tout cas, ça nous fait fuir ! Et ça nous fait d’autant plus fuir qu’en 2h40 on peut voir deux excellents films… Continuer la lecture de Cannes 2016, jour 4 : Courgettes, chiens et voyage dans l’espace