Archives par mot-clé : Mamoru Hosoda

Le Carrefour du cinéma d’animation, 16ème édition.

La 16ème édition du Carrefour du cinéma d’animation s’ouvre ce mercredi 12 décembre au Forum des Images à Paris. Comme chaque année, ce festival permet d’offrir le panorama le plus ample possible d’une forme cinématographique à laquelle on accorde souvent trop peu de place et qu’on résume à quelques œuvres souvent identiques. Ce sera l’occasion, jusqu’à ce dimanche 16 décembre, de démontrer qu’il n’en est rien en découvrant les dernières productions courtes ou longues avec des films souvent inédits ou peu montrés. Continuer la lecture de Le Carrefour du cinéma d’animation, 16ème édition.

Cannes 2018 – Jour 9 : Miraï mon beau Miraï, ne vois-tu rien venir ?

En ce neuvième jour de festival la fatigue commence remporter ses premières victoires. Survivre à un festival pendant une dizaine de jours en dormant environ 5h par nuit et en se noyant dans le café n’est pas évident. C’était le cas pendant le film chinois de Bi Gan, Un grand voyage vers la nuit. Le cinéaste avait été remarqué voilà deux ans pour son premier long-métrage Kaili Blues, sorti dans peu de salles mais dont tous ceux qui l’ont vu se souviennent. Et c’était peut-être une excellente idée de proposer un film de 2h15 d’une lenteur extrême en fin de festival quand tout le monde tend à sombrer dans une doucereuse léthargie. En effet, loin des films socio-réalistes chinois qu’on voit souvent à Cannes, celui-ci est une véritable expérience onirique, une forme de surréalisme chinois auquel nous n’avons jamais vraiment été habitués, loin des canons habituels. Très loin de Wong Kar Waï également dont on pourrait malencontreusement le rapprocher à cause de certaines expériences formelles.

Continuer la lecture de Cannes 2018 – Jour 9 : Miraï mon beau Miraï, ne vois-tu rien venir ?

Cannes 2018 : La Quinzaine des réalisateurs

La Quinzaine des réalisateurs, emmenée par la SRF, fête son cinquantième anniversaire en 2018. La Société des Réalisateurs de Films a vu le jour juste après l’éviction d’Henri Langlois de la cinémathèque en mars 1968, l’arrêt brutal de l’édition cannoise et les événements du mois de mai. De là a émergé, dès 1969, la volonté de monter un programme parallèle à la programmation officielle. Depuis un demi-siècle, cette sélection propose des films souvent surprenants, qui détonnent par rapport au reste et qui, parfois, révèlent de nouveaux talents. Ainsi, année après année, le nombre de cinéastes issus de la Quinzaine et qui finissent par se retrouver en sélection officielle est devenu la norme !

Continuer la lecture de Cannes 2018 : La Quinzaine des réalisateurs